Archives par mot-clé : vidéos

“Nous croyons au pouvoir émancipateur de la fiction”

Les grands débats de Mediapart ont invité Olivier Cossu, réalisateur du film Un homme est mort, ainsi que Lola Lafon et Didier Daeninckx, évrivain.e.s ayant participé au livre paru récemment aux éditions DonQuichotte La bataille du rail. Cheminots en grève, écrivains solidaires, afin d’échanger sur le pouvoir de la fiction et de l’imaginaire dans le cadre des luttes actuelles, mais aussi dans une temporalité élargie. Le film d’animation, comme le livre collectif, font en effet écho à l’actualité des mobilisations sociales, notamment de la grève des cheminots. Voici un petit compte rendu de cette discussion.

La vidéo est en accès libre ici :

En racontant la naissance du livre La bataille du rail suite à la participation de plusieurs écrivain.e.s à la cagnotte de soutien aux grévistes engagés contre la réforme de la SNCF, Didier Daeninckx explique que « l’ambition de ce livre, c’est de dépasser un peu le temps de la grève », de montrer « la manière dont le rail a structuré service public et république » et de replacer le mouvement actuel dans l’histoire longue de la relation entre le train et la littérature, « avec l’idée que : [lorsqu’]une gare ferme, une ligne ferme, la librairie ferme derrière ». Les deux contributeur.rice.s venu.e.s présenter cette œuvre littéraire collective expriment leur attachement au rail et expliquent passer beaucoup de temps dans les trains, à la rencontre de leurs lectrices et leurs lecteurs, dans les librairies de France et d’ailleurs. Didier Daeninckx estime alors que, dans le conflit social actuel comme dans d’autres contextes de lutte, il y a une nécessité de la littérature et du livre, non pas pour « surplomber la lutte », mais pour l’enrichir. Aussi, si Lola Lafon souhaite montrer « comment le monde imaginaire peut agrandir le réel », il ajoute qu’avec la littérature, « on élargit la zone de la lutte ».

C’est également à la transmission d’une mémoire des luttes que le film d’animation Un homme est mort contribue. Reprenant et prolongeant la bande dessinée du même nom, écrite par Kris et Étienne Davodeau, il raconte l’histoire d’une grève dans les années 1950 à Brest qui a été marquée par la mort d’un gréviste syndicaliste abattu par des policiers : Édouard Mazé. En suivant René Vautier, documentariste appelé par la CGT locale à réaliser un film sur le mouvement, après son œuvre anticolonialiste Afrique 50, l’histoire s’intéresse à la fois à la lutte, mais à ses multiples récits. Du poème de Paul Eluard – Gabriel Péri – qui fait la bande son du documentaire original de René Vautier aujourd’hui disparu, en passant par la bande dessinée de Kris et Davodeau qui suit le cinéaste dans sa rencontre avec les grévistes, jusqu’au film d’animation actuel qui fait un pas de côté et crée de nouveaux personnages, des histoires s’imbriquent, se complètent, s’assemblent pour faire vivre cette lutte aujourd’hui[1]. Ainsi le réalisateur Olivier Cossu, souhaite « montrer comment le cinéma et l’art peuvent faire changer les choses. »

Cette idée que la fiction et l’écriture (littéraire, poétique, cinématographique etc.) permettent d’agir sur le réel et d’offrir des espaces d’action et de lutte, Lola Lafon la partage. Pour l’écrivaine, auteure du roman Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce, dont le titre a été utilisé comme slogan dans des manifestations, la littérature permet de rappeler que « quand on ne lutte pas, on meurt » et que l’ « on peut agir, on peut faire quelque chose ». Fabien Escalona, animateur de la discussion, reprend alors une phrase de Lola Lafon dans une précédente interview : « je crois au pouvoir émancipateur de la fiction », citation qui donne son nom à l’émission. L’écrivaine ajoute en effet que ce que la fiction permet, par rapport notamment au langage politique, c’est de combattre « la rigidité de la langue, une langue qui ne touche pas ».

Est-ce que la langue des sciences humaines est sociales est capable de toucher avec autant de force que la littérature ? Comment penser des écritures sensibles du monde, dans une visée d’émancipation, que l’on se place du côté de la fiction, du réel, ou un peu des deux ?

[1] Le site KUB – Kultur Bretagne a consacré une jolie page à ces récits imbriqués dans Un homme est mort, de la bande dessinée au film.

Photographie : 1er mai 2018 à Marseille – MLM

A flots…

L’eau sacrée d’Olivier Jourdain (2016) est un documentaire proche du film ethnographique qui nous emmène le temps d’une petite heure au « pays des mille collines » pour aborder sous des angles variés et originaux différents aspects de la sexualité féminine et conjugale, peu documentés par les sciences médicales et autres sexologies[1]. En suivant notamment Vestine Dusabe, animatrice de radio aussi détendue qu’informée, nous allons à la rencontre de scènes et de paysages du Rwanda contemporain, des villes aux villages, des campagnes aux lacs, nous arrêtant pour assister à des discussions collectives de jeunes et de moins jeunes, des échanges intimes de couples et des débats publics d’assemblées rurales.

Le sujet du documentaire est centré sur les modalités d’existence de l’une des manifestations physiologiques du plaisir féminin, l’éjaculation. Deux pratiques, présentées comme spécifiquement rwandaises, organisent son économie : le kunyanza, façon spécifique de réaliser le coït hétérosexuel qui facilite l’orgasme féminin, et le gukuna (également désigné par l’expression « couper le balai ») qui consiste, dans un rite de passage secret pour les adolescentes effectué avec d’autres femmes plus âgées, à étirer les lèvres de la vulve et à les oindre d’un mélange d’herbes et de beurre, afin de faciliter l’éjaculation et ainsi d’exciter davantage les hommes.

Partant de là, le propos montre l’importance de ces questions dans la société rwandaise, leur accordant presque un caractère structurant. Ceci allant d’enjeux les plus prosaïques aux plus généraux. Nous sommes d’abord témoins de l’intérêt que suscite cette animatrice de Radio Flash FM, Vestine Dusabe, pour qui l’on veille tard la nuit afin de l’écouter, sous un clair de lune ou dans l’intimité d’une chambre conjugale. Son succès est aussi manifeste lors des ateliers de sexologie qu’elle co-anime dans différents villages. Grâce à elle ou lors d’interventions d’autres personnages comme un médecin généraliste, sont discutées les relations complémentaires entre le bonheur, le plaisir et la santé (mise en relation de la jouissance avec la qualité de l’alimentation et l’état du psychisme). On reconstitue, ce faisant, différentes phases du parcours de la santé sexuelle rwandaise. Le corps fait également l’objet d’un traitement spécifique : pensé et mimé par des tremblements, des tapotements, des rythmes, des danses et des vibrations. Si, bien entendu, ce sont des conceptions de la féminité qui sont valorisées ici, on comprend également que des enjeux d’honneur concernant l’ensemble des partenaires sont à l’œuvre dans l’advenue de l’orgasme féminin.

Plus largement, et dès les premières images, l’éjaculation féminine est abordée par des contes qui, s’exprimant comme fondateurs, revêtent un caractère mythique. Sont ainsi expliqués tant l’origine du kunyanza et de la masturbation que la formation du lac Kivu lui-même. Et, en effet, cette mise en relation métonymique entre une caractéristique de l’activité sexuelle et l’environnement ouvre sur une réflexion écologique globale du Rwanda actuel que les images d’Olivier Jourdain relaient largement : si le liquide expulsé du corps des femmes lors de l’orgasme est comparé, en mots, à l’eau de la rivière, à un lac ou à l’océan, le réalisateur filme cours d’eau, cascades et lacs (sur lesquels de jeunes hommes virils pêchent en équipe). Nous sommes donc bien amenés à comprendre un pan de la cosmologie rwandaise et l’on saisit, par les besoins de reconnaissance et d’harmonie qui s’y expriment, qu’elle s’inscrit dans une dialectique de l’histoire… On retrouve, par ailleurs, l’angle de la tension entre tradition et modernité quand les protagonistes discutent des sexualités urbaines (éjaculation féminine rare) et rurales (pratique du gukuna), du développement, du changement social et du passé. Si la morale est régulièrement mise en débat, à propos de la masturbation ou de la pratique de la levrette, ce n’est pas le recours à la religion qui sert à trancher : lors d’une scène dans un internat, des jeunes filles se réfèrent différemment à la Bible pour penser leurs choix et responsabilités. Enfin, last but not least, la question de l’éjaculation est montrée comme distinctive, pour la société rwandaise, par rapport aux Occidentaux (où elle serait autant inconnue qu’inexistante) et par rapport à d’autres pays africains (notamment ceux où se déroulent des excisions).

L’eau sacrée, tout au long du déroulement de ses belles images, ouvre à la réflexion sur de nombreuses questions genrées, politiques, postcoloniales et écologiques. Femmes et hommes s’expriment assez équitablement et, pour autant que la timidité et la pudeur ne soient pas absentes, les prises de parole semblent plutôt libérées. La domination masculine n’est pas invisibilisée, même si surtout donnée à voir discrètement ou en creux. On peut, par contre, regretter la mise sous silence (complète cette fois) des sexualités autres qu’hétéros, ainsi que des problématiques relatives aux MST et au VIH/Sida. Mais une heure ne donne pas le temps de tout traiter et il paraît surtout indiqué de garder de ce documentaire ce qu’il propose de vivifiant et d’optimiste.

[1] Dont on trouvera une synthèse caustique de l’histoire dans la bande-dessinée de Liv Strömquist L’origine du monde (Rackham, 2016).

Image: Photo de Wyz, “L’origine du Monde”, juin 2006, Rennes. Sous licence CC BY-NC-SA 2.0

 

Deuxième entrée sur les transformations du travail : l’auto-entrepreneuriat au pays des Soviets

Une ligne de force structure l’organisation et la division du travail dans les sociétés occidentales depuis la Révolution industrielle : celle qui sépare les salarié.e.s des indépendant.e.s et entrepreneur.se.s. Si le salariat a pu devenir suffisamment commun pour être régulièrement perçu comme une catégorie “naturelle” de l’activité, la revalorisation de l’ esprit d’initiative des “premiers de cordée” a le vent en poupe depuis pas mal d’années.

Dans le cadre de sa thèse, publiée aux PUF sous le titre Moi, petite entreprise en 2017, Sarah Abdelnour retrace la généalogie du régime de l’auto-entrepreneuriat depuis une quarantaine d’années et “analyse concrètement la situation concrète” (Vladimir Ilitch Oulianov sort de ce corps…) de personnes s’y adonnant. Le 20 mars dernier, elle présentait et discutait les principaux points de sa recherche à la Librairie Tropiques, à Paris.

On peut retenir de cette séance tant la qualité de la présentation de l’auteure, qui en une heure environ a eut le temps de donner à comprendre un bon nombre d’éléments saillants (histoire, contexte, méthode, résultats), que celle de la discussion qui s’en est suivi avec les quelques personnes présentes : il n’est pas tant de lieux où les échanges autour d’une publication sont si bien nourris (précisons que la Libraire Tropiques est un bastion marxiste assumé et revendiqué, par le libraire et par une bonne partie des personnes qui la fréquente).

Deux heures, donc, qui invitent à la lecture (c’est bien certain) mais qui sont également précieuses par les mises en perspective qu’elles proposent : comprendre toujours davantage comment le régime de domination actuel (le néolibéralisme) s’est mis en place et la faiblesse tant de sa profondeur historique que de sa consistance actuelle. On rejoint d’autant mieux les formules conclusives (peut-être ironiques) du débat invitant à supposer ou entrevoir (plus que simplement espérer) son dépassement. Un autre monde est bien possible, et un jour celui-ci sera derrière nous !

Image: Photo d’André Richter, en libre accès.

Digression n°1

Que produit une image ?

Digression n°1 – par Sofien Le Meur

Des réponses, en mots en en images.

Ici, savourez le résultat d’une expérimentation, à laquelle se sont prêtés (au jeu) onze contributeur.e.s qui, à partir d’une même image, ont digressé en mots, poèmes, vidéo, images,…

 

Pauline Hénot

 

 

Je mettrai tous
mes rêves
de neige
de calligraphie

à coté

si je peux juste
te regarder et réaliser…

O te savourer
comme un bonbon.
Mon divine Japon.

F. C.

 

 

Marie De Pibrac

 

[…]
Lui : Moi je veux bien t’aider, mais je peux te demander pourquoi ?
Elle : Parce que j’ai envie, c’est tout.
Lui : Je vois…
Elle : …
Lui : Hum, mais ça t’est venu quand ?
Elle : …
Lui : …
Elle : Un jour, dans la forêt, quand j’ai bu cette décoction de liane. L’envie est montée comme la sève. Je prenais racine dans le sol, mes branches s’élevaient, mes feuilles s’épanouissaient.
Lui : …
Elle : Et puis j’ai vu l’enfant sortir de moi. Il rayonnait comme le feu. C’était chaud.
Lui : …
Elle : C’est là que j’ai compris que je voulais.
Lui : …
Elle : …
Lui : Bon. Ben… Ok.
Elle : …
Lui : Mais après, il faudra que je reparte.
Elle : Oui. Je sais.
Lui : C’est que ça m’ennuie un peu.
Elle : Ne le prends pas mal, mais j’aime autant qu’on fasse comme ça.
Lui : …

Anonyme

 

Sous l’océan (roman-photo à visualiser ici )

Julia Hénin

 

Hallucinations en cascade sur une mer d’huile : le pragmatisme à l’épreuve de l’impossible

C’est en fin de matinée, ce jeudi 12 avril, que la manifestation s’est à nouveau produite au large de la baie des oursin.e.s, dans le golfe de Gascogne. Nulle ne sait pourquoi, dans cette région pourtant sans histoire, de telles apparitions ont lieu à échéances de plus en plus resserrées.

À en croire les locaux, il s’agirait de la réalisation d’anciennes légendes, certain.e.s osent même parler prophétie, évoquant des contentieux marins aux dénouements tragiques ayant encapsulés les esprits concernés dans une sorte de métempsychose, les condamnant à l’errance et permettant, donc, de prédire leurs retours périodiques. Les physicien.ne.s, quant à eux, se font fort d’élaborer des hypothèses se rapprochant du mirage, où la platitude maritime faciliterait un phénomène de réverbérations multiples qui conserverait particulièrement bien les proportions. Les rubochromatologues (spécialistes de la couleur rouge) argumentent en faveur de l’importance de la présence du pigment dont il.le.s sont les experts dans la situation. Mais ils se font tenir la dragée haute par les altostratoesthètes (spécialistes de la forme des nuages) qui ont noté des similitudes dans la disposition et les contours des cumulonimbus à chacune des occurrences. Debouts sur leurs boîtes à chaussures, non sans évoquer le Speakers’ corner de Hyde Park, les sceptiques veulent convaincre qu’aucune preuve solide n’a été apporté suite aux différents témoignages et proposent désormais une cagnotte à qui apportera une explication irréfutable sur le plan de la logique.

Toujours est-il que plus d’un.e ont bien noté que l’agitation a commencé depuis que le changement climatique a suffisamment épaissi l’océan pour qu’on puisse marcher dessus et suffisamment réchauffé l’air pour que tout le monde décide de vivre nu. Il s’agirait ici, en somme, que de l’un des atours de ce grand charivari. À suivre ces dernier.e.s, la véritable énigme consisterait donc à savoir pourquoi, une nouvelle fois, une jeune personne est restée ainsi pantois, les bras ballants, devant l’apparition de ce bateau rouge et de son fameux marin…

MLY

Embarcadère

Claire-Sophie Dagnan

 

Ik moet gewoon op mijn voeten vertrouwen.
Niet bang zijn, weten dat ook de horizon twijfelt
ergens tussen lucht en water, een vrouw zijn.

Ik kan beslissen om een boot te staren.
Rood en reddingsboei en alles wat ik bedoel
vast te spiegelen. Ik kan een man zien

kijken naar wat nooit voltooid eeuwig blijft.

________

Il faut parfois se fier à ses pieds.
Ne pas avoir peur, savoir que l’horizon aussi hésite
entre espace et temps, être une femme.

Je peux décider de contempler un bateau
Le rouge et la bouée, faire miroiter
ce que je veux dans le marbre. Voir un homme

regarder ce qui reste à jamais achevé.

Écrit en néerlandais par Lore Bellemans
Traduction libre par Alexis Andries

 

 

 

Je me souviens de ces vacances en mer, de mon père buvant dans le reflet des ans qui s’aplanissent, des billes qui roulent d’un bord à l’autre, sans fin, de la maison trop grande pour remplacer le vide qui nous sépare, de l’enfance qui s’achève avec, au loin, le miroitement d’une impossible nudité, du mâle que j’abhorre et sens grandir en moi.

Je me souviens de ma mère adultère, nymphe aux longs cheveux, qui se détourne, des billes tombées dans le roulis, des hommes aux bras virils, bouffons des bastingages, ecce pectus, les seins que j’essaie en rêve d’abolir, la nausée des mots couchés sur le papier, le livre ouvert, impudique et sans corps, mon sperme dans l’entre-jambe des histoires auxquelles je n’entends rien.

Je me souviens et oublie que tout reste à jamais figé dans un reflet d’enfance au fond des eaux.

Alexis Andries

 

Amandine Rimbault

 

«  – Alors, tu grimpes ? »

Il était là en haut sur son vieux rafiot, avec une main encourageante tendue vers elle. Elle, en bas, le regardait avec ses grands yeux verts et se sentait inexorablement attirée par ces promesses de nouvelles aventures. D’une nouvelle vie. D’une vie au moins.

Depuis combien de temps étaient-ils là à discuter, lui le vieux marin sur le pont de son bateau et elle la jeune femme les pieds dans le sable ? Quelques minutes ? Quelques heures ? Quelques jours ? Le temps semblait s’être suspendu. Le monde n’existait plus. Il n’y avait plus qu’eux dans l’univers. Deux âmes perdues qui s’étaient trouvées dans leur égarement.

¤¤¤

L’air était chaud et la brise marine agréable en cet après-midi d’été. Une silhouette longeait la côte. Elle marchait déjà depuis un certain temps. Pour aller où ? Elle ne le savait plus elle-même. Ne lui restaient en mémoire que des bribes de souvenirs sur son départ. Un trop-plein d’émotions, de questions, de réponses inaudibles, de conversations inachevées et d’espoirs déçus. Et puis un trop-plein du monde aussi. Trop d’agitation, de peur, de colère, de violence. Quelques minutes après qu’il ait fermé la porte, elle s’était senti le besoin de stopper le bourdonnement dans sa tête et avait décidé d’aller voir la mer.

A présent, elle se tenait devant une suite de marches taillées à même la roche qui conduisaient à une petite crique. Sans vraiment qu’elle ne le choisisse, ses pieds les dévalèrent et s’enfoncèrent dans le sable humide. La jeune femme regarda autour d’elle. On aurait dit que cet endroit l’attendait. Que la mer avait patiemment creusé un petit recoin isolé du monde pour que puisse s’y reposer les âmes fatiguées.

Elle posa son peu d’affaires (un sac contenant de l’eau et quelques gâteaux pour la route) puis, ayant jeté un dernier coup d’œil aux alentours pour vérifier qu’elle était bien seule, elle commença à se déshabiller. Partie dans la précipitation, elle n’avait pas de maillot de bain. Mais qu’importe lorsqu’on est seule au monde ? C’était l’impression que cette crique lui donnait : être seule face à soi-même. Enfin seule face à ses doutes, ses peurs et ses espoirs. Malgré une petite sensation dans le ventre lui indiquant son appréhension, elle savait que c’était ce dont elle avait besoin aujourd’hui.

Totalement nue, elle entreprit de se regarder. D’abord ses longs cheveux bruns qui descendaient en cascade le long de son dos, sa seule petite fierté. Puis ses épaules, ses bras, ses seins, son ventre, son sexe, ses fesses, ses cuisses, ses genoux, ses pieds. Un long examen sous un œil pour la première fois objectif. Elle prit alors conscience de son vrai corps et non de cette interprétation biaisée par le regard des autres, ses complexes, Son regard à Lui… Il n’était pas si mal ce corps finalement. En tout cas il lui convenait à elle et elle décida que c’était bien là l’essentiel.

La marée basse avait dégagé une immense étendue de sable devant elle. Vide, comme son avenir. Hier encore, tout était planifié : mariage, enfants, vieillir ensemble et se soutenir dans chaque étape de la vie. Et pouf, en une quinzaine de minutes, ce futur avait disparu. Le temps d’un au revoir, un « ce n’est pas de ta faute », une porte qui se ferme. Et le silence. Un silence assourdissant rempli de mille questions. Elle s’avança sur la plage, rompant l’uniformité du sable de ses empreintes. Elle cria. Pas de réponse. Certaine d’être seule, elle cria encore, elle hurla sa frustration face à son sentiment d’impuissance, elle courut comme pour fuir ce monde qui l’avait tellement déçue, elle lança au vent ses questions sans réponses.

Soudain, elle s’arrêta. Face à elle se dressait un vieux rafiot rouge et blanc posé sur le sable.

¤¤¤

Le vieux marin sirotait son café en prenant le soleil. Quel idiot de s’être laissé piéger par la marée ! Ces cinquante années à parcourir les mers ne lui avaient-elles dont rien appris ? Si bien sûr, des principes fondamentaux : on ne peut se fier à personne, un bateau seul reste fidèle, à vivre sur les mers on finit seul.

Il en avait passé de bons moments, le vieux, à sillonner les océans, à changer de femme en changeant de port, à voir des paysages incroyables, vivre des aventures passionnantes et goûter des plats des quatre coins du monde. Ses souvenirs étaient tout ce qu’il lui restait depuis que l’âge avait entrepris son lent travail. Aujourd’hui il se contentait de vivre de la pêche et mouillait tous les soirs au même port. Bien que n’ayant pas pu se résigner à s’installer dans un logement à terre, il avait fini par accepter la routine. Ses longues journées étaient peuplées de ses souvenirs.

Jeune homme, il avait débuté mousse et avait ensuite grimpé les échelons avec enthousiasme. Son amour pour la mer était passionnel. Il l’aimait plus qu’il n’aurait pu aimer n’importe quelle femme. Il lui confiait sa vie et savait qu’elle saurait lui offrir le meilleur dont un homme puisse rêver. Et la mer ne le déçu jamais. Les hommes parfois le trahirent, mais la mer toujours le soutint. Les femmes souvent le déçurent, mais la mer, elle, écoutait ses secrets sans le juger. Cette immensité océane fut sa plus fidèle maîtresse et sa plus intime confidente.

Son bateau de transport de marchandises desservait tous les continents. Il avait appris plusieurs langues et pouvait se repérer les yeux fermés dans bien des ports. Durant ses escales, il avait pêché dans l’Amazone, chevauché un éléphant en Asie, joué au football avec des gamins des favelas, dégusté le Whisky écossais à la sortie de la distillerie, mangé des araignées grillées en Afrique… Beaucoup de personnes avaient traversé sa vie. Sans jamais s’y arrêter.

A présent, il ne lui restait que la mer. Mais la mer, amante capricieuse, ne veut pas de vieux qui n’ont plus la force de supporter ses tempêtes. Quelle frustration de voir cette passion à portée de main ! De regarder la vaste étendue et essayer de taire l’envie de continuer droit devant, sortir de la zone de pêche et poursuivre, se donner une dernière fois à elle, son unique amour. Il y avait souvent pensé mais n’en avait jamais eu le courage. Et puis, la mer ne l’avait pas totalement quitté. Elle était toujours là pour l’écouter. Un peu comme un vieux couple dans une relation platonique en somme. Mais elle ne lui apportait plus les réponses qu’il attendait. Elle restait là à l’écouter, silencieuse. Il en venait parfois à regretter de ne jamais s’être fixé, de ne pas avoir suivi le schéma « classique » pour vieillir aux côtés de quelqu’un, pour avoir quelqu’un qui l’attende à son retour, quelqu’un pour qui il compterait et sur qui il puisse compter.

Il s’était alors résigné et renfermé dans sa routine avec pour compagnons son bateau, la mer, et les personnages de ses souvenirs.

¤¤¤

Il se leva pour se resservir du café. Se laisser piéger comme un débutant… il fallait le faire ! Alors seulement il la vit. Plongé dans ses pensées, il n’avait pas entendu les cris et la course folle sur la plage. A présent, elle était là, toute nue, dévisageant le bateau et son occupant avec ses grands yeux verts. Etrangement, il ne chercha pas à comprendre ce qu’elle faisait là, dévêtue et loin de la côte. Etrangement, elle ne se troubla pas à la rencontre d’un regard étranger sur son corps nu au milieu de cette plage vide. Ils se fixèrent un moment avec curiosité. Lui, la regardait sans désir (il était trop vieux pour ce genre de choses) et se rappelait sa jeunesse. Elle, un peu calmée par sa course, l’examinait avec attention, imaginant ses vieux jours. Chaque ride était pour elle une histoire à découvrir, chaque courbe était pour lui un souvenir à jamais passé.

Peut-être avait-il oublié comment on s’adressait à une autre personne, peut-être n’en éprouvait-il simplement pas le besoin. Ce fut elle qui brisa le silence.

« – Pourquoi… ? » Le reste ne vint pas. Trop de questions se bousculaient dans sa tête. Sur ce vieux marin silencieux, sur son histoire, sur le monde, sur elle-même… Trop de questions qu’elle avait besoin de poser, sans pour autant demande de réponses en retour.

« – Tu sais, j’ai vu beaucoup de choses dans ma vie, osa le marin de sa voix éraillée par l’embrun. J’ai découvert d’autres cultures, entendu des discours engagés ou vides de sens, écouté des contes de tous les pays, rencontré des ivrognes et des sages. Au final, si tu cherches un sens à ta vie, ce sera celui que tu décides de lui donner. »

Alors ils parlèrent. De leur vie, du monde, des gens, de Dieu, de l’amour, de la mer… Ils parlèrent jusqu’à ce que l’eau lui arrive aux genoux.

¤¤¤

«  – Alors, tu grimpes ? »

Il était là en haut sur son vieux rafiot, avec une main encourageante tendue vers elle. Elle, en bas, le regardait avec ses grands yeux verts. Il représentait la réponse à ses questions et l’occasion de se lancer dans un avenir imprévu. Elle était une nouvelle jeunesse et une nouvelle amie.

Elle se saisit de sa main et monta dans le bateau.

Laure C.

Les cuisines de l’autogestion

Voici une étonnante petite vidéo d’entretien entre Franck Lepage, parti de la SCOP Le Pavé en 2012 (une organisation qui a marqué l’éducation populaire française des années 2000, jusque dans sa dissolution en 2014[1]) et Luc Carton, sociologue et philosophe belge. La scène se déroule dans une cuisine et la discussion sur l’organisation du travail en autogestion vaut le détour, même si on sent la fatigue poindre sur la fin – c’était le temps du repos, un moment que les collectifs autogestionnaires ont parfois du mal à penser… (!) La vidéo dure une trentaine de minutes et est proposée au visionnage par le site “Sans transition”, autre organisation de l’éducation populaire spécialisée dans l’analyse institutionnelle.

[Cliquez sur l’image pour accéder au contenu]

Dans l’entretien, Franck Lepage – connu pour ses conférences gesticulées “Incultures” – revient sur ce qui l’a marqué dans ses différences expériences coopératives et autogestionnaires. Il présente un constat dur, fait de conflits et de violences, ce qui donne à l’entretien suffisamment de grain à moudre pour poser des questions cruciales sur l’organisation collective du travail. Luc Carton éclaire, débroussaille, organise les idées de manière simple sans être simpliste.

Il insiste sur la violence et les rapports de forces qu’induisent les structures fonctionnant sur le mode de l’assemblée générale permanente (i.e. quand tout fait l’objet de délibérations, par tout le monde et en permanence), ce dont Franck Lepage fait également état. Selon lui, tout collectif se doit de penser le pouvoir et de distinguer des fonctions, des rôles, des tâches, afin de canaliser les tensions et les faire “suivre le canal des règles plutôt que celui des humeurs”. Si l’objectif de la gauche et des collectifs autogestionnaires est “d’abattre les processus de domination, d’aliénation et d’exploitation”, cela n’implique pas d’abattre la division du travail ou d’abattre toute forme hiérarchique. Le mot hiérarchie est d’ailleurs ambigu, car il peut faire référence à des “pouvoirs sans privilèges”, associés à des responsabilités de représentation ou de délégation, nécessaires au fonctionnement du groupe.

Ce qui compte avant tout, pour qu’un collectif fonctionne et accomplisse l’objectif qu’il s’est donné tout en préservant les personnes des tensions et de la violence des rapports inter-individuels, c’est qu’il recoure à des tiers. La question de la triangulation revient dans tout l’entretien, que celle-ci soit liée à la mobilisation d’un tiers extérieur ou d’un tiers intérieur. C’est peut-être cette dernière idée qui fait la clé de voute et l’intérêt singulier de la discussion : chaque organisation doit, selon Luc Carton, “reconnaître sa propre altérité intérieure”, une altérité qui nécessite d’être théâtralisée, via des mécanismes d’organisation, de structuration, de législation sur les règles de vie et de travail en commun.

Un bel entretien dans les cuisines de l’autogestion !

[1] Merci à l’Office d’avoir mis en ligne le manifeste de dissolution/refondation du Pavé.

Ces restes qui nous relient – “With waste, from Vietnam to you”.

Dans le cadre de l’édition 2017 du Festival des Solidarités, dont le Tamis est un des organisateurs marseillais, nous avons demandé à des chercheur.se.s en sciences sociales de penser les “solidarités” à l’aune de leurs terrains de recherches.

Mikaëla Le Meur est doctorante en anthropologie au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université libre de Bruxelles (et également membre du collège d’administration du Tamis). Elle a choisi de mobiliser ses enquêtes sur les filières de recyclage au Vietnam pour questionner la manière dont les choses, en particuliers les objets déchus, relient les humains, parfois malgré eux. Ces liens matériels imposent selon elle de réfléchir aux différentes responsabilités engagées dans les échanges internationaux et les risques pour la santé et l’environnement qui leurs sont associés.

Photo en en-tête : Le village des recycleur.se.s de plastique de Minh Khai – Vietnam

***

Depuis 2011, j’effectue des enquêtes de terrain au Vietnam afin d’alimenter un projet de recherche en anthropologie traitant de la question du devenir-déchet des choses, en particulier des sacs plastiques : un objet ordinaire, dont la durée d’usage est parfois seulement de quelques secondes, mais dont la seconde vie « sauvage », c’est-à-dire dans la nature, peut durer des décennies. Ces enquêtes m’ont conduite, en 2014, dans un village vietnamien de la banlieue de Hanoï qui s’est progressivement spécialisé dans le recyclage du plastique tout en s’intégrant dans l’économie mondialisée. Par une rapide description des filières globalisées de circulation des déchets et des enjeux environnementaux et de santé qui leur sont associés, je propose de montrer que la vie sociale des objets ordinaires nous relie, parfois malgré nous, aux espaces du lointain dont nous détournons le regard. Cette matérialité partagée nous oblige. À penser et à agir. En prenant en compte les relations que nous entretenons avec les êtres et les choses, qui structurent notre existence dans un vaste réseau d’interdépendances.

 

Restes d’ici et d’ailleurs

La commune de Nhu Quynh, dans la banlieue de Hanoi (la capitale du Vietnam), est un espace frontalier entre la ville et la campagne, où l’activité mi artisanale mi industrielle du recyclage a transformé le paysage. Au milieu des rizières, de grandes villas bourgeoises aux volets clos ont poussé sur des tas d’ordures plastiques ; des rivières et des canaux d’irrigation se sont transformés en égouts industriels ; des voies et places publiques en entrepôts de déchets. Au sein de la commune, on trouve le village artisanal de Minh Khai, un ancien village agricole devenu fabrique de transformation du plastique à ciel ouvert. La matière plastique y est passée du statut de rebus au statut de ressource convoitée, qu’elle prenne la forme d’objets cassés, de films industriels usagées, ou de sacs plastiques sales – déchets ordinaires glanés sur les décharges par des paysannes en mal de revenus. Cette économie locale du plastique s’intègre plus largement dans celle d’un recyclage tous azimut, dans lequel toute matière est bonne à prendre et à transformer. Petit à petit, les habitudes locales de réemploi et de recyclage[1] ont ainsi donné lieu à la formation d’un véritable cluster du recyclage inscrit dans des échanges mondialisés. Dans ce réseau dense d’entreprises familiales, chaque entrepreneur.se local.e s’est retrouvé.e connecté.e à des filières matérielles faisant parfois le tour de la planète.

Sillonnant le village des recycleur.se.s durant les chauds et humides mois du printemps 2014, j’ai cherché à identifier d’où venaient toutes ces matières s’amoncelant aux portes des petites fabriques familiales pour alimenter les chaînes de recyclage. Sur des sacs de résidus industriels à moitié fondus, je pouvais lire les noms de grands groupes industriels occidentaux et asiatiques engagés dans le marché et la transformation du plastique : Kolon Plastics, BASF Company, Perrite, Samsung, Lotte Infino etc. Malgré ces indices, il restait difficile de reconstituer le voyage précis des matières arrivant à Nhu Quynh, car ces grands groupes sont présents sur différents continents, brouillant ainsi les pistes. Par ailleurs, les déchets plastiques amoncelés n’offraient pas toujours de traces visibles de leur provenance. C’est en découvrant un homme triant une caisse de papier usagé (destiné lui aussi au recyclage) qui était arrivée le matin même par container, que j’ai progressivement réalisé de quelles circulations matérielles nous pouvions parler :

 Printemps 2014 à Nhu Quynh :

« The best place to explore your irish heritage »[2]

 

Dans la boîte de l’homme, j’ai trouvé pêle-mêle : des prospectus pour souscrire à des assurances retraites, des factures d’électricité, des magazines sportifs faisant état des faits de gloires des rugbymen pendant le match du weekend, des journaux traitant d’actualité locale et internationale, des programmes culturels et autres invitations à des cocktails. Tous ces papiers caractéristiques d’un quotidien localisé étaient rédigés en anglais et affichaient leur provenance : l’Irlande. Ils dataient de l’année précédente, 2013, et avaient dû faire un long voyage par la mer en porte container, pour arriver au Vietnam dans le port de Haiphong, avant d’être chargés dans les camions destinés à alimenter les villages de recycleurs de la banlieue de Hanoï. Avec cette boîte, je pouvais ainsi commencer à situer sur un planisphère quelques-uns des points nodaux d’une chaîne de circulations matérielles internationales.

 

Responsabilités diluées sur les pertes…

La découverte d’une boîte de déchets papiers irlandais dans un village vietnamien pose la question du commerce – et des fuites ? – de déchets à une échelle mondialisée. En effet, n’est-il pas de la responsabilité du producteur de déchets de gérer la seconde vie de ses ordures ? C’est bien ce que les lois environnementales et les dispositifs de gestion des déchets tendent à imposer, dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud, en taxant les contribuables pour financer les services locaux de collecte et de traitement des ordures. De la même manière, les entreprises sont de plus en plus soumises à des dispositifs visant à leur faire prendre en compte l’impact social et environnemental de leurs productions, et à se préoccuper de ce que deviennent les objets qu’elles produisent[3]. Dans la législation française, le producteur et le détenteur de déchets sont tous deux responsables de l’élimination de ceux-ci et leur responsabilité peut être engagée devant la justice, quel que soit leur statut au sein de la chaîne des intermédiaires, car ces matières constituent des risques pour l’environnement et la santé publique. À l’échelle internationale, la Convention de Bâle, présentée en 1989 et entrée en vigueur en 1992, propose des mécanismes de régulation sur les mouvements de déchets dits « dangereux » afin de contrôler les filières et réduire les échanges, notamment depuis les pays du Nord vers les pays du Sud.

Ces différents dispositifs juridiques s’inscrivent dans la lignée de principes moraux aux racines historiques profondes, qui permettent de structurer la vie en communauté. Ces principes régulateurs sont pourtant régulièrement mis à l’épreuve, par exemple dans les querelles de voisinages sur la gestion des lieux de dépôts de déchets : le phénomène NYMBY – « Not In My Backyard »[4] – permet de décrire cette difficile négociation sur la destination des ordures et les responsabilités des différentes personnes impliquées dans la chaîne. La question des déchets implique donc de penser les interdépendances entre les différents acteurs impliqués dans la production des objets, leurs usages et leur déchéance, puis la gestion de leur seconde vie ou leur élimination. Cette interdépendance est potentiellement source de conflits, qui ont vocation à être résolus à l’échelle de la communauté concernée : voisinage, ville, région, État etc.

Dans le cadre des échanges internationaux qui nous intéressent ici plus particulièrement, les chaînes matérielles et les réseaux d’acteurs sont d’une telle complexité que la traçabilité des objets et des matières en est fortement réduite. Les limites de la communauté ayant la charge de réguler les responsabilités liées à la circulation des matières problématiques sont également difficiles à définir, tout comme les normes susceptibles de leur être appliquées. S’il existe certains dispositifs comme des accords bilatéraux ou régionaux (comme au sein de l’Union Européenne), certaines études estiment à 20% la part de commerce illégal dans les échanges internationaux de déchets, montrant ainsi la faiblesse de cette régulation[5]. Cela s’explique notamment par le caractère déclaratif des échanges auprès des instances de contrôle et l’absence de sanctions dans la très grande majorité des réglementations internationales. Les jeux sémantiques associés aux échanges matériels permettent ainsi à une grande partie des déchets produits à l’échelle mondiale d’échapper au contrôle et donc à un engagement de la responsabilité des acteurs concernés. Par exemple, les plastiques et les papiers usagés (qu’ils soient issus des collectes d’ordures ménagères ou des rebus industriels) ne relèvent pas de la catégorie des « matières dangereuses » que la Convention de Bâle propose de réguler, ce qui limite les contrôles potentiellement imposés sur leur transport et leur commerce. Ces deux types de déchets peuvent alors traverser des chaînes de transactions et d’opérations de requalifications matérielles (par le tri, le reconditionnement, le transport, l’achat, la vente etc.) et ainsi acquérir le statut de « matières premières secondaires ». Entre la requalification matérielle liée à des actions dites de « valorisation » et la falsification des documents commerciaux transformant des déchets en matières premières, la frontière est mince et l’usage stratégique des mots entraîne d’importantes conséquences. À partir de matières problématiques qui pourraient mettre en jeu la responsabilité de leurs producteurs et détenteurs, sont ainsi fabriquées des matières convoitées, circulantes et capables de réintégrer les circuits productifs.

 

… et les fracas lointains :

Au Vietnam, je constate donc que des objets déchus, comme des papiers usagés issus de poubelles domestiques irlandaises, peuvent être, en bout de chaîne, considérés comme des matières premières secondaires utilisables dans des filières locales de recyclage. De la même manière, des containers remplis de plastiques usagés (résidus industriels ou résidus de collectes des ordures ménagères) arrivent chaque jour dans la commune de Nhu Quynh pour être recyclés sur place dans des conditions sanitaires et environnementales très problématiques.

Les petites mains du recyclage du plastique : le tri.

***

Pour comprendre comment fonctionne une chaîne de recyclage du plastique à Nhu Quynh, Vietnam, voici deux vidéos[6] :

***

Pour les entrepreneur.se.s et ouvrier.e.s du recyclage de la ville de Nhu Quynh, les arbitrages sont difficiles : d’un côté l’activité génère des revenus indispensables pour subvenir à leurs besoins ; de l’autre, ielles sont affectés par de sévères pollutions, qui frappent leurs corps et leur environnement immédiat. Ielles craignent ainsi de payer un prix lourd pour ce développement qui reste malgré tout inégalitaire. En effet, si certain.es entrepreneur.se.s génèrent des revenus importants, beaucoup d’ouvrier.e.s travaillent dans des conditions difficiles. Ielles acceptent des tâches ingrates (trier des ordures en putréfaction sans protections ; actionner des chaînes de recyclage dangereuses etc.) sans sécurité de l’emploi, ni organisation professionnelle protectrice (ielles sont intérimaires, n’ont pas de syndicats etc.), et ce pour des revenus très faibles. Par ailleurs, les entrepreneur.se.s qui réussissent à dégager des revenus suffisants cherchent en général à s’extraire de ce recyclage dégradant pour intégrer la filière classique de la plasturgie, ce qui montre le peu d’attachement qu’ielles portent au recyclage. Enfin, ce recyclage n’est aucunement écologique puisqu’il génère d’importantes dégradations de l’environnement local[7].

Tas de déchets en attente d’être recyclés – Canal industriel de Nhu Quynh

 

Obligations réciproques

L’intérêt de retracer la vie sociale des choses et plus particulièrement la vie sociale des déchets permet de mettre en évidence les réseaux d’interdépendances qui structurent l’économie globalisée. Cette démarche permet aussi de poser des questions d’ordre politique et moral[8], en réintégrant les sciences et les techniques dans les débats de société. Les sciences sociales permettent en effet de prendre le temps d’examiner les logiques sociales à l’œuvre et de poser la question suivante : est-ce que tout cela va de soi ? Est-ce qu’il va de soi que des acteurs économiques du Nord vendent des matières détritiques qu’ils ont pourtant la responsabilité de gérer ? Cela va-t-il de soi que s’opère une division du travail à l’échelle internationale dans laquelle les ouvrier.e.s des pays en développement recyclent dans de mauvaises conditions les déchets des pays du Nord ? En délégant en chaîne la responsabilité de la transformation des matières, n’est-on pas en train de délocaliser les problèmes dans des pays qui, pourtant, ont peut-être moins de moyens pour les gérer ? L’examen de la vie sociale des déchets et la question des responsabilités partagées nous engage à penser la chaîne des causes et des conséquences de nos actions, les plus infimes soient-elles. Il s’agit de regarder sans détour ce que le modèle de développement dans lequel nous évoluons est capable de produire afin de mieux définir l’action politique qui vise à le transformer. Cela impose alors de réfléchir à « ce/ceux à quoi/qui nous tenons »[9].

 

Notes

[1] Habitudes probablement héritées d’une période de pénuries systémiques dans un Vietnam se relevant difficilement de guerres en chaîne.

[2] « Le meilleur endroit pour explorer vos racines irlandaises. »

[3] À l’aide de différents dispositifs comme par exemple la RSE ; Responsabilité sociétale des entreprises ; la REP – Responsabilité élargie des producteurs etc.

[4] « Pas dans mon arrière-cour ».

[5] Bernard, Sophie et. al., 2012. « Le commerce international des déchets » in CEPII, L’économie mondiale, La découverte : Paris, pp. 104-115

[6] Elles ont initialement été publiées dans la revue Techniques&Culture : https://tc.revues.org/7955

[7] Pour une analyse des différents points de vue autour du recyclage du plastique à Nhu Quynh, voire l’article suivant : http://mouvements.info/controverse-recyclage-plastique/

[8] Emilie Hache fait la distinction entre une « pratique morale » et une position moraliste : elle définit une « pratique morale » comme une activité répondant à trois obligations : « relativiser les différentes fins » (et donc les points de vue « car tout le monde n’a pas les mêmes attachements ») ; « faire appel à l’expérience ; « faire des compromis », en discutant collectivement de ces différents attachements. Hache, Émilie, 2011. Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique. Éditions La Découverte : Paris (p. 37-44).

 

[9] Référence au livre éponyme d’Émilie Hache cité plus haut.

Friot sur Hors-Série : se réapproprier le travail

Vous-a-t-on déjà parlé de la plateforme d’entretiens filmés Hors-Serie.net ? Si ce n’est pas le cas, il convient de corriger cette erreur au plus vite ! Car cette plateforme est une des sources importantes de réflexions dans lesquelles le Tamis puise références et inspirations depuis  2014, date de création du site internet, qui avait pris à l’époque son envol du nid protecteur d’Arrêt sur Images. Pourquoi cette petite histoire introductive sur les médias numériques indépendants ? Parce qu’il s’y passe de très belles choses et qu’on voudrait vous inviter à suivre tout cela de plus près.  Attention, vous entrez dans le monde des contenus payants, un monde un peu select direz-vous ? Peut-être, mais qui a le mérite de rémunérer les travailleurs et les travailleuses de l’information par voie directe et qui nous épargne des horribles publicités qui envahissent partout la toile. À l’heure où l’on parle de la mainmise des grandes figures de l’industrie française sur les médias et l’information, certain.e.s résistent encore et toujours à l’envahisseur en organisant leur métier, en se fédérant. Ainsi, le SPIIL – Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne a été créé et certains sites se sont regroupés pour proposer des offres d’abonnement groupé : La presse libre.

Hors-Série.net fait donc partie de ce microcosme qui existe à notre plus grand bonheur, car les entretiens filmés que la plateforme propose sont d’une grande qualité. Ils traitent pêle-mêle de littérature, de cinéma, de sciences humaines et sociales, d’économie, de philosophie, de musique, de cultures numériques… en nous invitant à prendre un recul nécessaire sur l’actualité, tout en l’informant, par des chemins de traverse.

Sur le travail : entretien avec Bernard Friot

Actualité, organisation du travail, indépendance, critique informée, sciences humaines et sociales… Cette introduction qui semblait prendre la tangente permet finalement, à l’aide d’une pirouette, d’introduire l’objet de ce billet : un entretien filmé proposé par Judith Bernard avec Bernard Friot, sociologue et économiste, professeur émérite à l’Université Paris-Ouest Nanterre, à propos de son dernier ouvrage intitulé Vaincre Macron.

En quelques mots, la situation est posée : le sociologue du travail entend nous donner des clés pour vaincre la politique du nouveau Président de la République, qui s’est donné pour projet (entre autres) de transformer en profondeur l’organisation sociale et économique du travail (notamment par la réforme du Code du travail) afin d’embarquer la société française vers un futur de start-up nation (une vision qui se dit innovante, mais qui n’est pas si nouvelle que cela, en réalité).

Comme nous l’avions évoqué il y a quelques temps déjà, la pensée développée par Bernard Friot nous intéresse (parmi d’autres, il faut croiser ses sources !) car le Tamis s’est donné comme chantier de penser aux formes d’organisation du travail. Il s’avère que la rentrée d’automne 2017 a rendu ces réflexions d’autant plus actuelles et urgentes  que nous avons appris l’arrêt des deux contrats aidés dont disposait jusqu’alors l’association (quelques détails à ce sujet dans notre pli de rentrée). Ces contrats nous permettaient, depuis 2016, de développer nos projets et l’arrêt anticipé de ces aides nous a un peu miné le moral. Or Friot vient, dans cet entretien, replacer la question du travail dans une perspective historique et révolutionnaire qui redonne envie de lutter. Ce qui est bienvenu, par les temps qui courent.

Par ailleurs, cet universitaire est investi dans le champ associatif (via l’association d’éducation populaire Réseau Salariat) et le champ politique (dans les mouvements communistes puis de la France Insoumise), ce qui en fait une figure contemporaine de l’intellectuel de gauche (pour une discussion sur la figure de l’intellectuel, nous vous recommandons le livre de l’historien Gérard Noiriel « Dire la vérité pouvoir. Les intellectuels en question »). Entre analyse sociologique, critique sociale et propositions politiques, Friot offre une pensée riche et généreuse qui permet de donner matière à discussion et à débat.  C’est pourquoi ce billet propose la lecture de quelques extraits de l’entretien en ligne sur le site d’Hors-Série, afin d’alimenter les réflexions de tou.te.s sur le travail et, pourquoi pas, inciter à regarder l’entretien complet.

***

Durant l’entretien, le sociologue rappelle qu’en se révoltant contre l’aristocratie à la fin du XVIIIème siècle, la bourgeoisie a permis de redéfinir l’organisation du travail en se fondant sur un idéal plus égalitaire que sous l’Ancien Régime. Cependant, cette organisation du travail était (et est toujours en grande partie) fondée sur une logique de mise en valeur du capital dont l’une des conséquences est l’indifférence de la classe dominante à l’utilité sociale de certaines activités : “Le critère de calcul de la valeur [par la bourgeoisie], c’est ce qui met en valeur le capital. […] Cela donne au champ du travail une acception à la fois indifférente à la valeur d’usage – On va appeler travail des activités extrêmement nocives – et en même temps une acception très réduite puisque toute activité qui ne met pas en valeur du capital n’est pas réputée être du travail.” (15min)

A parte : Au Tamis, on ne met pas en valeur de capital (ou alors pas beaucoup…) et pourtant, on travaille ! Si vous saviez… Et il nous semble parfois (on espère) que la valeur de nos activités mérite d’être reconnue.

L’enjeu est alors, selon l’universitaire, de substituer à la définition bourgeoise du travail (qui s’était auparavant substituée à la définition aristocratique du travail) une définition communiste du travail. Il explique durant l’entretien pourquoi le terme de communisme mérite selon lui encore d’être employé malgré/grâce à l’héritage du XXème siècle. En effet, durant le dernier siècle, les mouvements communistes ont permis les prémices d’une révolution du travail et une répartition nouvelle des richesses dont les réussites restent, à ses yeux, ignorées et méconnues. En 1946 en particulier, le régime général de sécurité sociale est mis en place par Ambroise Croizat et les militants de la CGT. Les allocations familiales sont alors considérées “comme un salaire, qui est dû aux parents en tant que parents et qui représente une production de valeur supérieure à celle d’un ouvrier spécialiste de la métallurgie”. Il ne s’agit donc pas d’une aide pour une charge calculée sur le coût de l’éducation des enfants, mais un salaire calculé sur une activité productive pour la société. Cette conception des allocations familiales constitue “une affirmation forte du changement du sens du travail” (18min).

On assisterait désormais à un épisode contre-révolutionnaire, qui tendrait à nier ces acquis, durant lequel le capitalisme reproduit des inégalités incompatibles avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 : autrement dit, “tous les hommes naissent libres et égaux en droit”, dit le texte, mais dans la pratique, tout le monde n’a pas les mêmes droits économiques.

“Interdiction de tourner à droite” : Nouvel an en République Socialiste du Vietnam – 2014

 

Sur le salaire et les aides :

Pour Bernard Friot, “l’obsession de la classe dirigeante c’est d’en finir avec le salaire à la qualification personnelle: nous ne sommes pas des producteurs candidats à la souveraineté  sur la production. Nous sommes des mineurs économiques qui avons droit à du pouvoir d’achat.” (52 min) En agitant le foulard du pouvoir d’achat, nous serions détourné.e.s des véritables questions qui sous-tendent l’organisation actuelle du travail, notamment celle de la souveraineté des travailleurs et des travailleuses sur la production.

Il explique que les politiques de soutien au pouvoir d’achat reposent sur deux piliers économiques complémentaires d’un même système, qu’il s’agirait par là de reproduire, et non de remettre en question. (1) Le 1er pilier : “non contributif” ou “pilier de l’universel” repose sur l’idée de la solidarité avec les plus démunis, qu’ils soient chômeurs, malades, vieux etc. L’objectif est de leur fournir des aides qui ne seraient pas conditionnées à leur performance au travail : “il n’existe pas de cotisation fondatrice d’un droit” (on parle alors du RSA, des diverses allocations, du projet de revenu universel etc.). (2) Le 2ème pilier : “celui de la performance contributive” repose sur les contributions des travailleurs et des travailleuses investies sur le marché de l’emploi. Leurs performances sur le marché des biens et des services sert de base au calcul pour leur droit à un certain pouvoir d’achat : “travailler plus pour gagner plus”, en somme.

Ces deux piliers complémentaires, constitutifs d’une même pratique politique fondée sur le pouvoir d’achat, sont critiquables car ils reposent sur une division a priori de la société : il y aurait des besoins ou des populations qui relèveraient de l’un ou l’autre pilier. C’est-à-dire qu’ “il y a cette division entre les performants, ceux qui réussissent, et puis ceux qui ne sont rien”, dit le sociologue en faisant référence à l’actualité et aux paroles d’Emmanuel Macron. Il ajoute que, l’existence d’un revenu non-contributif destiné à une certaine catégorie de population entraine une stigmatisation, car dans l’imaginaire commun, les aides “c’est quand même le signe de la fainéantise” (54min).

Contre la victimisation des “jeunes” et les distorsions de l’économie sociale et solidaire

Bernard Friot met en perspective le développement de l’économie sociale et solidaire en rappelant qu’elle s’intègre dans le cadre du marché des biens et des services d’une économie capitaliste. Il nous amène donc à réfléchir sur ses modalités d’organisation et les contrats qui y sont proposés, notamment pour les jeunes (services civiques etc.) : “On invoque la citoyenneté pour faire bosser les gens, pas cher, dans l’économie sociale et solidaire. Ça c’est la marge que le capitalisme s’octroie… économie sociale et solidaire qu’il pille d’ailleurs, parce que la valeur produite est largement pillée par le cœur du capitalisme” (56min).

Il rappelle en effet que l’économie sociale et solidaire fonctionne dans une organisation de marché, avec des fournisseurs, des prêteurs. Lorsque l’on remonte les chaînes de financement, on trouve toujours des structures capitalistes qui injectent de l’argent et le font fructifier, sur des projets pour lesquels les risques ont été préalablement écartés, grâce à des financements initiaux venus des aides de l’État. Pour lui, l’aide destinée au secteur de l’économie sociale et solidaire “c’est aussi un moyen [pour le capitalisme] de ne pas assumer les premiers moments difficiles de la mise en place d’un nouveau produit.”

Il revient alors sur le premier pilier des politiques basées sur le pouvoir d’achat, “un premier pilier de ressources qui se construit à partir des jeunes, pour l’essentiel”. Le dialogue qui s’ensuit avec Judith Bernard est particulièrement riche d’enseignements :

“– [B. Friot] Les choses démarrent avec Raymond Barre et le “Plan Jeune” en 1977, et c’est toujours la même séquence : il s’agit de dire qu’une population est en difficulté.

– [J. Bernard] C’est de la victimisation en fait. […] Le coup du taux de chômage des jeunes : la grosse arnaque ! ça c’est très éloquent pour montrer comment on construit une catégorie sociale en victime pour ensuite pouvoir lui donner des espèces de “sous-droits”. On va lui créer des contrats aménagés sur mesure, pour des victimes. J’explique : sur le taux de chômage des jeunes sur lequel on nous rebat les oreilles en nous disant “1 jeune sur 4 est au chômage”, ce n’est pas vrai. Ce n’est pas 1 jeune sur 4 qui est chômeur parce qu’il y a 70% des 18-25 ans qui sont étudiants, donc eux ne sont pas des actifs. Donc ce sont chez les 30% restants, ceux qui ne sont pas étudiants, que l’on peut en effet observer ce taux de chômage de 1/4. […] Mais pourquoi la bourgeoisie, le capital, a intérêt à fabriquer ce taux absolument exorbitant de 25% de chômeurs chez les jeunes? Parce qu’on va leur faire des petits contrats bien humiliants et bien dégradants pour leurs droits. Ils vont rentrer dans l’entreprise avec un sous salaire, avec des sous-droits. Mais ils en ont tellement besoin parce que ce sont des victimes… Pardon, c’est un peu caricatural, mais on était sur cette idée là…

– [B. Friot] C’est l’impôt de solidarité. Le premier pilier est fondé sur ça. Il y a un drame dans la jeunesse : “Mieux vaut le petit boulot que rien du tout”. Alors on a inventé les TUC [Ndlr : Travaux d’Utilité Collective lancés par le gouvernement Fabius], les SIVP [Ndlr : Stages d’Insertion dans la Vie Professionnelle], ça c’est les années 1980. Le contrat emploi solidarité, toujours pareil, ça c’est Rocard, le contrat emploi jeune, c’est Jospin… Aujourd’hui, les services civiques, les volontariats, les stages. On a complètement disqualifié l’embauche. […] Baudelot et Establet l’ont montré dans un ouvrage qu’il faut lire et relire, qui s’appelle “Avoir 30 ans en 1968 et en 1998” : ils montrent qu’en l’espace de 30 ans, le salaire à 25 ans a chuté de moitié en monnaie constante. On est là dans un effondrement de la jeunesse, à qui, du coup, on a cassé la gueule. Quand vous victimisez une population, évidemment vous allez lui casser la gueule en tant que porteuse d’une qualification.” (57min)

***

Après ces extraits de l’entretien d’une heure et demi entre Bernard Friot et Judith Bernard, du site Hors-Série.net, comment relire l’actualité du Tamis? Probablement en écoutant la réponse que fait le sociologue à son intervieweuse quand elle lui demande (vers 1h11) comment faire pour transformer ces analyses sociologiques et économiques en slogan et, par la suite, comment agir… “Il s’agit de sortir de la plainte et de la dénonciation.”

Aller, au turbin les T’ami.e.s ! On a un monde à inventer.

 

Note : pour aller plus loin, la revue Ballast propose la lecture (en accès libre) d’un long entretien avec Bernard Friot. C’est ici.

 

Esprit critique, doutes et certitudes humaines

L’émission de radio de France Culture “Du Grain à moudre” proposait, le 18 octobre dernier, une table ronde composée de chercheurs et spécialistes de la médiation scientifique autour de la question “Comment enseigner le doute sans tomber dans le relativisme?

La discussion, portée par l’actualité d’un regain (dit-on) des conspirationnismes, des mises en doutes du savoir enseigné à l’école et des théories scientifiques (de l’évolution, du genre etc.), permet aux participants d’aborder de nombreux thèmes liés à l’apprentissage, à la construction des théories scientifiques, au rapport entre savoirs et émotions, aux dispositifs pédagogiques et à leur efficacité, leur douceur et leur violence.

Cette discussion constitue donc très littéralement du grain à moudre pour le Tamis, qui se donne diverses missions, dont celle de familiariser des enfants et des adultes, à la notion de point de vue situé sur le monde, ainsi qu’aux démarches d’enquête en sciences sociales, notamment au travers d’ateliers.

Au fil de la discussion, les évocations de la théorie de l’évolution ou du créationnisme donnent envie de se plonger dans l’univers des “youtubeurs” scientifiques, comme dans celui d’e-penser, présenté en cours d’émission, mais aussi de la chaîne dirty biology. Ces “youtubeurs” manient avec brio les matériaux scientifiques anciens et nouveaux afin de produire des contenus intelligents et ludiques, qui nous feront indéniablement mourir moins cons, mais peut-être pas moins bêtes…

Sommes nous vraiment humains ? Réponse par Léo Grasset :

DirtyBiology

Deleuze, l’animal et l’écriture

Morceau choisi de “A de Animal”, Abécédaire de Gilles Deleuze – Entretiens avec Claire Parnet :

« Quand on écrit, on ne mène pas une petite affaire privée. C’est vraiment les connards, c’est vraiment l’abomination de la médiocrité littéraire – de tout temps mais particulièrement actuellement – qui fait croire aux gens que, pour faire un roman par exemple, il suffit d’avoir une petite affaire privée. Sa petite affaire à soi. Sa grand-mère qui est morte d’un cancer ou bien son histoire d’amour à soi et puis voilà. Et puis on fait un roman.

Mais c’est une honte, quoi ! C’est une honte de penser des choses comme ça !

C’est pas l’affaire privée de quelqu’un, écrire. C’est vraiment se lancer dans une affaire universelle. Que ce soit le roman, ou la philosophie. »

16’45”

La révolution du travail

“Faire la révolution, c’est produire autrement, c’est changer le mode de production, c’est pratiquer autrement le travail.” dit Bernard Friot, sociologue, économiste, membre du Réseau Salariat et théoricien du salaire à vie. De son côté, la plateforme Onvautmieuxqueça, mise en ligne par un collectif de vidéastes et donnant la parole à qui veut la prendre, entend “soutenir ceux et celles qui « ont mal au travail »”. Comment ne pas s’intéresser à ces réflexions croisées sur le travail pour Le Tamis, “une association coopérative de recherche et d’action dont l’objet est d’ouvrir un espace de réflexion et d’expression pour la production et le partage d’œuvres anthropologiques collectives et créatives ?”

Saisissons donc l’occasion de regarder cette rencontre filmée à Science Po Rennes entre Bernard Friot, Usul, l’un des vidéastes à l’initiative d’Onveutmieuxqueça et dont nous avons déjà parlé ici, et une jeunesse en lutte contre la loi El Khomri :

Il y est question de travail, de lutte, de salariat, de revenu, de marché, de démocratie, de parole, de débat, de politique, d’internet… de champ des possibles !

Note : Vers 1h45, mise au point sur la différence entre salaire à vie et revenu de base, une distinction trop souvent floue et qui parfois divise dans les milieux associatifs, coopératifs et “alternatifs”.

Usul – Sociologie et culture de l’excuse

Ci-dessous, un beau document vidéo sur la sociologie et la “culture de l’excuse”. Ce document prend à bras le corps l’actualité explosive (terrorisme, émeutes, critique sociale radicale) et la réintègre intelligemment dans le temps plus long du rapport entre sciences sociales, médias et pouvoir politique durant la seconde moitié du XXème siècle.

Elle constitue une bonne entrée en matière pour découvrir ou redécouvrir l’excellent travail de mise en images, en sons, en mots et en humour d’Usul, vidéaste autodidacte, sur sa chaîne youtube “Mes chers contemporains”.