Archives par mot-clé : photographies

« Éclipse de l’université » – de la constellation de visages au clip décalé / contre la LPR et son monde

Le 17 novembre 2020, le Tamis a emboité le pas à l’opération Écrans Noirs contre la LPR – Loi de Programmation de la Recherche, en proposant à qui le souhaitait d’observer avec nous l’éclipse de l’université, engendrée par le vote par l’Assemblée Nationale, et confirmé par le Sénat, de cette loi contre laquelle une grande majorité de la communauté universitaire s’est mobilisée cette année et se mobilise encore.

Il s’agissait simplement de nous envoyer un selfie « éclipsé » à contact@letamis.org ou sur les réseaux sociaux, en suivant un mode opératoire libre d’interprétation :

  • Trouver un rayon de lumière (naturelle, lustre ou lampadaire) et s’équiper de lunettes noires
  • Saisir son téléphone intelligent dans une main et une assiette ou tout autre objet capable de produire une ombre portée ronde sur le visage dans l’autre.
  • Activer le mode noir et blanc, réaliser un selfie en plongée (main tendue vers le haut !). L’envoyer.

Nous avons reçu plusieurs dizaines d’images, de différents coins de France, de visages plus ou moins familiers, de parfait·e·s inconnues ou de personnes perdues de vues, avec souvent des petits mots gentils signé·e·s par des précaires et des titulaires de l’ESR, des étudiant·e·s, mais aussi par des personnes extérieures à l’université, simplement et profondément concernées.

Nous avons donc constitué une mosaïque de visages, qui en parallèle des noms et des signatures qui s’accumulent sous les tribunes, les motions et les pétitions, expriment des émotions : détermination, ironie, colère, inquiétude ou terreur, chaque visage nous transporte dans une lutte politique et poétique, qui frôle parfois la science fiction la plus menaçante. Nous y avons vu Brazil, 1984, Le Meilleur des Mondes

Nous entrons dans une période obscure et nul ne peut dire quand reviendra le soleil.

 

Parce que cette collecte en ligne n’est qu’une des mille manières de lutter, en plein confinement, contre la dérive autoritaire du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et, plus généralement, du gouvernement,  nous avons aussi participé à un très petit happening devant l’Université Aix-Marseille. Même si nous étions une poignée, nous avons produit des vidéos dans la rue (car elle est à nous !). Mêlées à la constellation de selfies éclipsés par la magie du montage et soutenue par le flow d’IAM dans L’empire du côté obscur (morceau issu du génial album “L’école du micro d’argent”, 1997), nous en avons fait un clip décalé.

Le voici. Nous espérons qu’il vous fera rire, mais aussi qu’il vous donnera de l’entrain pour continuer à lutter.

Vous pouvez toujours nous envoyer vos selfies « éclipsés », nous nous ferons une joie de les ajouter à l’album partagé (il est même normalement possible d’y mettre soi-même une image). Mais n’oubliez pas d’aller manifester, d’informer encore et encore, de crier votre colère partout. Il ne faut rien lâcher !

À la recherche d’un point de vue étudiant sur la mobilisation contre la LPPR – Un stage au Tamis

Adèle Mour et Flora Meur ont contacté le Tamis en février 2020 pour y réaliser un stage, dans le cadre de leur Licence en Anthropologie à l’Université Aix-Marseille. L’actualité de l’époque était bouillante au sein de l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Les étudiant·e·s, les personnels administratifs et les enseignant·e·s chercheur·se·s organisaient un grand mouvement de lutte contre la LPPR (Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche), imposée par la ministre Frédérique Vidal contre l’avis quasi unanime de la communauté scientifique et universitaire (pour  une synthèse critique de ce conflit social majeur, voir les archives du site Université Ouverte).

Au Tamis, nous avions également levé le poing contre cette loi et contre les autres réformes en cours (des retraites, de l’assurance chômage etc.), qui faisaient et font encore gronder la colère populaire. Nous avons donc proposé à Adèle et Flora de faire une petite enquête sur cette mobilisation à l’université, en recherchant un « point de vue étudiant » sur la lutte. Leur première mission consistait à documenter la journée du 5 mars sur le campus Schumann, à Aix-en-Provence, une journée de grève et d’événements répondant à la formule de ralliement : « Aujourd’hui, l’université et la recherche s’arrêtent ! » Munies d’un enregistreur pour l’une, d’un appareil photo pour l’autre, elles ont observé et participé à ce 5 mars mobilisé, qui, loin d’être une journée morte, s’est révélée fourmillante et stimulante.

La pandémie de Covid19 et le confinement décrété par le gouvernement français ont très vite contraint nos enquêtrices et les membres de l’association à se reclure dans leur logement, mais le stage ne s’est pas arrêté. Il a pris une autre tournure : celle de la discussion à distance, de l’introspection et de l’écriture. Déconfiné·e·s, nous avons eu la chance de voir émerger deux formes de récits de la mobilisation du 5 mars, présentées à quelques membres du Tamis en juin dans notre local au sein de Coco Velten. Ce sont de petits objets précieux, réalisés par deux jeunes anthropologues qui ont des choses à dire sur le monde qui les entoure. Les voici publiés, disponibles à l’écoute et à la lecture.

En sons : « L’université saltimbanque »

Flora Meur a composé un récit sonore qui entremêle des témoignages recueillis par écrit puis lus au micro par des voix confinées, avec des sons enregistrés lors de la journée du 5 mars. Dans une écriture qui cherche à la fois à nous toucher, à nous amuser et à nous faire comprendre, ce documentaire donne à entendre le malaise, la colère, la détermination mais aussi l’espoir et les perspectives que proposent les personnes mobilisées. Rythmique, mélodique, il montre que les voix peuvent s’écouter pour le sens des mots mais aussi pour leur musicalité.

À découvrir ici :

 

En images et en mots : « La mobilisation du 5 mars au côté de Neïla »

Adèle Mour s’est embarquée au côté de Neïla, une amie, pour comprendre son point de vue sur la mobilisation. Les paroles de Neïla sont intimes et nous plongent dans la réflexion et l’introspection – peut-être même jusqu’à être subermergé·e·s par le doute (méthodologique ?). Les photographies d’Adèle, quant-à elles, provoquent un effet d’étrangeté : la mobilisation, bouillonnante, chaleureuse, vient révéler la froideur et la sévérité de l’architecture du campus Schumann, récemment refait à neuf. Dans ces espaces neutralisés, les individus cherchent à retrouver du collectif et de la solidarité avec des choses simples : en partageant paroles, repas et chants en « coeur ». La coquille est jolie, celles et ceux qui la trouveront pourront la garder.

Cliquez sur la première image et faites défiler la galerie.

Photographie en une : Adèle Mour, 2020.