Archives par mot-clé : lutte

À la recherche d’un point de vue étudiant sur la mobilisation contre la LPPR – Un stage au Tamis

Adèle Mour et Flora Meur ont contacté le Tamis en février 2020 pour y réaliser un stage, dans le cadre de leur Licence en Anthropologie à l’Université Aix-Marseille. L’actualité de l’époque était bouillante au sein de l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Les étudiant·e·s, les personnels administratifs et les enseignant·e·s chercheur·se·s organisaient un grand mouvement de lutte contre la LPPR (Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche), imposée par la ministre Frédérique Vidal contre l’avis quasi unanime de la communauté scientifique et universitaire (pour  une synthèse critique de ce conflit social majeur, voir les archives du site Université Ouverte).

Au Tamis, nous avions également levé le poing contre cette loi et contre les autres réformes en cours (des retraites, de l’assurance chômage etc.), qui faisaient et font encore gronder la colère populaire. Nous avons donc proposé à Adèle et Flora de faire une petite enquête sur cette mobilisation à l’université, en recherchant un « point de vue étudiant » sur la lutte. Leur première mission consistait à documenter la journée du 5 mars sur le campus Schumann, à Aix-en-Provence, une journée de grève et d’événements répondant à la formule de ralliement : « Aujourd’hui, l’université et la recherche s’arrêtent ! » Munies d’un enregistreur pour l’une, d’un appareil photo pour l’autre, elles ont observé et participé à ce 5 mars mobilisé, qui, loin d’être une journée morte, s’est révélée fourmillante et stimulante.

La pandémie de Covid19 et le confinement décrété par le gouvernement français ont très vite contraint nos enquêtrices et les membres de l’association à se reclure dans leur logement, mais le stage ne s’est pas arrêté. Il a pris une autre tournure : celle de la discussion à distance, de l’introspection et de l’écriture. Déconfiné·e·s, nous avons eu la chance de voir émerger deux formes de récits de la mobilisation du 5 mars, présentées à quelques membres du Tamis en juin dans notre local au sein de Coco Velten. Ce sont de petits objets précieux, réalisés par deux jeunes anthropologues qui ont des choses à dire sur le monde qui les entoure. Les voici publiés, disponibles à l’écoute et à la lecture.

En sons : « L’université saltimbanque »

Flora Meur a composé un récit sonore qui entremêle des témoignages recueillis par écrits puis lus au micro par des voix confinées, avec des sons enregistrés lors de la journée du 5 mars. Dans une écriture qui cherche à la fois à nous toucher, à nous amuser et à nous faire comprendre, ce documentaire donne à entendre le malaise, la colère, la détermination mais aussi l’espoir et les perspectives que proposent les personnes mobilisées. Rythmique, mélodique, il montre que les voix peuvent s’écouter pour le sens des mots mais aussi pour leur musicalité.

À découvrir ici :

 

En images et en mots : « La mobilisation du 5 mars au côté de Neïla »

Adèle Mour s’est embarquée au côté de Neïla, une amie, pour comprendre son point de vue sur la mobilisation. Les paroles de Neïla sont intimes et nous plongent dans la réflexion et l’introspection – peut-être même jusqu’à être subermergé·e·s par le doute (méthodologique ?). Les photographies d’Adèle, quant-à elles, provoquent un effet d’étrangeté : la mobilisation, bouillonnante, chaleureuse, vient révéler la froideur et la sévérité de l’architecture du campus Schumann, récemment refait à neuf. Dans ces espaces neutralisés, les individus cherchent à retrouver du collectif et de la solidarité avec des choses simples : en partageant paroles, repas et chants en « coeur ». La coquille est jolie, celles et ceux qui la trouveront pourront la garder.

Cliquez sur la première image et faites défiler la galerie.

Photographie en une : Adèle Mour, 2020.

2020 – Le Tamis lève le poing !

[Reproduction du texte de notre pli du mois de janvier 2020]
 
 
 

 

Nous, précaires des entre-mondes
– diplômé·e·s de sciences humaines et sociales
– enseignant·e·s chercheur·se·s non titulaires, 
– travailleur·se·s salarié·e·s et indépendant·e·s du social, de l’enseignement et de la culture
– artistes – auteurs·trices
– bénévoles associatifs
– chercheur·se·s d’emplois et trouveur·se·s de travail gratuit, 
– créateur·rice·s des futurs et des mondes à venir
sommes en lutte.

 

Si notre lutte contre la précarisation du travail et la mise en concurrence des individus et des collectifs n’est pas récente, en cette année 2020, elle prend notamment pour cibles le projet de réforme des retraites violemment imposé par le gouvernement malgré un mouvement social inédit (une explication en BD), la réforme de l’assurance-chômage, qui précarise encore les plus précaires d’entre nous, ainsi que la LPPR – Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, une loi « inégalitaire » et « darwinienne » selon les termes même du président directeur général du CNRS, Antoine Petit (voir ressources détaillées plus bas). Nous sommes par ailleurs solidaires de la lutte des enseignant·e·s et des élèves du second degré contre la réforme du Baccalauréat et la mise en place des E3C (cf. Lettre ouverte d’une lycéenne). Solidaires encore de la lutte des artistes-auteurs·trices de bande-dessinée (voir leur tribune dans Libération).  

Les différents projets du gouvernement précités, à rebours des belles déclarations et des grands discours, vont à l’encontre des principes d’égalité, de justice sociale et de coopération que nous défendons, avec pour horizon d’espérance l’émancipation intellectuelle et la stabilité matérielle pour toutes et tous.  

Nous souhaitons également réaffirmer que, comme toute recherche fondamentale, les sciences humaines et sociales ne peuvent et ne doivent être subordonnées à une quelconque utilité économique. Elles ont besoin de temps, de moyens et d’indépendance.  

Même dans le tumulte politique actuel, elles constituent un outil de compréhension fondamental des enjeux de pouvoir. On comprend d’autant mieux que leur puissance critique dérange les potentats installés et donc que leurs conditions concrètes d’exercice soient autant menacées.  

Il s’agit d’un cri d’alarme collectif (« society needs reflexivity »), que nous envoyons à travers notre Tamis, depuis le triangle des Bermudes précaire où nous évoluons, entre sciences sociales, éducation populaire et mondes artistiques.

 
 
Manifestation du 5 décembre à Marseille

Ressources pour s’informer sur la LPPR :
> Loi « darwinienne »: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit
> Moratoire LPPR signé par plus de 300 directions de laboratoires de recherche au 30 janvier
> Tribune des Précaires de l’ESR (Enseignement Supérieur et Recherche) d’ïle de France dans Médiapart sur la nécessité de faire grève
> Ressources et décryptages proposés par le site Université Ouverte
> « Gouverner par les inégalités » – communiqué commun de l’ASES et l’AFS [Association des sociologues de l’enseignement supérieur et Association française de sociologie]
> Tribune de près de 70 revues scientifiques mobilisées publiée dans Le Monde (reproduction en libre accès)

Vidéos :
Point d’information sur la LPPR lors de l’Assemblée générale de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, le 15 janvier 2020, par Isabelle Luciani.
La LPPR expliquée par Antoine Gaudin, Maître de Conférences en Études cinématographiques et audiovisuelles

(liste non exhaustive !)
 
***
 
Pour continuer la lutte en fanfare,
on recommande « du mouvement, du mouvement, du mouvement social », car il faut continuer à « danser en colère » !