Archives par mot-clé : Ethique et politique de l’association

2020 – Le Tamis lève le poing !

[Reproduction du texte de notre pli du mois de janvier 2020]
 
 
 

 

Nous, précaires des entre-mondes
– diplômé·e·s de sciences humaines et sociales
– enseignant·e·s chercheur·se·s non titulaires, 
– travailleur·se·s salarié·e·s et indépendant·e·s du social, de l’enseignement et de la culture
– artistes – auteurs·trices
– bénévoles associatifs
– chercheur·se·s d’emplois et trouveur·se·s de travail gratuit, 
– créateur·rice·s des futurs et des mondes à venir
sommes en lutte.

 

Si notre lutte contre la précarisation du travail et la mise en concurrence des individus et des collectifs n’est pas récente, en cette année 2020, elle prend notamment pour cibles le projet de réforme des retraites violemment imposé par le gouvernement malgré un mouvement social inédit (une explication en BD), la réforme de l’assurance-chômage, qui précarise encore les plus précaires d’entre nous, ainsi que la LPPR – Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, une loi « inégalitaire » et « darwinienne » selon les termes même du président directeur général du CNRS, Antoine Petit (voir ressources détaillées plus bas). Nous sommes par ailleurs solidaires de la lutte des enseignant·e·s et des élèves du second degré contre la réforme du Baccalauréat et la mise en place des E3C (cf. Lettre ouverte d’une lycéenne). Solidaires encore de la lutte des artistes-auteurs·trices de bande-dessinée (voir leur tribune dans Libération).  

Les différents projets du gouvernement précités, à rebours des belles déclarations et des grands discours, vont à l’encontre des principes d’égalité, de justice sociale et de coopération que nous défendons, avec pour horizon d’espérance l’émancipation intellectuelle et la stabilité matérielle pour toutes et tous.  

Nous souhaitons également réaffirmer que, comme toute recherche fondamentale, les sciences humaines et sociales ne peuvent et ne doivent être subordonnées à une quelconque utilité économique. Elles ont besoin de temps, de moyens et d’indépendance.  

Même dans le tumulte politique actuel, elles constituent un outil de compréhension fondamental des enjeux de pouvoir. On comprend d’autant mieux que leur puissance critique dérange les potentats installés et donc que leurs conditions concrètes d’exercice soient autant menacées.  

Il s’agit d’un cri d’alarme collectif (« society needs reflexivity »), que nous envoyons à travers notre Tamis, depuis le triangle des Bermudes précaire où nous évoluons, entre sciences sociales, éducation populaire et mondes artistiques.

 
 
Manifestation du 5 décembre à Marseille

Ressources pour s’informer sur la LPPR :
> Loi « darwinienne »: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit
> Moratoire LPPR signé par plus de 300 directions de laboratoires de recherche au 30 janvier
> Tribune des Précaires de l’ESR (Enseignement Supérieur et Recherche) d’ïle de France dans Médiapart sur la nécessité de faire grève
> Ressources et décryptages proposés par le site Université Ouverte
> « Gouverner par les inégalités » – communiqué commun de l’ASES et l’AFS [Association des sociologues de l’enseignement supérieur et Association française de sociologie]
> Tribune de près de 70 revues scientifiques mobilisées publiée dans Le Monde (reproduction en libre accès)

Vidéos :
Point d’information sur la LPPR lors de l’Assemblée générale de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, le 15 janvier 2020, par Isabelle Luciani.
La LPPR expliquée par Antoine Gaudin, Maître de Conférences en Études cinématographiques et audiovisuelles

(liste non exhaustive !)
 
***
 
Pour continuer la lutte en fanfare,
on recommande « du mouvement, du mouvement, du mouvement social », car il faut continuer à « danser en colère » !
 

 

Un an de Tables basses : Premier bilan.

Les Ateliers Tables Basses sont des rencontres organisées en cycles thématiques annuels au cours desquelles les Tami.e.s réfléchissent collectivement sur l’action et la pensée produites au Tamis, textes de recherches en sciences sociales à l’appui. Ce sont des espaces et des temps privilégiés de réflexion sur « ce qu’il nous meut » de faire, pour continuer d’avancer collectivement.

En 2016, nous nous sommes regroupé.e.s 5 fois, entre les mois de mai et novembre. A chaque fois un texte choisi par les animateurs de l’atelier était envoyé aux participant.e.s quelques semaines en amont de la séance. Les textes étaient choisis selon les thèmes convenus par tous et toutes lors de la séance précédente.

Initialement, trois thématiques principales avaient été dégagées pour l’année 2016 : la question du style et des formats de nos productions, celle de la position du chercheur et de la recherche en sciences sociales dans la société, et enfin la question de la place et du statut des récits et paroles recueillis et produits au Tamis. A partir de la seconde séance, nous nous sommes surtout penché.e.s sur la seconde thématique qui nous est apparue comme étant à la base du reste.

Ce billet se veut être un premier résumé des discussions et réflexions menées tout au long de l’année.

– Séance 1 : 1er mai 2016.

Discussions autour du texte de Stephen A. Tyler, « L’ethnographie postmoderne : du document de l’occulte au document occulte », in Writing Culture. The poetics and politics of ethnography. Clifford & Marcus, 1986, traduction d’Emir Mahieddin.

Ce premier texte fut l’occasion de réfléchir sur les liens et relations entre la forme et le fond de nos productions, entre poésie, littérature et sciences sociales. Au cours des échanges, il nous est apparu clair que le désenchantement que peuvent produire les sciences sociales doit s’accompagner d’un élan ré-enchanteur systématique dans l’action du Tamis. Cette dynamique ré-enchanteresse peut prendre plusieurs formes dont celles de l’exploration de la part créative qui est en chacun de nous et l’expression artistique et sensible des thématiques abordées.  Anthro-poètes, anthro-artistes, anthro-créateurs, nous choisissons au Tamis de mêler les approches des arts et techniques et des sciences sociales pour produire des savoirs hybrides riches de l’enchevêtrement de ces différentes pratiques. L’objectif de notre démarche est, à travers ces différentes formes d’expression, de provoquer un questionnement à la fois éthique et réflexif auprès des membres du Tamis comme vers l’extérieur.

– Séance 2 : 2 juin 2016.

Discussions autour du texte de Didier Fassin, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, #09, 30 Novembre 2009, pp. 199‑211.

Cette séance nous a conduit à aborder le rôle et la posture éthique et politique du Tamis vis-à-vis de ses partenaires ou clients. A la lumière du texte nous envisageons l’association comme « un compagnon critique » (Fassin, 2009 : 207) pratiquant et proposant une critique liminale, tel un « étranger de l’intérieur » (Fassin, 2009 : 208).  Assumer plus franchement cette posture, ne fait pas pour autant du Tamis un « expert » qui formulerait des recommandations. Nous souhaitons plutôt proposer des outils de réflexion sans hésiter à susciter la réaction de nos interlocuteurs et nous nous en remettons à leur expertise pour formuler leurs propres solutions à leurs « problèmes ».

– Séance 3 : 3 juillet 2016 :

Discussions autour du texte d’Olivier Cousin et de Sandrine Rui, « La méthode de l’intervention sociologique », Revue française de science politique, vol. 61, no 3, 8 Juillet 2011, pp. 513‑532.

Le contenu des discussions de la séance du mois de juin nous a conduit à nous pencher sur la méthodologie de recherche proposée par Alain Touraine et ses collaborateurs dans le but éventuel de se l’approprier, et, dans tous les cas, de nourrir notre réflexion en cours. La dimension collective et participante mais aussi l’ambition d’auto-analyse par les acteurs eux-mêmes de leurs pratiques proposés par cette méthodologie est intéressante et compatible avec les envies du Tamis. Le texte étant très théorique, nous restons néanmoins sur notre faim quant aux retours d’expériences des chercheurs ayant pratiqué cette méthode. Par ailleurs, l’accent porté sur la mise en évidence des conflits intra-groupes nous apparait trop compliqué à gérer en pratique et nous conduit, en fin de séance, à discuter de situations vécues au Tamis de gestion de conflits au sein de groupes auprès desquels nous sommes intervenus.

– Séance 4 : 4 Octobre 2016

Cette quatrième séance fut l’occasion d’un premier bilan des discussions engagées jusque-là. Pour cela les deux animateurs des ateliers proposèrent aux participant.e.s un texte en guise de bilan. L’objectif était de continuer à échanger sur, et de valider les différents points discutés depuis le mois de mai. La lecture du texte nous a conduit à discuter de notre positionnement vis-à-vis de la sociologie critique, des débats entre théories relativistes et déterministes et des visions particulières du monde auxquelles renvoient ces deux approches. Une des conclusions des discussions porte sur la posture pédagogique du Tamis dont la volonté finale serait l’apprentissage, la pratique et l’expérimentation de la réflexivité des personnes auprès desquelles nous intervenons. Autrement dit, il s’agit de faire prendre conscience à tout un chacun de nos points de vue situés. A propos des débats théoriques entre relativisme et déterminisme, un texte est proposé à la lecture lors de la prochaine séance.

– Séance 5 : 24 novembre 2016

Discussions autour du texte de Luc Bolstanski , « Sociologie critique et sociologie pragmatique de la critique », in De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Gallimard, « NRF Essais », 2009 : 39-82.

Dans ce chapitre, l’auteur présente à la fois la sociologie critique bourdieusienne et la sociologie de la critique ou pragmatique de la critique à laquelle il se rattache lui-même et qu’il a contribué à promouvoir et développer. L’objectif était alors pour nous de pouvoir cerner comment ces deux approches articulent la description sociologique et la critique sociale et de voir comment s’en inspirer et s’en nourrir au Tamis. Nos discussions ont surtout porté sur notre rapport à l’émancipation. Le Tamis a-t-il l’ambition d’être un vecteur d’émancipation pour les personnes auprès desquelles elle intervient ? Si tel est le cas comment mettre en pratique cette ambition ?

Nous tombons rapidement d’accord sur le fait que nous ne souhaitons pas nous ancrer dans la démarche surplombante et « brutale » de la sociologie critique, même si une de nos ambitions principales est de transmettre les outils de la sociologie à un plus grand nombre. Se pose ensuite la question des moyens de l’émancipation à laquelle nous prétendons à travers nos actions. Des pistes sont lancées autour de l’intention de « faire se déplacer les personnes de leur quotidien », leur faire faire un pas de côté, à travers nos interventions, en s’intéressant et questionnant par exemple à ce qui fait « débat » chez eux, comme le soulève Boltanski. Nous revenons alors à des discussions autour de la portée émancipatoire de la réflexivité en sciences sociales.

 

Une des ambitions de cette année d’ateliers concernait l’écriture de lignes directrices du Tamis (nous n’osons plus l’appeler manifeste…), permettant de présenter les orientations et finalités intellectuelles et politiques de nos actions. Dans les mois qui viennent, le premier jet de texte du mois d’octobre devra être repris et complété afin de tirer partie de cette année d’ateliers et de finaliser l’écriture des lignes directrices de l’association.

Photo à la une : Giancarlo Neri sculpture of table and chair, Hampstead Heath 2005 * Photographer: :User:Justinc {{cc-by-sa-2.0}}