Archives par mot-clé : déchets

« Poubelles nos vies ? » science, éthique et esthétique des déchets

Le 5 juillet dernier a eu lieu l’événement « Poubelles nos vies : mythes et réalités de l’industrie globalisée du recyclage », un atelier débat co-animé par Jérémie Cavé, pour Prospective & Coopération et Mikaëla Le Meur, pour Le Tamis. Il a été suivi de la projection du documentaire « Plastic China » réalisé par Jiu-Liang Wang et sorti en 2017.

Durant l’après-midi, l’atelier débat a réuni une bonne douzaine de personnes, allant de spécialistes de la questions des déchets, de la récupération et du recyclage, à des néophytes en la matière, mais par ailleurs investis dans les champs de la coopération au développement ou encore de la muséographie et de la médiation. Les discussions ont donc naturellement porté sur des questions assez géopolitiques concernant le commerce international des déchets, le recyclage et l’actualité de la fermeture de la Chine à l’importation de 24 matériaux détritiques, la complexité des filières locales et globalisées de la récupération, mais aussi sur la manière de restituer des enquêtes ethnographiques, des recherches scientifiques, et de mettre en image leurs questionnements et leurs résultats, entre éthique et esthétique. Des retours d’expériences sur deux expositions récentes liées à la question des déchets ont été le prétexte à une discussion sur la manière de mettre en adéquation fond et forme, une thématique de réflexion chère au Tamis.

Deux expositions complémentaires

Pascal Garret et Bénédicte Florin, deux des auteurs de l’exposition La mise en image du rebut (visible aux Docks village jusqu’au 17 juillet) ont raconté la genèse de ce projet collectif de médiation scientifique autour du travail des récupérateurs de déchets, en insistant sur les questions éthiques posées par la pratique photographique et l’exposition des portraits de ces travailleuses et travailleurs. En se positionnant contre les images misérabilistes qui romantisent la pauvreté et mettent en scène la souffrance des récupérateurs d’ordures, ils ont tout deux insisté sur le besoin de contextualiser les photographies et de relier les portraits présentés aux enquêtes réalisées par les chercheur.se.s photographes eux-mêmes. Critiques vis-à-vis de  l’expression du philosophe François Dagognet « la noblesse de l’abject », ils ont cherché, à travers cette exposition, à redonner une dignité aux travailleuses et aux travailleurs, dans un soucis plus documentaire qu’artistique. Si leur crainte de l’esthétisme a été l’objet de nombreuses discussions lors de la conception de l’exposition, les photographies adoptent pourtant un point de vue sensible sur les personnes et leur travail, permettant aux visiteur.se.s de plonger dans les regards et les gestes avec empathie. Lors de la sélection des images, leurs réflexions ont portées sur la justesse des photographies et l’éthique de la prise de vue, jamais au téléobjectif, toujours dans un dialogue et un contrat photographique avec les personnes. Outre cette question de la justesse, ils ont assumé leur engagement en faveur d’une justice sociale et leur exposition est également devenue une manière de légitimer le travail souvent invisible des personnes engagées dans la récupération et de défendre leurs droits de travailleur.se.s. Une photographie « juste » serait-elle donc à la fois éthique et militante ?

Enfin, soucieux de sensibiliser les publics de leur exposition à la vie quotidienne et au travail de ces récupérateurs et récupératrices, ils ont choisi de créer un dispositif évolutif : une première version de « La mise en image du rebut » est par la suite devenue le support à une exposition plus contextualisée, en Inde : The City of Waste. L’actuelle exposition, aux Docks village de Marseille, est une autre évolution de cette forme itinérante régulièrement augmentée et recomposée.

L’atelier a également permis à Mikaëla Le Meur et Émilie Strady de faire un rapide retour sur l’origine, les intentions et la réalisation de l’exposition qu’elles ont écrite avec Kieu Le Thuy Chung « Matières plastiques : des vies sauvages », dont l’édition a été financée par l’IRD – Institut de Recherche pour le Développement. Cette exposition traite de la question des déchets et du recyclage en prenant un point de vue complémentaire de celui de « La mise en image du rebut ».  Si la première exposition choisit de focaliser son attention sur les personnes et leur travail, la seconde s’intéresse aux vies sociales et environnementales du plastique, une matière qui a provoqué la rencontre des deux chercheuses, comme l’a relaté Émilie Strady : « un jour, Mikaëla est venue me voir dans mon laboratoire d’Ho Chi Minh ville, car elle avait entendu parler de mon travail. Nous avons tout de suite vu la complémentarité de nos recherches et l’intérêt de travailler ensemble : j’observais une pollution plastique dans les rivières, sans connaître son origine – Mikaëla connaissait l’histoire des plastiques en amont, sans pouvoir décrire cette pollution ». Ce sont donc les matières plastiques, envisagées à travers les sciences sociales et les sciences environnementales, qui ont été au cœur de cette collaboration. La réalisation de cette exposition interdisciplinaire a donc permis de conjuguer plusieurs points de vue, en mêlant des chiffres et d’autres données objectivées autour de la thématique,  ainsi que des informations plus qualitatives comme des extraits d’entretiens ethnographiques. Il s’agissait de créer plusieurs modes et niveaux de lecture pour comprendre la relation entre les matières plastiques, les humains et la nature, que l’exposition problématise autour de la notion de « sauvage » : les matières plastiques peuvent être qualifiées de « matières domestiques », car elles sont issues de la synthèse des hydrocarbures par l’activité humaine, mais elles ont tendance à échapper à leurs « créateurs » et à retourner à « l’état sauvage », en devenant sources de pollution dans l’environnement.

La collaboration avec Elza Montlahuc, illustratrice et graphiste sollicitée via Le Tamis, a permis de renforcer la dimension esthétique de cette exposition, dont le propos textuel et photographique jouait déjà avec une forme poétique de narration scientifique.  Les dessins, objets graphiques et autres illustrations colorées d’Elzazimut permettent à l’exposition de garder une certaine légèreté ludique pour faire un pas de côté par rapport à la dramaturgie  médiatique croissante autour du plastique et de son influence dans « la crise écologique ».  Si Elza n’a pas pu participer à la discussion du 5 juillet, elle avait expliqué, lors d’un Atelier Table Basse du Tamis, qu’elle avait choisi les couleurs vives de l’exposition en référence aux pailles en plastique – des objets multicolores associés à un imaginaire de fête, pour éviter que le discours global ne soit trop accablant. Pour toucher un public, à nouveau, il faut trouver le ton juste : un ton qui interpelle, captive et fait sourire (?) , évoque tout en faisant réfléchir.

Le panneau 10 (sur 22 panneaux) tente une synthèse graphique de l’ensemble de l’exposition « Matières plastiques : des vies sauvages ».

 

Un pas du côté de la narration cinématographique

Cette recherche de légèreté à travers le recours à l’imaginaire fait également écho à la projection du film Plastic China, qui a rassemblé entre trente et quarante personnes en début de soirée.  Pour Le Tamis, cette projection était un pari : montrer un documentaire de création sans voix off, un format peu répandu et peu familier pour beaucoup de personnes, car quasiment absent des chaînes de télévisions qui contraignent fortement le documentaire et favorisent des objets didactiques avant d’être cinématographiques. À rebours de ces films qui cherchent à expliquer et « faire passer un message » aux spectateurs et aux spectatrices de manière synthétique voire simplifiée, Plastic China est une plongée anthropologique dans le quotidien et l’intimité de deux familles de recycleurs de plastiques dans la région de Pékin. Comme l’a souligné une personne lors de la discussion qui a suivi cette projection, on peut alors être dérouté et ne pas comprendre « le message ». C’est que le réalisateur ne ménage pas notre visionnage : il nous donne à voir une situation complexe, sans manichéisme, où les individus nous obligent à réfléchir à nos attachements et nos aversions.

Le film suit le point de vue des enfants sur l’activité de recyclage et nous les voyons en permanence réinterpréter les actions des adultes, en y ajoutant des pointes d’imaginaire et de théâtralité. C’est également un film très précis qui documente une activité peu connue, bien que répandue, et qui risque de se développer d’autant plus dans certains pays en développement, depuis que la Chine a fermé ses frontières aux matières plastiques que les deux familles du documentaire recyclent. On y voit un entrepreneur du recyclage qui exerce une activité avec un savoir-faire technique, gestionnaire et une connaissance des cours internationaux des matières ; des relations de pouvoir entre un patron de petite usine et son employé venu de la campagne du Sichuan ;  des désirs capitalistes et consuméristes chez les plus pauvres des travailleurs qui recyclent pourtant les rebuts de la société de consommation ; mais également un père qui aspire à ce que son fils réussisse à l’école, un autre qui assume mal d’être pauvre devant sa fille, une enfant dont les plus simples désirs sont financièrement inabordables pour la famille, ou encore des enfants qui inventent des jeux sur des tas d’ordures. Certes, on est confronté à « la vie de merde » des personnes qui recyclent les déchets plastiques du monde entier, mais les enfants nous touchent aussi par leur capacité à s’inventer des histoires à partir de ces objets abandonnés et à réenchanter leur expérience ordinaire.

Comme l’a souligné une des spectatrices, qui faisait partie d’un groupe d’adultes en formation, cette semaine là, sur la question des déchets avec l’AFD – Agence Française de Développement, également partenaire de l’événement : « nous passons des journées à étudier des chiffres et des notions abstraites et cette histoire rend les choses concrètes ». Elle a ajouté que ce joli film devrait être diffusé dans toutes les écoles. Plastic China est en effet un document visuel d’une rare qualité qui, a partir du réel, décrit, explique, mais aussi touche et insuffle de la poésie.

Voici quelques souvenirs de cette projection :

IMG_7958_DxO IMG_7959_DxO IMG_7963_DxO

 

Ces restes qui nous relient – « With waste, from Vietnam to you ».

Dans le cadre de l’édition 2017 du Festival des Solidarités, dont le Tamis est un des organisateurs marseillais, nous avons demandé à des chercheur.se.s en sciences sociales de penser les « solidarités » à l’aune de leurs terrains de recherches.

Mikaëla Le Meur est doctorante en anthropologie au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université libre de Bruxelles (et également membre du collège d’administration du Tamis). Elle a choisi de mobiliser ses enquêtes sur les filières de recyclage au Vietnam pour questionner la manière dont les choses, en particuliers les objets déchus, relient les humains, parfois malgré eux. Ces liens matériels imposent selon elle de réfléchir aux différentes responsabilités engagées dans les échanges internationaux et les risques pour la santé et l’environnement qui leurs sont associés.

Photo en en-tête : Le village des recycleur.se.s de plastique de Minh Khai – Vietnam

***

Depuis 2011, j’effectue des enquêtes de terrain au Vietnam afin d’alimenter un projet de recherche en anthropologie traitant de la question du devenir-déchet des choses, en particulier des sacs plastiques : un objet ordinaire, dont la durée d’usage est parfois seulement de quelques secondes, mais dont la seconde vie « sauvage », c’est-à-dire dans la nature, peut durer des décennies. Ces enquêtes m’ont conduite, en 2014, dans un village vietnamien de la banlieue de Hanoï qui s’est progressivement spécialisé dans le recyclage du plastique tout en s’intégrant dans l’économie mondialisée. Par une rapide description des filières globalisées de circulation des déchets et des enjeux environnementaux et de santé qui leur sont associés, je propose de montrer que la vie sociale des objets ordinaires nous relie, parfois malgré nous, aux espaces du lointain dont nous détournons le regard. Cette matérialité partagée nous oblige. À penser et à agir. En prenant en compte les relations que nous entretenons avec les êtres et les choses, qui structurent notre existence dans un vaste réseau d’interdépendances.

 

Restes d’ici et d’ailleurs

La commune de Nhu Quynh, dans la banlieue de Hanoi (la capitale du Vietnam), est un espace frontalier entre la ville et la campagne, où l’activité mi artisanale mi industrielle du recyclage a transformé le paysage. Au milieu des rizières, de grandes villas bourgeoises aux volets clos ont poussé sur des tas d’ordures plastiques ; des rivières et des canaux d’irrigation se sont transformés en égouts industriels ; des voies et places publiques en entrepôts de déchets. Au sein de la commune, on trouve le village artisanal de Minh Khai, un ancien village agricole devenu fabrique de transformation du plastique à ciel ouvert. La matière plastique y est passée du statut de rebus au statut de ressource convoitée, qu’elle prenne la forme d’objets cassés, de films industriels usagées, ou de sacs plastiques sales – déchets ordinaires glanés sur les décharges par des paysannes en mal de revenus. Cette économie locale du plastique s’intègre plus largement dans celle d’un recyclage tous azimut, dans lequel toute matière est bonne à prendre et à transformer. Petit à petit, les habitudes locales de réemploi et de recyclage[1] ont ainsi donné lieu à la formation d’un véritable cluster du recyclage inscrit dans des échanges mondialisés. Dans ce réseau dense d’entreprises familiales, chaque entrepreneur.se local.e s’est retrouvé.e connecté.e à des filières matérielles faisant parfois le tour de la planète.

Sillonnant le village des recycleur.se.s durant les chauds et humides mois du printemps 2014, j’ai cherché à identifier d’où venaient toutes ces matières s’amoncelant aux portes des petites fabriques familiales pour alimenter les chaînes de recyclage. Sur des sacs de résidus industriels à moitié fondus, je pouvais lire les noms de grands groupes industriels occidentaux et asiatiques engagés dans le marché et la transformation du plastique : Kolon Plastics, BASF Company, Perrite, Samsung, Lotte Infino etc. Malgré ces indices, il restait difficile de reconstituer le voyage précis des matières arrivant à Nhu Quynh, car ces grands groupes sont présents sur différents continents, brouillant ainsi les pistes. Par ailleurs, les déchets plastiques amoncelés n’offraient pas toujours de traces visibles de leur provenance. C’est en découvrant un homme triant une caisse de papier usagé (destiné lui aussi au recyclage) qui était arrivée le matin même par container, que j’ai progressivement réalisé de quelles circulations matérielles nous pouvions parler :

 Printemps 2014 à Nhu Quynh :

« The best place to explore your irish heritage »[2]

 

Dans la boîte de l’homme, j’ai trouvé pêle-mêle : des prospectus pour souscrire à des assurances retraites, des factures d’électricité, des magazines sportifs faisant état des faits de gloires des rugbymen pendant le match du weekend, des journaux traitant d’actualité locale et internationale, des programmes culturels et autres invitations à des cocktails. Tous ces papiers caractéristiques d’un quotidien localisé étaient rédigés en anglais et affichaient leur provenance : l’Irlande. Ils dataient de l’année précédente, 2013, et avaient dû faire un long voyage par la mer en porte container, pour arriver au Vietnam dans le port de Haiphong, avant d’être chargés dans les camions destinés à alimenter les villages de recycleurs de la banlieue de Hanoï. Avec cette boîte, je pouvais ainsi commencer à situer sur un planisphère quelques-uns des points nodaux d’une chaîne de circulations matérielles internationales.

 

Responsabilités diluées sur les pertes…

La découverte d’une boîte de déchets papiers irlandais dans un village vietnamien pose la question du commerce – et des fuites ? – de déchets à une échelle mondialisée. En effet, n’est-il pas de la responsabilité du producteur de déchets de gérer la seconde vie de ses ordures ? C’est bien ce que les lois environnementales et les dispositifs de gestion des déchets tendent à imposer, dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud, en taxant les contribuables pour financer les services locaux de collecte et de traitement des ordures. De la même manière, les entreprises sont de plus en plus soumises à des dispositifs visant à leur faire prendre en compte l’impact social et environnemental de leurs productions, et à se préoccuper de ce que deviennent les objets qu’elles produisent[3]. Dans la législation française, le producteur et le détenteur de déchets sont tous deux responsables de l’élimination de ceux-ci et leur responsabilité peut être engagée devant la justice, quel que soit leur statut au sein de la chaîne des intermédiaires, car ces matières constituent des risques pour l’environnement et la santé publique. À l’échelle internationale, la Convention de Bâle, présentée en 1989 et entrée en vigueur en 1992, propose des mécanismes de régulation sur les mouvements de déchets dits « dangereux » afin de contrôler les filières et réduire les échanges, notamment depuis les pays du Nord vers les pays du Sud.

Ces différents dispositifs juridiques s’inscrivent dans la lignée de principes moraux aux racines historiques profondes, qui permettent de structurer la vie en communauté. Ces principes régulateurs sont pourtant régulièrement mis à l’épreuve, par exemple dans les querelles de voisinages sur la gestion des lieux de dépôts de déchets : le phénomène NYMBY – « Not In My Backyard »[4] – permet de décrire cette difficile négociation sur la destination des ordures et les responsabilités des différentes personnes impliquées dans la chaîne. La question des déchets implique donc de penser les interdépendances entre les différents acteurs impliqués dans la production des objets, leurs usages et leur déchéance, puis la gestion de leur seconde vie ou leur élimination. Cette interdépendance est potentiellement source de conflits, qui ont vocation à être résolus à l’échelle de la communauté concernée : voisinage, ville, région, État etc.

Dans le cadre des échanges internationaux qui nous intéressent ici plus particulièrement, les chaînes matérielles et les réseaux d’acteurs sont d’une telle complexité que la traçabilité des objets et des matières en est fortement réduite. Les limites de la communauté ayant la charge de réguler les responsabilités liées à la circulation des matières problématiques sont également difficiles à définir, tout comme les normes susceptibles de leur être appliquées. S’il existe certains dispositifs comme des accords bilatéraux ou régionaux (comme au sein de l’Union Européenne), certaines études estiment à 20% la part de commerce illégal dans les échanges internationaux de déchets, montrant ainsi la faiblesse de cette régulation[5]. Cela s’explique notamment par le caractère déclaratif des échanges auprès des instances de contrôle et l’absence de sanctions dans la très grande majorité des réglementations internationales. Les jeux sémantiques associés aux échanges matériels permettent ainsi à une grande partie des déchets produits à l’échelle mondiale d’échapper au contrôle et donc à un engagement de la responsabilité des acteurs concernés. Par exemple, les plastiques et les papiers usagés (qu’ils soient issus des collectes d’ordures ménagères ou des rebus industriels) ne relèvent pas de la catégorie des « matières dangereuses » que la Convention de Bâle propose de réguler, ce qui limite les contrôles potentiellement imposés sur leur transport et leur commerce. Ces deux types de déchets peuvent alors traverser des chaînes de transactions et d’opérations de requalifications matérielles (par le tri, le reconditionnement, le transport, l’achat, la vente etc.) et ainsi acquérir le statut de « matières premières secondaires ». Entre la requalification matérielle liée à des actions dites de « valorisation » et la falsification des documents commerciaux transformant des déchets en matières premières, la frontière est mince et l’usage stratégique des mots entraîne d’importantes conséquences. À partir de matières problématiques qui pourraient mettre en jeu la responsabilité de leurs producteurs et détenteurs, sont ainsi fabriquées des matières convoitées, circulantes et capables de réintégrer les circuits productifs.

 

… et les fracas lointains :

Au Vietnam, je constate donc que des objets déchus, comme des papiers usagés issus de poubelles domestiques irlandaises, peuvent être, en bout de chaîne, considérés comme des matières premières secondaires utilisables dans des filières locales de recyclage. De la même manière, des containers remplis de plastiques usagés (résidus industriels ou résidus de collectes des ordures ménagères) arrivent chaque jour dans la commune de Nhu Quynh pour être recyclés sur place dans des conditions sanitaires et environnementales très problématiques.

Les petites mains du recyclage du plastique : le tri.

***

Pour comprendre comment fonctionne une chaîne de recyclage du plastique à Nhu Quynh, Vietnam, voici deux vidéos[6] :

***

Pour les entrepreneur.se.s et ouvrier.e.s du recyclage de la ville de Nhu Quynh, les arbitrages sont difficiles : d’un côté l’activité génère des revenus indispensables pour subvenir à leurs besoins ; de l’autre, ielles sont affectés par de sévères pollutions, qui frappent leurs corps et leur environnement immédiat. Ielles craignent ainsi de payer un prix lourd pour ce développement qui reste malgré tout inégalitaire. En effet, si certain.es entrepreneur.se.s génèrent des revenus importants, beaucoup d’ouvrier.e.s travaillent dans des conditions difficiles. Ielles acceptent des tâches ingrates (trier des ordures en putréfaction sans protections ; actionner des chaînes de recyclage dangereuses etc.) sans sécurité de l’emploi, ni organisation professionnelle protectrice (ielles sont intérimaires, n’ont pas de syndicats etc.), et ce pour des revenus très faibles. Par ailleurs, les entrepreneur.se.s qui réussissent à dégager des revenus suffisants cherchent en général à s’extraire de ce recyclage dégradant pour intégrer la filière classique de la plasturgie, ce qui montre le peu d’attachement qu’ielles portent au recyclage. Enfin, ce recyclage n’est aucunement écologique puisqu’il génère d’importantes dégradations de l’environnement local[7].

Tas de déchets en attente d’être recyclés – Canal industriel de Nhu Quynh

 

Obligations réciproques

L’intérêt de retracer la vie sociale des choses et plus particulièrement la vie sociale des déchets permet de mettre en évidence les réseaux d’interdépendances qui structurent l’économie globalisée. Cette démarche permet aussi de poser des questions d’ordre politique et moral[8], en réintégrant les sciences et les techniques dans les débats de société. Les sciences sociales permettent en effet de prendre le temps d’examiner les logiques sociales à l’œuvre et de poser la question suivante : est-ce que tout cela va de soi ? Est-ce qu’il va de soi que des acteurs économiques du Nord vendent des matières détritiques qu’ils ont pourtant la responsabilité de gérer ? Cela va-t-il de soi que s’opère une division du travail à l’échelle internationale dans laquelle les ouvrier.e.s des pays en développement recyclent dans de mauvaises conditions les déchets des pays du Nord ? En délégant en chaîne la responsabilité de la transformation des matières, n’est-on pas en train de délocaliser les problèmes dans des pays qui, pourtant, ont peut-être moins de moyens pour les gérer ? L’examen de la vie sociale des déchets et la question des responsabilités partagées nous engage à penser la chaîne des causes et des conséquences de nos actions, les plus infimes soient-elles. Il s’agit de regarder sans détour ce que le modèle de développement dans lequel nous évoluons est capable de produire afin de mieux définir l’action politique qui vise à le transformer. Cela impose alors de réfléchir à « ce/ceux à quoi/qui nous tenons »[9].

 

Notes

[1] Habitudes probablement héritées d’une période de pénuries systémiques dans un Vietnam se relevant difficilement de guerres en chaîne.

[2] « Le meilleur endroit pour explorer vos racines irlandaises. »

[3] À l’aide de différents dispositifs comme par exemple la RSE ; Responsabilité sociétale des entreprises ; la REP – Responsabilité élargie des producteurs etc.

[4] « Pas dans mon arrière-cour ».

[5] Bernard, Sophie et. al., 2012. « Le commerce international des déchets » in CEPII, L’économie mondiale, La découverte : Paris, pp. 104-115

[6] Elles ont initialement été publiées dans la revue Techniques&Culture : https://tc.revues.org/7955

[7] Pour une analyse des différents points de vue autour du recyclage du plastique à Nhu Quynh, voire l’article suivant : http://mouvements.info/controverse-recyclage-plastique/

[8] Emilie Hache fait la distinction entre une « pratique morale » et une position moraliste : elle définit une « pratique morale » comme une activité répondant à trois obligations : « relativiser les différentes fins » (et donc les points de vue « car tout le monde n’a pas les mêmes attachements ») ; « faire appel à l’expérience ; « faire des compromis », en discutant collectivement de ces différents attachements. Hache, Émilie, 2011. Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique. Éditions La Découverte : Paris (p. 37-44).

 

[9] Référence au livre éponyme d’Émilie Hache cité plus haut.