Archives par mot-clé : arts

Appel à participation : Rencontres autour des migrations – Oct. 2018

[Nous relayons ici le message de Lucie Bacon, Amandine Desille et Noémie Paté, organisatrices de rencontres autour des migrations à Marseille à l’automne prochain – un projet porté par Le Tamis]

Portées par Le Tamis, et associées au Réseau Migrations, nous sommes ravies de partager avec vous l’appel à participation à la rencontre intitulée :

Migrations : nos voix, nos chemins de traverse.
Rencontre entre arts, sciences et militances

Migrations nos voix nos chemins de traverse - Appel à participations_version courte

Ce projet consiste en une rencontre entre personnes en situation de migration (ou en ayant fait l’expérience), acteurs de terrain, artistes, doctorant.e.s et chercheur.e.s en sciences sociales qui sera organisée à Marseille du 22 au 28 octobre 2018. Ces rencontres auront lieu en fin d’après-midi et soirée, et articuleront des productions artistiques (une exposition, une pièce de théâtre et un film-documentaire par exemple) sur le thème des migrations internationales, avec des rencontres-débats favorisant les échanges entre les différents acteurs, et ce dans une perspective transdisciplinaire et intergénérationnelle.

La concrétisation de ce projet – dans toute son ambition – dépendra de la réponse aux demandes de subvention que nous avons effectuées, mais nos rencontres et nos échanges avec bon nombre d’acteurs et de structures marseillais, ainsi que l’écriture de ces appels à participation constituent, pour nous, déjà un premier jalon.

Le second sera celui de la réception des réponses à cet appel à participation que nous vous invitons à découvrir – dans sa version courte, ainsi que dans sa version longue.

Au grand plaisir de vous lire,

Lucie Bacon, Amandine Desille et Noémie Paté

Pour contacter le comité d’organisation : migrations.marseille2018[at]gmail.com

Date limite de soumission des propositions : 30 mai 2018.

Digression n°1

Que produit une image ?

Digression n°1 – par Sofien Le Meur

Des réponses, en mots en en images.

Ici, savourez le résultat d’une expérimentation, à laquelle se sont prêtés (au jeu) onze contributeur.e.s qui, à partir d’une même image, ont digressé en mots, poèmes, vidéo, images,…

 

Pauline Hénot

 

 

Je mettrai tous
mes rêves
de neige
de calligraphie

à coté

si je peux juste
te regarder et réaliser…

O te savourer
comme un bonbon.
Mon divine Japon.

F. C.

 

 

Marie De Pibrac

 

[…]
Lui : Moi je veux bien t’aider, mais je peux te demander pourquoi ?
Elle : Parce que j’ai envie, c’est tout.
Lui : Je vois…
Elle : …
Lui : Hum, mais ça t’est venu quand ?
Elle : …
Lui : …
Elle : Un jour, dans la forêt, quand j’ai bu cette décoction de liane. L’envie est montée comme la sève. Je prenais racine dans le sol, mes branches s’élevaient, mes feuilles s’épanouissaient.
Lui : …
Elle : Et puis j’ai vu l’enfant sortir de moi. Il rayonnait comme le feu. C’était chaud.
Lui : …
Elle : C’est là que j’ai compris que je voulais.
Lui : …
Elle : …
Lui : Bon. Ben… Ok.
Elle : …
Lui : Mais après, il faudra que je reparte.
Elle : Oui. Je sais.
Lui : C’est que ça m’ennuie un peu.
Elle : Ne le prends pas mal, mais j’aime autant qu’on fasse comme ça.
Lui : …

Anonyme

 

Sous l’océan (roman-photo à visualiser ici )

Julia Hénin

 

Hallucinations en cascade sur une mer d’huile : le pragmatisme à l’épreuve de l’impossible

C’est en fin de matinée, ce jeudi 12 avril, que la manifestation s’est à nouveau produite au large de la baie des oursin.e.s, dans le golfe de Gascogne. Nulle ne sait pourquoi, dans cette région pourtant sans histoire, de telles apparitions ont lieu à échéances de plus en plus resserrées.

À en croire les locaux, il s’agirait de la réalisation d’anciennes légendes, certain.e.s osent même parler prophétie, évoquant des contentieux marins aux dénouements tragiques ayant encapsulés les esprits concernés dans une sorte de métempsychose, les condamnant à l’errance et permettant, donc, de prédire leurs retours périodiques. Les physicien.ne.s, quant à eux, se font fort d’élaborer des hypothèses se rapprochant du mirage, où la platitude maritime faciliterait un phénomène de réverbérations multiples qui conserverait particulièrement bien les proportions. Les rubochromatologues (spécialistes de la couleur rouge) argumentent en faveur de l’importance de la présence du pigment dont il.le.s sont les experts dans la situation. Mais ils se font tenir la dragée haute par les altostratoesthètes (spécialistes de la forme des nuages) qui ont noté des similitudes dans la disposition et les contours des cumulonimbus à chacune des occurrences. Debouts sur leurs boîtes à chaussures, non sans évoquer le Speakers’ corner de Hyde Park, les sceptiques veulent convaincre qu’aucune preuve solide n’a été apporté suite aux différents témoignages et proposent désormais une cagnotte à qui apportera une explication irréfutable sur le plan de la logique.

Toujours est-il que plus d’un.e ont bien noté que l’agitation a commencé depuis que le changement climatique a suffisamment épaissi l’océan pour qu’on puisse marcher dessus et suffisamment réchauffé l’air pour que tout le monde décide de vivre nu. Il s’agirait ici, en somme, que de l’un des atours de ce grand charivari. À suivre ces dernier.e.s, la véritable énigme consisterait donc à savoir pourquoi, une nouvelle fois, une jeune personne est restée ainsi pantois, les bras ballants, devant l’apparition de ce bateau rouge et de son fameux marin…

MLY

Embarcadère

Claire-Sophie Dagnan

 

Ik moet gewoon op mijn voeten vertrouwen.
Niet bang zijn, weten dat ook de horizon twijfelt
ergens tussen lucht en water, een vrouw zijn.

Ik kan beslissen om een boot te staren.
Rood en reddingsboei en alles wat ik bedoel
vast te spiegelen. Ik kan een man zien

kijken naar wat nooit voltooid eeuwig blijft.

________

Il faut parfois se fier à ses pieds.
Ne pas avoir peur, savoir que l’horizon aussi hésite
entre espace et temps, être une femme.

Je peux décider de contempler un bateau
Le rouge et la bouée, faire miroiter
ce que je veux dans le marbre. Voir un homme

regarder ce qui reste à jamais achevé.

Écrit en néerlandais par Lore Bellemans
Traduction libre par Alexis Andries

 

 

 

Je me souviens de ces vacances en mer, de mon père buvant dans le reflet des ans qui s’aplanissent, des billes qui roulent d’un bord à l’autre, sans fin, de la maison trop grande pour remplacer le vide qui nous sépare, de l’enfance qui s’achève avec, au loin, le miroitement d’une impossible nudité, du mâle que j’abhorre et sens grandir en moi.

Je me souviens de ma mère adultère, nymphe aux longs cheveux, qui se détourne, des billes tombées dans le roulis, des hommes aux bras virils, bouffons des bastingages, ecce pectus, les seins que j’essaie en rêve d’abolir, la nausée des mots couchés sur le papier, le livre ouvert, impudique et sans corps, mon sperme dans l’entre-jambe des histoires auxquelles je n’entends rien.

Je me souviens et oublie que tout reste à jamais figé dans un reflet d’enfance au fond des eaux.

Alexis Andries

 

Amandine Rimbault

 

«  – Alors, tu grimpes ? »

Il était là en haut sur son vieux rafiot, avec une main encourageante tendue vers elle. Elle, en bas, le regardait avec ses grands yeux verts et se sentait inexorablement attirée par ces promesses de nouvelles aventures. D’une nouvelle vie. D’une vie au moins.

Depuis combien de temps étaient-ils là à discuter, lui le vieux marin sur le pont de son bateau et elle la jeune femme les pieds dans le sable ? Quelques minutes ? Quelques heures ? Quelques jours ? Le temps semblait s’être suspendu. Le monde n’existait plus. Il n’y avait plus qu’eux dans l’univers. Deux âmes perdues qui s’étaient trouvées dans leur égarement.

¤¤¤

L’air était chaud et la brise marine agréable en cet après-midi d’été. Une silhouette longeait la côte. Elle marchait déjà depuis un certain temps. Pour aller où ? Elle ne le savait plus elle-même. Ne lui restaient en mémoire que des bribes de souvenirs sur son départ. Un trop-plein d’émotions, de questions, de réponses inaudibles, de conversations inachevées et d’espoirs déçus. Et puis un trop-plein du monde aussi. Trop d’agitation, de peur, de colère, de violence. Quelques minutes après qu’il ait fermé la porte, elle s’était senti le besoin de stopper le bourdonnement dans sa tête et avait décidé d’aller voir la mer.

A présent, elle se tenait devant une suite de marches taillées à même la roche qui conduisaient à une petite crique. Sans vraiment qu’elle ne le choisisse, ses pieds les dévalèrent et s’enfoncèrent dans le sable humide. La jeune femme regarda autour d’elle. On aurait dit que cet endroit l’attendait. Que la mer avait patiemment creusé un petit recoin isolé du monde pour que puisse s’y reposer les âmes fatiguées.

Elle posa son peu d’affaires (un sac contenant de l’eau et quelques gâteaux pour la route) puis, ayant jeté un dernier coup d’œil aux alentours pour vérifier qu’elle était bien seule, elle commença à se déshabiller. Partie dans la précipitation, elle n’avait pas de maillot de bain. Mais qu’importe lorsqu’on est seule au monde ? C’était l’impression que cette crique lui donnait : être seule face à soi-même. Enfin seule face à ses doutes, ses peurs et ses espoirs. Malgré une petite sensation dans le ventre lui indiquant son appréhension, elle savait que c’était ce dont elle avait besoin aujourd’hui.

Totalement nue, elle entreprit de se regarder. D’abord ses longs cheveux bruns qui descendaient en cascade le long de son dos, sa seule petite fierté. Puis ses épaules, ses bras, ses seins, son ventre, son sexe, ses fesses, ses cuisses, ses genoux, ses pieds. Un long examen sous un œil pour la première fois objectif. Elle prit alors conscience de son vrai corps et non de cette interprétation biaisée par le regard des autres, ses complexes, Son regard à Lui… Il n’était pas si mal ce corps finalement. En tout cas il lui convenait à elle et elle décida que c’était bien là l’essentiel.

La marée basse avait dégagé une immense étendue de sable devant elle. Vide, comme son avenir. Hier encore, tout était planifié : mariage, enfants, vieillir ensemble et se soutenir dans chaque étape de la vie. Et pouf, en une quinzaine de minutes, ce futur avait disparu. Le temps d’un au revoir, un « ce n’est pas de ta faute », une porte qui se ferme. Et le silence. Un silence assourdissant rempli de mille questions. Elle s’avança sur la plage, rompant l’uniformité du sable de ses empreintes. Elle cria. Pas de réponse. Certaine d’être seule, elle cria encore, elle hurla sa frustration face à son sentiment d’impuissance, elle courut comme pour fuir ce monde qui l’avait tellement déçue, elle lança au vent ses questions sans réponses.

Soudain, elle s’arrêta. Face à elle se dressait un vieux rafiot rouge et blanc posé sur le sable.

¤¤¤

Le vieux marin sirotait son café en prenant le soleil. Quel idiot de s’être laissé piéger par la marée ! Ces cinquante années à parcourir les mers ne lui avaient-elles dont rien appris ? Si bien sûr, des principes fondamentaux : on ne peut se fier à personne, un bateau seul reste fidèle, à vivre sur les mers on finit seul.

Il en avait passé de bons moments, le vieux, à sillonner les océans, à changer de femme en changeant de port, à voir des paysages incroyables, vivre des aventures passionnantes et goûter des plats des quatre coins du monde. Ses souvenirs étaient tout ce qu’il lui restait depuis que l’âge avait entrepris son lent travail. Aujourd’hui il se contentait de vivre de la pêche et mouillait tous les soirs au même port. Bien que n’ayant pas pu se résigner à s’installer dans un logement à terre, il avait fini par accepter la routine. Ses longues journées étaient peuplées de ses souvenirs.

Jeune homme, il avait débuté mousse et avait ensuite grimpé les échelons avec enthousiasme. Son amour pour la mer était passionnel. Il l’aimait plus qu’il n’aurait pu aimer n’importe quelle femme. Il lui confiait sa vie et savait qu’elle saurait lui offrir le meilleur dont un homme puisse rêver. Et la mer ne le déçu jamais. Les hommes parfois le trahirent, mais la mer toujours le soutint. Les femmes souvent le déçurent, mais la mer, elle, écoutait ses secrets sans le juger. Cette immensité océane fut sa plus fidèle maîtresse et sa plus intime confidente.

Son bateau de transport de marchandises desservait tous les continents. Il avait appris plusieurs langues et pouvait se repérer les yeux fermés dans bien des ports. Durant ses escales, il avait pêché dans l’Amazone, chevauché un éléphant en Asie, joué au football avec des gamins des favelas, dégusté le Whisky écossais à la sortie de la distillerie, mangé des araignées grillées en Afrique… Beaucoup de personnes avaient traversé sa vie. Sans jamais s’y arrêter.

A présent, il ne lui restait que la mer. Mais la mer, amante capricieuse, ne veut pas de vieux qui n’ont plus la force de supporter ses tempêtes. Quelle frustration de voir cette passion à portée de main ! De regarder la vaste étendue et essayer de taire l’envie de continuer droit devant, sortir de la zone de pêche et poursuivre, se donner une dernière fois à elle, son unique amour. Il y avait souvent pensé mais n’en avait jamais eu le courage. Et puis, la mer ne l’avait pas totalement quitté. Elle était toujours là pour l’écouter. Un peu comme un vieux couple dans une relation platonique en somme. Mais elle ne lui apportait plus les réponses qu’il attendait. Elle restait là à l’écouter, silencieuse. Il en venait parfois à regretter de ne jamais s’être fixé, de ne pas avoir suivi le schéma « classique » pour vieillir aux côtés de quelqu’un, pour avoir quelqu’un qui l’attende à son retour, quelqu’un pour qui il compterait et sur qui il puisse compter.

Il s’était alors résigné et renfermé dans sa routine avec pour compagnons son bateau, la mer, et les personnages de ses souvenirs.

¤¤¤

Il se leva pour se resservir du café. Se laisser piéger comme un débutant… il fallait le faire ! Alors seulement il la vit. Plongé dans ses pensées, il n’avait pas entendu les cris et la course folle sur la plage. A présent, elle était là, toute nue, dévisageant le bateau et son occupant avec ses grands yeux verts. Etrangement, il ne chercha pas à comprendre ce qu’elle faisait là, dévêtue et loin de la côte. Etrangement, elle ne se troubla pas à la rencontre d’un regard étranger sur son corps nu au milieu de cette plage vide. Ils se fixèrent un moment avec curiosité. Lui, la regardait sans désir (il était trop vieux pour ce genre de choses) et se rappelait sa jeunesse. Elle, un peu calmée par sa course, l’examinait avec attention, imaginant ses vieux jours. Chaque ride était pour elle une histoire à découvrir, chaque courbe était pour lui un souvenir à jamais passé.

Peut-être avait-il oublié comment on s’adressait à une autre personne, peut-être n’en éprouvait-il simplement pas le besoin. Ce fut elle qui brisa le silence.

« – Pourquoi… ? » Le reste ne vint pas. Trop de questions se bousculaient dans sa tête. Sur ce vieux marin silencieux, sur son histoire, sur le monde, sur elle-même… Trop de questions qu’elle avait besoin de poser, sans pour autant demande de réponses en retour.

« – Tu sais, j’ai vu beaucoup de choses dans ma vie, osa le marin de sa voix éraillée par l’embrun. J’ai découvert d’autres cultures, entendu des discours engagés ou vides de sens, écouté des contes de tous les pays, rencontré des ivrognes et des sages. Au final, si tu cherches un sens à ta vie, ce sera celui que tu décides de lui donner. »

Alors ils parlèrent. De leur vie, du monde, des gens, de Dieu, de l’amour, de la mer… Ils parlèrent jusqu’à ce que l’eau lui arrive aux genoux.

¤¤¤

«  – Alors, tu grimpes ? »

Il était là en haut sur son vieux rafiot, avec une main encourageante tendue vers elle. Elle, en bas, le regardait avec ses grands yeux verts. Il représentait la réponse à ses questions et l’occasion de se lancer dans un avenir imprévu. Elle était une nouvelle jeunesse et une nouvelle amie.

Elle se saisit de sa main et monta dans le bateau.

Laure C.

Appel à communication, journée d’étude : Et si je diffusais ma recherche de manière créative ? 

Résumé

Entièrement consacrée à la médiation scientifique, cette journée aura pour but de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des chercheur-e-s ayant pour souci de rendre accessible au plus grand nombre leurs travaux scientifiques. Cette rencontre sera aussi ouverte aux artistes dont les œuvres s’appuient sur des recherches scientifiques. Ainsi, chercheur-e-s et/ou artistes pourront présenter, devant des publics universitaires ou non, leurs expérimentations puis discuter avec ces publics de leurs recherches et/ou créations.

Argumentaire

Le monde de la recherche peut paraître inaccessible, voire peu mis en valeur. Il arrive que des personnes, qu’elles en fassent partie ou non, le pensent excluant et estiment qu’un entre-soi trop prononcé perdure entre chercheur-e-s, universitaires, étudiant-e-s, enseignant-e-s. L’objectif de cette journée est de souligner l’importance, pour les chercheur-e-s et leurs recherches, de sortir des carcans universitaires.

La rencontre entre chercheur-e-s et publics représente un enjeu capital du travail scientifique. En effet, les enquêtes scientifiques peuvent être financées par ces publics et de surcroît, ont comme objectif la restitution de nouvelles connaissances aux sociétés auxquelles elles s’adressent.

Ce travail de restitution n’est néanmoins pas anodin et les difficultés associées au partage de la recherche scientifique sont multiples. Elles sont notamment liées à la transmission de théories ou phénomènes qui peuvent sembler abstraits et/ou non intuitifs, à l’utilisation d’un langage technique complexe et compliqué, voire à une certaine appréhension du public.

La vulgarisation scientifique ou plus précisément la diffusion des cultures scientifiques, de leurs techniques, de leurs méthodologies et de leurs questionnements en dehors des cercles de spécialistes (Lucas, 1983), peut recourir à différents canaux de médiation : textes, livres, supports télévisuels et audiovisuels (documentaires…), expositions (peinture, photographie…), pièces de théâtre, musiques, bandes dessinées, danses, performances… Ces instruments de médiation sont quelque peu éloignés de l’enseignement scientifique dispensé dans les écoles, universités et autres institutions académiques (Giordano et Bouchon, 1989). Ainsi, ces pratiques de diffusion, qui échappent aux contraintes institutionnelles de l’éducation/enseignement dits classiques, ont pour préoccupation majeure de prélever ce qui, dans les sciences, pourrait répondre aux questions latentes des personnes à qui s’adresse cette médiation scientifique. Ceci en jouant aussi bien sur les supports que sur la nature des messages et de leurs visées (Jacobi & Schiele, 1988).

Plusieurs raisons rendent l’effort de partage et de valorisation de la recherche scientifique intéressant :

  • Se faire mieux comprendre des personnes pouvant être intéressées par nos/des recherches ou justement, leur permettre de s’y intéresser,
  • Se doter, dans une démarche respectueuse, d’outils variés de restitution de (nos) travaux scientifiques pour les offrir aux personnes concernées par ces travaux.
  • Améliorer ses propres compétences discursives écrites, orales et gestuelles en s’essayant à plusieurs registres.

Développer les relations et interactions entre Arts et Sciences permet notamment de créer liens, réflexions et discussions quelque peu libérées des frontières et hiérarchies entre différents domaines et publics, tout en aidant à explorer et développer des espaces inédits d’ouverture entre disciplines, somme toute à considérer de nouveaux objets.

Dans ce cadre et sous l’impulsion de réflexions et d’expériences partagées, entre universitaires et non-universitaires autour de ces questions, la formation doctorale Territoires Sociétés Développement lance un appel à communication pour la journée d’étude « Et si je diffusais ma recherche de manière créative ? »

Entièrement consacrée à la médiation scientifique, cette journée aura pour objectif de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des chercheur-e-s ayant pour souci de rendre accessible au plus grand nombre leurs travaux scientifiques. Cette rencontre sera aussi ouverte aux artistes dont les œuvres s’appuient sur des recherches scientifiques.

Ainsi, chercheur-e-s et/ou artistes pourront présenter, devant des publics universitaires ou non, leurs expérimentations puis discuter avec ces publics de leurs recherches et/ou créations.

Cette journée espère pouvoir générer à terme, des collaborations et associations entre chercheur-e-s et artistes pour concevoir ensemble des dispositifs originaux de diffusion de la recherche scientifique qui pourront être travaillés plus tard lors d’ateliers organisés et présentés subséquemment, dans une logique de continuité.

Cet événement de diffusion scientifique s’inscrit dans un mode inclusif. Il valorisera la rencontre, la curiosité et le dialogue entre chercheur-e-s et artistes, mais aussi entre publics se considérant ou non comme initiés à la recherche scientifique et publics. En cela, il se doit d’ailleurs d’être ouvert et accessible à tous et toutes, avec entre autres des invitations qui seront faites à destination de lycées et collèges.

Il s’agira de faire découvrir des recherches actuelles grâce à des approches, des formats et des angles de vue pluriels et inédits. Pour les chercheur-e-s et/ou artistes, il conviendra d’appréhender le plus subtilement et simplement possible, dans un cadre interactif, analyses, questionnements, méthodologie et théories scientifiques parfois complexes. Les chercheur-e-s et artistes souhaitant participer à cette journée pourront, en privilégiant l’interdisciplinarité et la créativité, choisir outils et supports de leurs choix, afin d’amener les publics présents (chercheur-e-s ou non) à s’approprier leurs thématiques, problématiques et méthodes scientifiques.

Bibliographie

  • JACOBI. D, SCHIELE. B, CYR M-F, La vulgarisation scientifique et l’éducation non formelle, in Revue française de pédagogie, vol. 91, 1990, pp. 81-111.
  • LUCAS. A-M, Scientific Literacy and Informal Learning, Studies in Science Education, 10, 1983, pp. 1-36.
  • MALDIOIER. P, Les revues de « vulgarisation », contribution à une sociologie des cultures moyennes, Centre de sociologie de l’éducation et de la culture, Paris, 1973.
  • SCHIELE. B, Enjeux cachés de la vulgarisation scientifique, Communication-Information, vol 5 (2-3), 1963, pp 157-185.
  • SCHIELE. B, JACOBI. D, La divulgation du savoir comme objet, Protée, vol 16 (3), 1988, pp. 2-4.
  • VEZIN. J-F, Schématisation et acquisition de connaissances, Revue Française de Pédagogie, 1986.
  • VEZIN. L, Les illustrations, leur rôle dans l’apprentissage de textes, Enfance, vol 39 (1), 1986 pp. 109-126.

Modalités de candidature

Pour candidater, étudiant-e-s, chercheur-e-s et/ou artistes doivent envoyer leur proposition de communication au plus tard le dimanche 20 novembre à 12h00 (heure de Paris).

La proposition se fait sous forme d’un texte de maximum 4000 signes, lequel peut être accompagné d’annexes (supports audio, visuels, dessins, schémas, photos, livres, C.V facultatifs…) à l’adresse suivante: diffusions.creations@gmail.com. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le comité organisateur à cette même adresse.

Huit à dix propositions seront retenues et les réponses seront données mi- décembre 2016.

Organisation prévisionnelle de la journée

Cette journée d’étude aura lieu à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, 96-105 Boulevard Raspail à Paris, le vendredi 24 février 2017.

La rencontre commencera à 10h00 et se terminera à 19 heures. Elle verra défiler  8 à 10 interventions d’artistes et/ou de chercheur-e-s, dont les communications seront suivies de discussions.

Ce rendez-vous sera clôturé par le spectacle artistico-anthropologique Travers et Traversées de Frontières, de Marie Lasserre [doctorante en Anthropologie, EHESS, IMAF, TSD] et Thierno Ndiaye [artiste danseur et chorégraphe professionnel sénégalais].

Sont prévus pour ponctuer cet événement et pour le confort des participant-e-s une pause-café, un apéro déjeunatoire et un cocktail dînatoire.

Comité Scientifique

  • Ulrike Schuerkens : enseignante-chercheuse, Sociologue-anthropologue, Professeure Université Rennes 2, CEMI-EHESS
  • Anna Cuomo : doctorante, IMAF, EHESS
  • Chantal Crenn : enseignante-chercheuse, MCF en Anthropologie Sociale Université Bordeaux Montaigne, LAM
  • Fadila Kellala Taleb : Master d ́Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Bordeaux, médiatrice dans la ville de Bassens
  • Rebecca Gonzalez : master d’Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Bordeaux, animatrice sociale en hébergement d ́accueil de mineurs isolés étrangers, Berlin
  • Sylvie Bredeloup: directrice de recherche à l’IRD [UMR LPED], HDR, socio- anthropologue, coresponsable du Laboratoire Mixte de Recherche MOVIDA [Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne]

Comité d’organisation

  • Giulia Breda : URMIS, Université Sophia Antipols – Nice, Sociologie
  • Laouali Souley : LRJP, Université Moulay Ismaël – Meknès, Droit Public-Sciences Politiques
  • Marie Lasserre: Institut des Mondes Africains, EHESS – Paris, Anthropologie
  • Marta Lotto : LAVUE – AUS (UMR 7217 CNRS) – Paris 8, Anthropologie
  • Mohammed Dougouno: Centre de Recherches Historiques, EHESS, équipe GGH-TERes
  • Zakaria Benmalek : Triangle (UMR 5206), Université Lyon 2 Lumière, Sociologie

Lieux

  • École des Hautes Études en Sciences Sociales, 96-105 Boulevard Raspail
    Paris, France (75006)

Dates

  • dimanche 20 novembre 2016

Mots-clés

  • vulgarisation, diffusion, restitution, instrument, médiation, science, art, audiovisuel, théâtre, danse, performance, BD, partage, créativité

École Arts et Sciences sociales – Bruxelles

L’ Atelier d’Hybridations Anthropologiques, initié par un collectif de socio-anthropologues de l’Université Libre de Bruxelles, organise un évènement qui mérite le coup d’œil et qui intéresse de près Le Tamis. Il s’agit d’une école destinée à expérimenter des modes « hybrides » de production et de diffusion du savoir socio-anthropologique, au carrefour des sciences sociales et des arts et techniques. L’école est constituée de quatre ateliers (sur inscription) : un atelier de sociologie visuelle, un atelier cinéma, un atelier d’anthropographie et un atelier dessin. Les expérimentations réalisées lors de l’école seront présentées lors d’une séance conclusive ouverte au public.

T’ami.e.s bruxellois.es !

FlyerEcoleAHArecto3 FlyerEcoleAHAverso

 

AHA

L’Atelier d’Hybridations Anthropologiques (AHA) est une initiative collective de chercheurs associées au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université Libre de Bruxelles. Il vise à développer un espace de réflexion et d’expérimentation à l’interface de la recherche anthropologique  et de l’univers des arts et techniques.

AHA

Le Tamis a suivi de près la naissance de l’AHA et a participé au premier évènement organisé par le collectif bruxellois au printemps 2015 : une Journée Arts et Sciences sociales.

 

AADN

AADN œuvre pour le développement des Arts et Cultures Numériques à Lyon et en Région Rhône-Alpes.
Dans un aller-retour entre actions de terrain et démarche théorique, création artistique et développement culturel, AADN dresse des passerelles entre art, société et technologie, interrogeant le numérique dans sa relation aux hommes et à la ville.

AADN