Archives de catégorie : Images et sons

A flots…

L’eau sacrée d’Olivier Jourdain (2016) est un documentaire proche du film ethnographique qui nous emmène le temps d’une petite heure au « pays des mille collines » pour aborder sous des angles variés et originaux différents aspects de la sexualité féminine et conjugale, peu documentés par les sciences médicales et autres sexologies[1]. En suivant notamment Vestine Dusabe, animatrice de radio aussi détendue qu’informée, nous allons à la rencontre de scènes et de paysages du Rwanda contemporain, des villes aux villages, des campagnes aux lacs, nous arrêtant pour assister à des discussions collectives de jeunes et de moins jeunes, des échanges intimes de couples et des débats publics d’assemblées rurales.

Le sujet du documentaire est centré sur les modalités d’existence de l’une des manifestations physiologiques du plaisir féminin, l’éjaculation. Deux pratiques, présentées comme spécifiquement rwandaises, organisent son économie : le kunyanza, façon spécifique de réaliser le coït hétérosexuel qui facilite l’orgasme féminin, et le gukuna (également désigné par l’expression « couper le balai ») qui consiste, dans un rite de passage secret pour les adolescentes effectué avec d’autres femmes plus âgées, à étirer les lèvres de la vulve et à les oindre d’un mélange d’herbes et de beurre, afin de faciliter l’éjaculation et ainsi d’exciter davantage les hommes.

Partant de là, le propos montre l’importance de ces questions dans la société rwandaise, leur accordant presque un caractère structurant. Ceci allant d’enjeux les plus prosaïques aux plus généraux. Nous sommes d’abord témoins de l’intérêt que suscite cette animatrice de Radio Flash FM, Vestine Dusabe, pour qui l’on veille tard la nuit afin de l’écouter, sous un clair de lune ou dans l’intimité d’une chambre conjugale. Son succès est aussi manifeste lors des ateliers de sexologie qu’elle co-anime dans différents villages. Grâce à elle ou lors d’interventions d’autres personnages comme un médecin généraliste, sont discutées les relations complémentaires entre le bonheur, le plaisir et la santé (mise en relation de la jouissance avec la qualité de l’alimentation et l’état du psychisme). On reconstitue, ce faisant, différentes phases du parcours de la santé sexuelle rwandaise. Le corps fait également l’objet d’un traitement spécifique : pensé et mimé par des tremblements, des tapotements, des rythmes, des danses et des vibrations. Si, bien entendu, ce sont des conceptions de la féminité qui sont valorisées ici, on comprend également que des enjeux d’honneur concernant l’ensemble des partenaires sont à l’œuvre dans l’advenue de l’orgasme féminin.

Plus largement, et dès les premières images, l’éjaculation féminine est abordée par des contes qui, s’exprimant comme fondateurs, revêtent un caractère mythique. Sont ainsi expliqués tant l’origine du kunyanza et de la masturbation que la formation du lac Kivu lui-même. Et, en effet, cette mise en relation métonymique entre une caractéristique de l’activité sexuelle et l’environnement ouvre sur une réflexion écologique globale du Rwanda actuel que les images d’Olivier Jourdain relaient largement : si le liquide expulsé du corps des femmes lors de l’orgasme est comparé, en mots, à l’eau de la rivière, à un lac ou à l’océan, le réalisateur filme cours d’eau, cascades et lacs (sur lesquels de jeunes hommes virils pêchent en équipe). Nous sommes donc bien amenés à comprendre un pan de la cosmologie rwandaise et l’on saisit, par les besoins de reconnaissance et d’harmonie qui s’y expriment, qu’elle s’inscrit dans une dialectique de l’histoire… On retrouve, par ailleurs, l’angle de la tension entre tradition et modernité quand les protagonistes discutent des sexualités urbaines (éjaculation féminine rare) et rurales (pratique du gukuna), du développement, du changement social et du passé. Si la morale est régulièrement mise en débat, à propos de la masturbation ou de la pratique de la levrette, ce n’est pas le recours à la religion qui sert à trancher : lors d’une scène dans un internat, des jeunes filles se réfèrent différemment à la Bible pour penser leurs choix et responsabilités. Enfin, last but not least, la question de l’éjaculation est montrée comme distinctive, pour la société rwandaise, par rapport aux Occidentaux (où elle serait autant inconnue qu’inexistante) et par rapport à d’autres pays africains (notamment ceux où se déroulent des excisions).

L’eau sacrée, tout au long du déroulement de ses belles images, ouvre à la réflexion sur de nombreuses questions genrées, politiques, postcoloniales et écologiques. Femmes et hommes s’expriment assez équitablement et, pour autant que la timidité et la pudeur ne soient pas absentes, les prises de parole semblent plutôt libérées. La domination masculine n’est pas invisibilisée, même si surtout donnée à voir discrètement ou en creux. On peut, par contre, regretter la mise sous silence (complète cette fois) des sexualités autres qu’hétéros, ainsi que des problématiques relatives aux MST et au VIH/Sida. Mais une heure ne donne pas le temps de tout traiter et il paraît surtout indiqué de garder de ce documentaire ce qu’il propose de vivifiant et d’optimiste.

[1] Dont on trouvera une synthèse caustique de l’histoire dans la bande-dessinée de Liv Strömquist L’origine du monde (Rackham, 2016).

Image: Photo de Wyz, « L’origine du Monde », juin 2006, Rennes. Sous licence CC BY-NC-SA 2.0

 

Deuxième entrée sur les transformations du travail : l’auto-entrepreneuriat au pays des Soviets

Une ligne de force structure l’organisation et la division du travail dans les sociétés occidentales depuis la Révolution industrielle : celle qui sépare les salarié.e.s des indépendant.e.s et entrepreneur.se.s. Si le salariat a pu devenir suffisamment commun pour être régulièrement perçu comme une catégorie « naturelle » de l’activité, la revalorisation de l’ esprit d’initiative des « premiers de cordée » a le vent en poupe depuis pas mal d’années.

Dans le cadre de sa thèse, publiée aux PUF sous le titre Moi, petite entreprise en 2017, Sarah Abdelnour retrace la généalogie du régime de l’auto-entrepreneuriat depuis une quarantaine d’années et « analyse concrètement la situation concrète » (Vladimir Ilitch Oulianov sort de ce corps…) de personnes s’y adonnant. Le 20 mars dernier, elle présentait et discutait les principaux points de sa recherche à la Librairie Tropiques, à Paris.

On peut retenir de cette séance tant la qualité de la présentation de l’auteure, qui en une heure environ a eut le temps de donner à comprendre un bon nombre d’éléments saillants (histoire, contexte, méthode, résultats), que celle de la discussion qui s’en est suivi avec les quelques personnes présentes : il n’est pas tant de lieux où les échanges autour d’une publication sont si bien nourris (précisons que la Libraire Tropiques est un bastion marxiste assumé et revendiqué, par le libraire et par une bonne partie des personnes qui la fréquente).

Deux heures, donc, qui invitent à la lecture (c’est bien certain) mais qui sont également précieuses par les mises en perspective qu’elles proposent : comprendre toujours davantage comment le régime de domination actuel (le néolibéralisme) s’est mis en place et la faiblesse tant de sa profondeur historique que de sa consistance actuelle. On rejoint d’autant mieux les formules conclusives (peut-être ironiques) du débat invitant à supposer ou entrevoir (plus que simplement espérer) son dépassement. Un autre monde est bien possible, et un jour celui-ci sera derrière nous !

Image: Photo d’André Richter, en libre accès.

Éloge de la désorientation

Voici une jolie petite vidéo sur l’orientation, la désorientation et les cartes mentales par Léo Grasset, youtubeur prolifique de la chaîne Dirty Biology. En quelques minutes, on apprend des choses et on réfléchit aux bienfaits perturbants des voyages…

Toujours en quête de nouveaux formats et de nouvelles pistes d’écriture pour raconter les sciences et sensibiliser à des sujets de société en mêlant dérision et délicatesse, Léo Grasset est un vrai pionnier de la démocratisation scientifique sur Youtube. Sa chaîne, Dirty Biology, fourmille de trouvailles visuelles, d’exercices humoristiques étonnants et de contenu scientifique passionnant, allant de la biologie – c’est sa spécialité – aux sciences sociales et à la philosophie des sciences. Tout ça en étant populaire, dans tous les sens du terme. Chapeau.

Cela vaut donc la peine de regarder ses vidéos, ou il dévoile régulièrement les coulisses de ses projets en cours via des exercices de réflexivité intéressants (comme lors de ce petit bilan de son année 2017). Il participe aussi activement à la réflexion sur cette communauté YouTube de producteurs et de productrices (Ah ! la question du genre sur YouTube… vaste sujet !) de contenus. Tout un univers dont on aimerait pouvoir parler plus, pour mieux le comprendre, l’analyser, l’apprécier et le passer au tamis des outils critiques des sciences sociales. Cela ferait une belle enquête… Avis aux intéressé.e.s !

L’anthropologie symétrique en BD

Le chercheur en sciences cognitives et philosophe de l’art Alessandro  Pignocchi a publié en ce début d’année 2017 une bande dessinée dénommée « Petit traité d’écologie sauvage », aux éditions Steinkis. Il y propose une sélection de planches initialement publiées sur son blog, Puntish. Ce blog, explorant la mise en récit des sciences par le dessin, est avant tout consacré aux indiens Jivaros Achuar, qui ont été étudiés par l’anthropologue Philippe Descola. Disciple de Claude Lévi-Strauss, il est célèbre, entre autres, pour son ouvrage « Par delà nature et culture » publié en 2005 chez Gallimard – un contribution majeure aux sciences humaines, reconnue mondialement.

puntish.blogspot.fr

Après avoir publié une adaptation du récit de terrain de Descola chez les indiens Achuar sous forme de bande dessinée – Anent, Alessandro Pignocchi propose, avec ce Petit traité d’écologie sauvage, un exercice illustré d’anthropologie symétrique. Nous sommes plongés dans une inversion de point de vue sur le monde qui nous entoure et invités à questionner la notion de « nature » en adoptant un regard indien. Chaque situation dessinée par Pignocchi tente d’aborder ce renversement sous un angle ironique et poétique, en mettant en scène des personnages contemporains, parmi lesquels François Hollande et Manuel Valls tiennent la vedette.

Avec finesse, la bande dessinée nous amène à nous poser des questions sur notre rapport au monde et aux êtres vivants, rainettes, oiseaux et autres félins inquiétants. Le livre permet aussi de questionner la recherche anthropologique même, en suivant un anthropologue jivaro en immersion chez les français. Ce personnage maladroit, polyglotte débutant, regarde chaque situation de la vie ordinaire française sous un angle culturaliste déroutant : une jolie mise en abîme qui appelle à l’autocritique d’une discipline encore marquée par la fascination du lointain et l’exotisme.

Par des dialogues simples et réfléchis, associés à de belles aquarelles suscitant la contemplation, la bande dessinée nous invite à voyager dans des paysages verdoyants, des plateaux télévisés et dans nos pensées. On espère que ces douces émotions invitant au relativisme peuvent aider à transformer cette écologie sauvage en écologie politique.

Alessandro Pignocchi,

Petit traité d’écologie sauvage,

Steinkis – 2017

120 p.

Esprit critique, doutes et certitudes humaines

L’émission de radio de France Culture « Du Grain à moudre » proposait, le 18 octobre dernier, une table ronde composée de chercheurs et spécialistes de la médiation scientifique autour de la question « Comment enseigner le doute sans tomber dans le relativisme? »

La discussion, portée par l’actualité d’un regain (dit-on) des conspirationnismes, des mises en doutes du savoir enseigné à l’école et des théories scientifiques (de l’évolution, du genre etc.), permet aux participants d’aborder de nombreux thèmes liés à l’apprentissage, à la construction des théories scientifiques, au rapport entre savoirs et émotions, aux dispositifs pédagogiques et à leur efficacité, leur douceur et leur violence.

Cette discussion constitue donc très littéralement du grain à moudre pour le Tamis, qui se donne diverses missions, dont celle de familiariser des enfants et des adultes, à la notion de point de vue situé sur le monde, ainsi qu’aux démarches d’enquête en sciences sociales, notamment au travers d’ateliers.

Au fil de la discussion, les évocations de la théorie de l’évolution ou du créationnisme donnent envie de se plonger dans l’univers des « youtubeurs » scientifiques, comme dans celui d’e-penser, présenté en cours d’émission, mais aussi de la chaîne dirty biology. Ces « youtubeurs » manient avec brio les matériaux scientifiques anciens et nouveaux afin de produire des contenus intelligents et ludiques, qui nous feront indéniablement mourir moins cons, mais peut-être pas moins bêtes…

Sommes nous vraiment humains ? Réponse par Léo Grasset :

DirtyBiology

Deleuze, l’animal et l’écriture

Morceau choisi de « A de Animal », Abécédaire de Gilles Deleuze – Entretiens avec Claire Parnet :

« Quand on écrit, on ne mène pas une petite affaire privée. C’est vraiment les connards, c’est vraiment l’abomination de la médiocrité littéraire – de tout temps mais particulièrement actuellement – qui fait croire aux gens que, pour faire un roman par exemple, il suffit d’avoir une petite affaire privée. Sa petite affaire à soi. Sa grand-mère qui est morte d’un cancer ou bien son histoire d’amour à soi et puis voilà. Et puis on fait un roman.

Mais c’est une honte, quoi ! C’est une honte de penser des choses comme ça !

C’est pas l’affaire privée de quelqu’un, écrire. C’est vraiment se lancer dans une affaire universelle. Que ce soit le roman, ou la philosophie. »

16’45 »

La révolution du travail

« Faire la révolution, c’est produire autrement, c’est changer le mode de production, c’est pratiquer autrement le travail. » dit Bernard Friot, sociologue, économiste, membre du Réseau Salariat et théoricien du salaire à vie. De son côté, la plateforme Onvautmieuxqueça, mise en ligne par un collectif de vidéastes et donnant la parole à qui veut la prendre, entend « soutenir ceux et celles qui « ont mal au travail » ». Comment ne pas s’intéresser à ces réflexions croisées sur le travail pour Le Tamis, « une association coopérative de recherche et d’action dont l’objet est d’ouvrir un espace de réflexion et d’expression pour la production et le partage d’œuvres anthropologiques collectives et créatives ? »

Saisissons donc l’occasion de regarder cette rencontre filmée à Science Po Rennes entre Bernard Friot, Usul, l’un des vidéastes à l’initiative d’Onveutmieuxqueça et dont nous avons déjà parlé ici, et une jeunesse en lutte contre la loi El Khomri :

Il y est question de travail, de lutte, de salariat, de revenu, de marché, de démocratie, de parole, de débat, de politique, d’internet… de champ des possibles !

Note : Vers 1h45, mise au point sur la différence entre salaire à vie et revenu de base, une distinction trop souvent floue et qui parfois divise dans les milieux associatifs, coopératifs et « alternatifs ».

Usul – Sociologie et culture de l’excuse

Ci-dessous, un beau document vidéo sur la sociologie et la « culture de l’excuse ». Ce document prend à bras le corps l’actualité explosive (terrorisme, émeutes, critique sociale radicale) et la réintègre intelligemment dans le temps plus long du rapport entre sciences sociales, médias et pouvoir politique durant la seconde moitié du XXème siècle.

Elle constitue une bonne entrée en matière pour découvrir ou redécouvrir l’excellent travail de mise en images, en sons, en mots et en humour d’Usul, vidéaste autodidacte, sur sa chaîne youtube « Mes chers contemporains ».