Archives de catégorie : Projets

Revue « Monde commun : des anthropologues dans la cité »

« L’anthropologie trouve sa pertinence dans sa capacité à rendre le chaos du monde un peu plus intelligible. » C’est avec cette amorce que la revue « Monde commun : des anthropologues dans la cité » est introduite sur le carnet de recherche qui lui est dédié sur la plateforme Hypotheses.org. Cette revue éditée aux Presses Universitaires de France, qui paraît depuis l’été 2018, se revendique de l’anthropologie publique et d’une démarche visant à ouvrir la discipline universitaire à un public élargi, afin de s’intégrer pleinement dans la cité. Une autre citation de la présentation de la revue donne à comprendre le positionnement des éditrices et éditeurs : « Ni savoir « militant » au service d’une cause, ni savoir « expert » au service d’un pouvoir, l’anthropologie publique naît dans la société et y revient. »

Un épisode de l’émission Liberté sur paroles de la radio libre Aligre FM a été consacré à la sortie du premier numéro de Monde commun sur la question de la violence – voir le lien sous ces lignes. Michel Naepels, membre du comité de rédaction de la revue, directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS en anthropologie, y évoque ainsi l’aspect normé et peu accessible des écritures scientifiques. Selon lui, Monde commun propose alors d’ « aller vers une autre écriture qui puisse confronter [l]es questions scientifiques, politiques et émotives [soulevées par les terrains des anthropologues et] les faire résonner avec d’autres types d’écritures ». C’est entre autres pourquoi la maquette des numéros parus contient des illustrations.

Après un premier numéro intitulé « Violence partout, justice nulle part!« , le deuxième numéro de Monde Commun traite la question des Fake news, mensonges & vérités ; le troisième et dernier, sorti cet automne, est consacré à la Multitude migrante. Ces thématiques développées à un rythme semestriel tentent ainsi de répondre au projet éditorial formulé sur le compte twitter de la revue : devenir « l’outil d’une mobilisation intellectuelle » et peut-être plus, si affinités.

La France vue d’ici

Parce que les images nous parlent, nous surprennent, nous racontent des histoires, le projet d’enquête photographique et documentaire initié par Médiapart et Images Singulières mérite quelques minutes d’attention au milieu de nos errances sur la toile. On en ressort grandi.

Quand d’autres prônent le détachement et le repli, la plateforme de la France vue d’ici nous invite à la rencontre et la découverte. Il se s’agit pas de voyager très loin pour susciter l’étonnement. Les photographes explorent pour nos beaux yeux ces interstices insoupçonnés près desquels nous circulons en rond, sans parfois prêter attention à ce qu’il s’y joue, à ces personnes qui les font vivre, à ces petits lieux communs ou bien inconnus qui se font mondes inexplorés.

La France vue d'ici - site

La France vue d’ici pourrait bien devenir un compagnon de route fidèle car le projet de documentation photographique est audacieux et les organisateurs comptent le déployer jusque 2017. Malgré son envergure nationale — il s’agit de documenter le quotidien du territoire français pendant plusieurs années ! — , l’initiative a pu être portée au jour grâce à un mode de financement participatif, via la plateforme KissKissBankBank qui a recueillie les dons d’une communauté d’internautes intrigués et généreux.

24 000 euros seulement pour lancer et faire vivre (dans un premier temps) ce projet aux ambitions hautes et belles. On mesure alors le peu d’effort de redistribution des ressources de l’État qu’il faudrait  mettre en œuvre pour soutenir d’autres initiatives telles et redonner des couleurs à ce « pays bouleversé » dans lequel nous vivons nous-mêmes nos propres bouleversements. Mais peut-être au contraire est-ce cette liberté dans la manière de faire qui préserve l’indépendance du propos et de fait, la délicatesse et l’intelligence des observations ?

À suivre !