Archives de catégorie : Caisse à outils

La “caisse à outils” est une rubrique d’articles de fond dans lesquels le Tamis façonne ses outils méthodologiques et épistémologiques. Elle est alimentée dans la continuité des discussions émergeant des ateliers table basse organisés par le collectif Le Tamis à Marseille.

Un an de Tables basses : Premier bilan.

Les Ateliers Tables Basses sont des rencontres organisées en cycles thématiques annuels au cours desquelles les Tami.e.s réfléchissent collectivement sur l’action et la pensée produites au Tamis, textes de recherches en sciences sociales à l’appui. Ce sont des espaces et des temps privilégiés de réflexion sur « ce qu’il nous meut » de faire, pour continuer d’avancer collectivement.

En 2016, nous nous sommes regroupé.e.s 5 fois, entre les mois de mai et novembre. A chaque fois un texte choisi par les animateurs de l’atelier était envoyé aux participant.e.s quelques semaines en amont de la séance. Les textes étaient choisis selon les thèmes convenus par tous et toutes lors de la séance précédente.

Initialement, trois thématiques principales avaient été dégagées pour l’année 2016 : la question du style et des formats de nos productions, celle de la position du chercheur et de la recherche en sciences sociales dans la société, et enfin la question de la place et du statut des récits et paroles recueillis et produits au Tamis. A partir de la seconde séance, nous nous sommes surtout penché.e.s sur la seconde thématique qui nous est apparue comme étant à la base du reste.

Ce billet se veut être un premier résumé des discussions et réflexions menées tout au long de l’année.

– Séance 1 : 1er mai 2016.

Discussions autour du texte de Stephen A. Tyler, « L’ethnographie postmoderne : du document de l’occulte au document occulte », in Writing Culture. The poetics and politics of ethnography. Clifford & Marcus, 1986, traduction d’Emir Mahieddin.

Ce premier texte fut l’occasion de réfléchir sur les liens et relations entre la forme et le fond de nos productions, entre poésie, littérature et sciences sociales. Au cours des échanges, il nous est apparu clair que le désenchantement que peuvent produire les sciences sociales doit s’accompagner d’un élan ré-enchanteur systématique dans l’action du Tamis. Cette dynamique ré-enchanteresse peut prendre plusieurs formes dont celles de l’exploration de la part créative qui est en chacun de nous et l’expression artistique et sensible des thématiques abordées.  Anthro-poètes, anthro-artistes, anthro-créateurs, nous choisissons au Tamis de mêler les approches des arts et techniques et des sciences sociales pour produire des savoirs hybrides riches de l’enchevêtrement de ces différentes pratiques. L’objectif de notre démarche est, à travers ces différentes formes d’expression, de provoquer un questionnement à la fois éthique et réflexif auprès des membres du Tamis comme vers l’extérieur.

– Séance 2 : 2 juin 2016.

Discussions autour du texte de Didier Fassin, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, #09, 30 Novembre 2009, pp. 199‑211.

Cette séance nous a conduit à aborder le rôle et la posture éthique et politique du Tamis vis-à-vis de ses partenaires ou clients. A la lumière du texte nous envisageons l’association comme « un compagnon critique » (Fassin, 2009 : 207) pratiquant et proposant une critique liminale, tel un « étranger de l’intérieur » (Fassin, 2009 : 208).  Assumer plus franchement cette posture, ne fait pas pour autant du Tamis un « expert » qui formulerait des recommandations. Nous souhaitons plutôt proposer des outils de réflexion sans hésiter à susciter la réaction de nos interlocuteurs et nous nous en remettons à leur expertise pour formuler leurs propres solutions à leurs « problèmes ».

– Séance 3 : 3 juillet 2016 :

Discussions autour du texte d’Olivier Cousin et de Sandrine Rui, « La méthode de l’intervention sociologique », Revue française de science politique, vol. 61, no 3, 8 Juillet 2011, pp. 513‑532.

Le contenu des discussions de la séance du mois de juin nous a conduit à nous pencher sur la méthodologie de recherche proposée par Alain Touraine et ses collaborateurs dans le but éventuel de se l’approprier, et, dans tous les cas, de nourrir notre réflexion en cours. La dimension collective et participante mais aussi l’ambition d’auto-analyse par les acteurs eux-mêmes de leurs pratiques proposés par cette méthodologie est intéressante et compatible avec les envies du Tamis. Le texte étant très théorique, nous restons néanmoins sur notre faim quant aux retours d’expériences des chercheurs ayant pratiqué cette méthode. Par ailleurs, l’accent porté sur la mise en évidence des conflits intra-groupes nous apparait trop compliqué à gérer en pratique et nous conduit, en fin de séance, à discuter de situations vécues au Tamis de gestion de conflits au sein de groupes auprès desquels nous sommes intervenus.

– Séance 4 : 4 Octobre 2016

Cette quatrième séance fut l’occasion d’un premier bilan des discussions engagées jusque-là. Pour cela les deux animateurs des ateliers proposèrent aux participant.e.s un texte en guise de bilan. L’objectif était de continuer à échanger sur, et de valider les différents points discutés depuis le mois de mai. La lecture du texte nous a conduit à discuter de notre positionnement vis-à-vis de la sociologie critique, des débats entre théories relativistes et déterministes et des visions particulières du monde auxquelles renvoient ces deux approches. Une des conclusions des discussions porte sur la posture pédagogique du Tamis dont la volonté finale serait l’apprentissage, la pratique et l’expérimentation de la réflexivité des personnes auprès desquelles nous intervenons. Autrement dit, il s’agit de faire prendre conscience à tout un chacun de nos points de vue situés. A propos des débats théoriques entre relativisme et déterminisme, un texte est proposé à la lecture lors de la prochaine séance.

– Séance 5 : 24 novembre 2016

Discussions autour du texte de Luc Bolstanski , « Sociologie critique et sociologie pragmatique de la critique », in De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Gallimard, « NRF Essais », 2009 : 39-82.

Dans ce chapitre, l’auteur présente à la fois la sociologie critique bourdieusienne et la sociologie de la critique ou pragmatique de la critique à laquelle il se rattache lui-même et qu’il a contribué à promouvoir et développer. L’objectif était alors pour nous de pouvoir cerner comment ces deux approches articulent la description sociologique et la critique sociale et de voir comment s’en inspirer et s’en nourrir au Tamis. Nos discussions ont surtout porté sur notre rapport à l’émancipation. Le Tamis a-t-il l’ambition d’être un vecteur d’émancipation pour les personnes auprès desquelles elle intervient ? Si tel est le cas comment mettre en pratique cette ambition ?

Nous tombons rapidement d’accord sur le fait que nous ne souhaitons pas nous ancrer dans la démarche surplombante et « brutale » de la sociologie critique, même si une de nos ambitions principales est de transmettre les outils de la sociologie à un plus grand nombre. Se pose ensuite la question des moyens de l’émancipation à laquelle nous prétendons à travers nos actions. Des pistes sont lancées autour de l’intention de « faire se déplacer les personnes de leur quotidien », leur faire faire un pas de côté, à travers nos interventions, en s’intéressant et questionnant par exemple à ce qui fait « débat » chez eux, comme le soulève Boltanski. Nous revenons alors à des discussions autour de la portée émancipatoire de la réflexivité en sciences sociales.

 

Une des ambitions de cette année d’ateliers concernait l’écriture de lignes directrices du Tamis (nous n’osons plus l’appeler manifeste…), permettant de présenter les orientations et finalités intellectuelles et politiques de nos actions. Dans les mois qui viennent, le premier jet de texte du mois d’octobre devra être repris et complété afin de tirer partie de cette année d’ateliers et de finaliser l’écriture des lignes directrices de l’association.

Photo à la une : Giancarlo Neri sculpture of table and chair, Hampstead Heath 2005 * Photographer: :User:Justinc {{cc-by-sa-2.0}}

Intervention hybride – Le Tamis à Bruxelles

Le 10 juin 2015, le Tamis a fait son coming out international et en est encore troublé. [Ce trouble explique peut-être le délai de livraison extravagant de ce billet visant à restituer l’expérience !]

C’était en Belgique, sur le campus de l’Université Libre de Bruxelles, lors de la Journée Arts et Sciences sociales organisée par le collectif AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, fraîchement né dans les locaux du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains. Alors que l’arrivée du printemps nous rappelle l’effervescence de cette journée de rencontre inédite, il est temps de revenir sur cet évènement marquant dans la vie du Tamis.

Interrogeant le “devenir hybride” des initiatives à la lisière entre les sciences sociales et les arts, l’AHA demandait aux participants “de décrire, de relater les aventures heureuses (plaisir, découverte, partage) et malheureuses (conflit, échec, résistance) qu’ils ont vécues durant la réalisation de leur projet.” Le Tamis, qui, depuis sa création, n’avait jamais eu l’occasion de se présenter dans une enceinte universitaire, a proposé de mettre en mots et en images son récit de vie — à l’image des récits que l’association recueille à travers ses activités, en France et de part le monde. Ce récit a été raconté à quatre voix, préservant autant que possible la réalité complexe et bouillonnante de la vie d’un collectif, dans un jeu joyeux et un nous résolument pluriel, au gré des anecdotes marquantes et des blagues sérieuses.

Nous avons retranscrit ici l’introduction de cette intervention, lue par Laura Spica. Et vous trouverez en bas de page un montage composé de l’enregistrement de notre carte blanche d’une heure, accompagnée du diaporama projeté devant l’audience. À vous désormais de naviguer entre ces images et ces mots !

« Il y a quelques semaines, lorsque l’invitation nous a été faite, nous avons projeté de présenter une sorte de work in progress d’un projet qui nous semblait le mieux se prêter à une discussion raisonnée sur l’hybridation dont il est question aujourd’hui. Mais le work n’a guère progressé dans l’intervalle et se trouve toujours à l’état (dis)cursif – Vestiges d’un naufrage qui n’a jamais eu lieu, peut-être en parlera-t-on une prochaine fois, inch’allah.

Et donc cette carte blanche présente pour nous l’opportunité d’un exercice réflexif sur les pratiques, les identités, les questionnements qui sont au cœur de ces démarches, que l’on serait tentées de dire « croisées », puisque la première définition de l’adjectif « hybride », c’est…

« Qui provient du croisement naturel ou artificiel de deux individus d’espèces, de races ou de variétés différentes » ex : Les mulets sont des animaux hybrides.

… mais qu’à la fois, on pourrait aisément les rapprocher de la seconde définition, plus linguistique :

« Mot dont les éléments sont empruntés à des langues différentes » par ex : Bicyclette, formé du préfixe latin [bis], du mot grec qui a donné cycle et d’un suffixe de diminutif français -ette. Nom hybride.

… et que finalement, le sens figuré de l’adjectif nous plonge irrémédiablement au cœur du schmilblick :

« Qui n’appartient à aucun type, genre, style particulier, qui est bizarrement composé d’éléments divers » avec pour synonymes Mélangé, Bâtard, Mâtiné, Panaché, Métis,  Hétéroclite, Composite, Corniaud – qui a lui-même pour synonymes Bête, Sot, Ballot.

Parties du postulat que nous sommes légion à se reconnaître dans cette impossible définition toujours par défaut, toujours en miroir, en contre-jour, en négatif de photo, en plein ou en creux, en mot, par référence, on propose donc de mettre cette carte blanche à disposition du débat d’idées et de la gribouiller joyeusement ensemble pour tenter de trouver des façons de définir ces postures et ces productions en propre, dans leur hétérogénéité, et modestement, en restituant à nos démarches communes la part de plaisirs et de désirs qui les guide et qui semblent le plus souvent injustifiables – inavouables ?

Pour planter le décor et entrer dans le vif du sujet, Le Tamis est l’émanation toujours provisoire et mouvementée d’un cheminement collectif un poil erratique qui a pour sous-titre « Ce qui nous meut », puisque d’abord guidé, poussé, mis en marche, mû, donc, par des nécessités individuelles mises en commun de s’armer d’une langue pour dire le monde de manière à le rendre supportable.

Après bien des étapes, que nous allons vous raconter, à cet instant T – ou A, ha – Le Tamis est un collectif marseillano-bruxellois et plus si affinités fondé par des socio-anthropologues du changement social, et qui rassemble aujourd’hui des personnes qui travaillent dans la recherche en sciences sociales, l’écriture et le jeu théâtral, l’illustration, l’écriture littéraire, le cinéma documentaire, le graphisme, l’édition… Ce joli monde est rassemblé par l’intérêt et le goût partagé de raconter et de transmettre, à travers différentes démarches méthodologiques, différentes formes et supports restitutifs, des expériences ordinaires et des situations que nous, anthropologues, appelons des « terrains », et de les présenter comme des matériaux qui donnent à découvrir, à comprendre, à connaître, à apprendre, à s’émouvoir, à bousculer ses idées, à rêver d’être un autre, ou à rien.

Remarquez que je présente les membres du collectif à travers ce qu’ils font et non pas l’étiquette socio-professionnelle par laquelle on serait bien aise de les classer parmi les artistes ou les scientifiques. Car si se définir, s’identifier, se reconnaître, déterminer des identités individuelles et collectives, les instrumentaliser selon les circonstances et les négocier quand on nous les assigne, est au cœur du propos aujourd’hui à travers la question de l’hybridation des pratiques, des démarches, des productions – épaisse affaire – il reste que se définir par le faire, en faisant, est encore la posture qui nous laisse le plus de marge de manœuvre identitaire, qui nous laisse le plus de mains libres et surtout le choix d’être, en faisant, ce que l’on veut – d’ailleurs, qui s’en soucie ?

Ces dernières années, on a surtout travaillé ensemble à recueillir et présenter des récits de vie, des récits d’expériences ordinaires ou extraordinaires, puisqu’on estime que ces constructions narratives à la première personne du singulier recèlent des clés de lecture des mondes sociaux par le bas, par l’intime, qui permettent à chacun de saisir une complexité qu’il est difficile d’appréhender et de partager largement dans une langue savante. Entre autres, et pour faire vite.

A notre tour, et pour la première fois, nous allons nous prêter à cet exercice auquel nous convions les personnes dont on guide et recueille les histoires. Afin de partager avec vous quelque chose de notre cheminement et de nos questionnements hybrides, nous allons vous brosser le récit du Tamis, des t’amies – un récit singulier à la première personne du pluriel.  »

On embauche !

Un.e Assistant.e / Technicien.ne

Cet automne 2015, le Tamis crée un poste de travail à temps partiel pour venir en appui aux différentes charges fixes de travail de l’association, tant sur les projets en cours que sur les prestations proposées.

Ce poste polyvalent correspond idéalement à une première expérience professionnelle – il faut bien commencer ! – pour un.e jeune diplômé.e en sciences sociales, que l’équipe du Tamis accompagnera et formera à ses outils. Nous avons à cœur d’offrir l’opportunité d’une première expérience de travail et en assumons la charge de formation et d’accompagnement inhérente. L’offre de poste est également et bien évidemment ouverte à des profils plus aguerris et adaptable en fonction des qualifications, savoir-faire et motivation. Toutes les candidatures seront examinées avec beaucoup de soin, considérant que cette occasion de recrutement est éminemment celle de rencontres et d’échanges avec des personnes intéressées et stimulées par les travaux et propositions du Tamis et se reconnaissant dans les valeurs que nous portons.

D’une durée de 6 à 12 mois, ce poste a vocation à évoluer en fonction des profils et des projets.

recrutement-tamis-image