Tous les articles par lucille

“Quand la sociologie rencontre la bande dessinée”, Université de Nantes.

Dans le cadre d’une série d’ateliers autour de l’adaptation par Helkarava de l’enquête de Jérôme Berthaut intitulé « La banlieue du 20h », des doctorants et des étudiants de sociologie, avec l’appui de l’Union des Etudiants Nantais de Sociologie, organisent une discussion publique le jeudi 6 avril de 14 à 17 h Bâtiment F0 Recteur Schmitt.

De nombreux auteurs de bande dessinée portent un regard sur le monde social dont la sociologie -entre autres sciences sociales- peut se saisir, notamment dans une visée pédagogique.

La collection Sociorama (Casterman) propose ainsi des adaptations d’enquêtes ethnographiques en bande dessinée.

Des doctorants et des étudiants de sociologie, avec l’appui de l’Union des Etudiants Nantais de Sociologie (UDENS), ont mené une série d’ateliers autour de l’adaptation par Helkarava de l’enquête de Jérôme Berthaut intitulé « La banlieue du 20h », sur le traitement médiatique des quartiers populaires (Sociorama, 2016).

Ces ateliers ont été l’occasion de discuter et de réfléchir à la sociologie des médias, aux rapports que l’on entretient aux médias et enfin, aux enjeux de la vulgarisation de la sociologie.

Les participants au projet restitueront les réflexions construites collectivement au sein des ateliers au cours d’une discussion publique avec Helkarava et deux sociologues, membres du comité scientifique de la collection Sociorama, Julien Gros et Mathias Thura.

Vous êtes étudiants, enseignants, curieux, … et intéressés par la bande dessinée, la sociologie, les liens entre bande dessinée et sciences sociales, venez participer à ces échanges qui seront suivis d’un moment convivial !

Plus d’infos ici.

Un an de Tables basses : Premier bilan.

Les Ateliers Tables Basses sont des rencontres organisées en cycles thématiques annuels au cours desquelles les Tami.e.s réfléchissent collectivement sur l’action et la pensée produites au Tamis, textes de recherches en sciences sociales à l’appui. Ce sont des espaces et des temps privilégiés de réflexion sur « ce qu’il nous meut » de faire, pour continuer d’avancer collectivement.

En 2016, nous nous sommes regroupé.e.s 5 fois, entre les mois de mai et novembre. A chaque fois un texte choisi par les animateurs de l’atelier était envoyé aux participant.e.s quelques semaines en amont de la séance. Les textes étaient choisis selon les thèmes convenus par tous et toutes lors de la séance précédente.

Initialement, trois thématiques principales avaient été dégagées pour l’année 2016 : la question du style et des formats de nos productions, celle de la position du chercheur et de la recherche en sciences sociales dans la société, et enfin la question de la place et du statut des récits et paroles recueillis et produits au Tamis. A partir de la seconde séance, nous nous sommes surtout penché.e.s sur la seconde thématique qui nous est apparue comme étant à la base du reste.

Ce billet se veut être un premier résumé des discussions et réflexions menées tout au long de l’année.

– Séance 1 : 1er mai 2016.

Discussions autour du texte de Stephen A. Tyler, « L’ethnographie postmoderne : du document de l’occulte au document occulte », in Writing Culture. The poetics and politics of ethnography. Clifford & Marcus, 1986, traduction d’Emir Mahieddin.

Ce premier texte fut l’occasion de réfléchir sur les liens et relations entre la forme et le fond de nos productions, entre poésie, littérature et sciences sociales. Au cours des échanges, il nous est apparu clair que le désenchantement que peuvent produire les sciences sociales doit s’accompagner d’un élan ré-enchanteur systématique dans l’action du Tamis. Cette dynamique ré-enchanteresse peut prendre plusieurs formes dont celles de l’exploration de la part créative qui est en chacun de nous et l’expression artistique et sensible des thématiques abordées.  Anthro-poètes, anthro-artistes, anthro-créateurs, nous choisissons au Tamis de mêler les approches des arts et techniques et des sciences sociales pour produire des savoirs hybrides riches de l’enchevêtrement de ces différentes pratiques. L’objectif de notre démarche est, à travers ces différentes formes d’expression, de provoquer un questionnement à la fois éthique et réflexif auprès des membres du Tamis comme vers l’extérieur.

– Séance 2 : 2 juin 2016.

Discussions autour du texte de Didier Fassin, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, #09, 30 Novembre 2009, pp. 199‑211.

Cette séance nous a conduit à aborder le rôle et la posture éthique et politique du Tamis vis-à-vis de ses partenaires ou clients. A la lumière du texte nous envisageons l’association comme « un compagnon critique » (Fassin, 2009 : 207) pratiquant et proposant une critique liminale, tel un « étranger de l’intérieur » (Fassin, 2009 : 208).  Assumer plus franchement cette posture, ne fait pas pour autant du Tamis un « expert » qui formulerait des recommandations. Nous souhaitons plutôt proposer des outils de réflexion sans hésiter à susciter la réaction de nos interlocuteurs et nous nous en remettons à leur expertise pour formuler leurs propres solutions à leurs « problèmes ».

– Séance 3 : 3 juillet 2016 :

Discussions autour du texte d’Olivier Cousin et de Sandrine Rui, « La méthode de l’intervention sociologique », Revue française de science politique, vol. 61, no 3, 8 Juillet 2011, pp. 513‑532.

Le contenu des discussions de la séance du mois de juin nous a conduit à nous pencher sur la méthodologie de recherche proposée par Alain Touraine et ses collaborateurs dans le but éventuel de se l’approprier, et, dans tous les cas, de nourrir notre réflexion en cours. La dimension collective et participante mais aussi l’ambition d’auto-analyse par les acteurs eux-mêmes de leurs pratiques proposés par cette méthodologie est intéressante et compatible avec les envies du Tamis. Le texte étant très théorique, nous restons néanmoins sur notre faim quant aux retours d’expériences des chercheurs ayant pratiqué cette méthode. Par ailleurs, l’accent porté sur la mise en évidence des conflits intra-groupes nous apparait trop compliqué à gérer en pratique et nous conduit, en fin de séance, à discuter de situations vécues au Tamis de gestion de conflits au sein de groupes auprès desquels nous sommes intervenus.

– Séance 4 : 4 Octobre 2016

Cette quatrième séance fut l’occasion d’un premier bilan des discussions engagées jusque-là. Pour cela les deux animateurs des ateliers proposèrent aux participant.e.s un texte en guise de bilan. L’objectif était de continuer à échanger sur, et de valider les différents points discutés depuis le mois de mai. La lecture du texte nous a conduit à discuter de notre positionnement vis-à-vis de la sociologie critique, des débats entre théories relativistes et déterministes et des visions particulières du monde auxquelles renvoient ces deux approches. Une des conclusions des discussions porte sur la posture pédagogique du Tamis dont la volonté finale serait l’apprentissage, la pratique et l’expérimentation de la réflexivité des personnes auprès desquelles nous intervenons. Autrement dit, il s’agit de faire prendre conscience à tout un chacun de nos points de vue situés. A propos des débats théoriques entre relativisme et déterminisme, un texte est proposé à la lecture lors de la prochaine séance.

– Séance 5 : 24 novembre 2016

Discussions autour du texte de Luc Bolstanski , « Sociologie critique et sociologie pragmatique de la critique », in De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Gallimard, « NRF Essais », 2009 : 39-82.

Dans ce chapitre, l’auteur présente à la fois la sociologie critique bourdieusienne et la sociologie de la critique ou pragmatique de la critique à laquelle il se rattache lui-même et qu’il a contribué à promouvoir et développer. L’objectif était alors pour nous de pouvoir cerner comment ces deux approches articulent la description sociologique et la critique sociale et de voir comment s’en inspirer et s’en nourrir au Tamis. Nos discussions ont surtout porté sur notre rapport à l’émancipation. Le Tamis a-t-il l’ambition d’être un vecteur d’émancipation pour les personnes auprès desquelles elle intervient ? Si tel est le cas comment mettre en pratique cette ambition ?

Nous tombons rapidement d’accord sur le fait que nous ne souhaitons pas nous ancrer dans la démarche surplombante et « brutale » de la sociologie critique, même si une de nos ambitions principales est de transmettre les outils de la sociologie à un plus grand nombre. Se pose ensuite la question des moyens de l’émancipation à laquelle nous prétendons à travers nos actions. Des pistes sont lancées autour de l’intention de « faire se déplacer les personnes de leur quotidien », leur faire faire un pas de côté, à travers nos interventions, en s’intéressant et questionnant par exemple à ce qui fait « débat » chez eux, comme le soulève Boltanski. Nous revenons alors à des discussions autour de la portée émancipatoire de la réflexivité en sciences sociales.

 

Une des ambitions de cette année d’ateliers concernait l’écriture de lignes directrices du Tamis (nous n’osons plus l’appeler manifeste…), permettant de présenter les orientations et finalités intellectuelles et politiques de nos actions. Dans les mois qui viennent, le premier jet de texte du mois d’octobre devra être repris et complété afin de tirer partie de cette année d’ateliers et de finaliser l’écriture des lignes directrices de l’association.

Photo à la une : Giancarlo Neri sculpture of table and chair, Hampstead Heath 2005 * Photographer: :User:Justinc {{cc-by-sa-2.0}}

Appel à communication, journée d’étude : Et si je diffusais ma recherche de manière créative ? 

Résumé

Entièrement consacrée à la médiation scientifique, cette journée aura pour but de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des chercheur-e-s ayant pour souci de rendre accessible au plus grand nombre leurs travaux scientifiques. Cette rencontre sera aussi ouverte aux artistes dont les œuvres s’appuient sur des recherches scientifiques. Ainsi, chercheur-e-s et/ou artistes pourront présenter, devant des publics universitaires ou non, leurs expérimentations puis discuter avec ces publics de leurs recherches et/ou créations.

Argumentaire

Le monde de la recherche peut paraître inaccessible, voire peu mis en valeur. Il arrive que des personnes, qu’elles en fassent partie ou non, le pensent excluant et estiment qu’un entre-soi trop prononcé perdure entre chercheur-e-s, universitaires, étudiant-e-s, enseignant-e-s. L’objectif de cette journée est de souligner l’importance, pour les chercheur-e-s et leurs recherches, de sortir des carcans universitaires.

La rencontre entre chercheur-e-s et publics représente un enjeu capital du travail scientifique. En effet, les enquêtes scientifiques peuvent être financées par ces publics et de surcroît, ont comme objectif la restitution de nouvelles connaissances aux sociétés auxquelles elles s’adressent.

Ce travail de restitution n’est néanmoins pas anodin et les difficultés associées au partage de la recherche scientifique sont multiples. Elles sont notamment liées à la transmission de théories ou phénomènes qui peuvent sembler abstraits et/ou non intuitifs, à l’utilisation d’un langage technique complexe et compliqué, voire à une certaine appréhension du public.

La vulgarisation scientifique ou plus précisément la diffusion des cultures scientifiques, de leurs techniques, de leurs méthodologies et de leurs questionnements en dehors des cercles de spécialistes (Lucas, 1983), peut recourir à différents canaux de médiation : textes, livres, supports télévisuels et audiovisuels (documentaires…), expositions (peinture, photographie…), pièces de théâtre, musiques, bandes dessinées, danses, performances… Ces instruments de médiation sont quelque peu éloignés de l’enseignement scientifique dispensé dans les écoles, universités et autres institutions académiques (Giordano et Bouchon, 1989). Ainsi, ces pratiques de diffusion, qui échappent aux contraintes institutionnelles de l’éducation/enseignement dits classiques, ont pour préoccupation majeure de prélever ce qui, dans les sciences, pourrait répondre aux questions latentes des personnes à qui s’adresse cette médiation scientifique. Ceci en jouant aussi bien sur les supports que sur la nature des messages et de leurs visées (Jacobi & Schiele, 1988).

Plusieurs raisons rendent l’effort de partage et de valorisation de la recherche scientifique intéressant :

  • Se faire mieux comprendre des personnes pouvant être intéressées par nos/des recherches ou justement, leur permettre de s’y intéresser,
  • Se doter, dans une démarche respectueuse, d’outils variés de restitution de (nos) travaux scientifiques pour les offrir aux personnes concernées par ces travaux.
  • Améliorer ses propres compétences discursives écrites, orales et gestuelles en s’essayant à plusieurs registres.

Développer les relations et interactions entre Arts et Sciences permet notamment de créer liens, réflexions et discussions quelque peu libérées des frontières et hiérarchies entre différents domaines et publics, tout en aidant à explorer et développer des espaces inédits d’ouverture entre disciplines, somme toute à considérer de nouveaux objets.

Dans ce cadre et sous l’impulsion de réflexions et d’expériences partagées, entre universitaires et non-universitaires autour de ces questions, la formation doctorale Territoires Sociétés Développement lance un appel à communication pour la journée d’étude « Et si je diffusais ma recherche de manière créative ? »

Entièrement consacrée à la médiation scientifique, cette journée aura pour objectif de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des chercheur-e-s ayant pour souci de rendre accessible au plus grand nombre leurs travaux scientifiques. Cette rencontre sera aussi ouverte aux artistes dont les œuvres s’appuient sur des recherches scientifiques.

Ainsi, chercheur-e-s et/ou artistes pourront présenter, devant des publics universitaires ou non, leurs expérimentations puis discuter avec ces publics de leurs recherches et/ou créations.

Cette journée espère pouvoir générer à terme, des collaborations et associations entre chercheur-e-s et artistes pour concevoir ensemble des dispositifs originaux de diffusion de la recherche scientifique qui pourront être travaillés plus tard lors d’ateliers organisés et présentés subséquemment, dans une logique de continuité.

Cet événement de diffusion scientifique s’inscrit dans un mode inclusif. Il valorisera la rencontre, la curiosité et le dialogue entre chercheur-e-s et artistes, mais aussi entre publics se considérant ou non comme initiés à la recherche scientifique et publics. En cela, il se doit d’ailleurs d’être ouvert et accessible à tous et toutes, avec entre autres des invitations qui seront faites à destination de lycées et collèges.

Il s’agira de faire découvrir des recherches actuelles grâce à des approches, des formats et des angles de vue pluriels et inédits. Pour les chercheur-e-s et/ou artistes, il conviendra d’appréhender le plus subtilement et simplement possible, dans un cadre interactif, analyses, questionnements, méthodologie et théories scientifiques parfois complexes. Les chercheur-e-s et artistes souhaitant participer à cette journée pourront, en privilégiant l’interdisciplinarité et la créativité, choisir outils et supports de leurs choix, afin d’amener les publics présents (chercheur-e-s ou non) à s’approprier leurs thématiques, problématiques et méthodes scientifiques.

Bibliographie

  • JACOBI. D, SCHIELE. B, CYR M-F, La vulgarisation scientifique et l’éducation non formelle, in Revue française de pédagogie, vol. 91, 1990, pp. 81-111.
  • LUCAS. A-M, Scientific Literacy and Informal Learning, Studies in Science Education, 10, 1983, pp. 1-36.
  • MALDIOIER. P, Les revues de « vulgarisation”, contribution à une sociologie des cultures moyennes, Centre de sociologie de l’éducation et de la culture, Paris, 1973.
  • SCHIELE. B, Enjeux cachés de la vulgarisation scientifique, Communication-Information, vol 5 (2-3), 1963, pp 157-185.
  • SCHIELE. B, JACOBI. D, La divulgation du savoir comme objet, Protée, vol 16 (3), 1988, pp. 2-4.
  • VEZIN. J-F, Schématisation et acquisition de connaissances, Revue Française de Pédagogie, 1986.
  • VEZIN. L, Les illustrations, leur rôle dans l’apprentissage de textes, Enfance, vol 39 (1), 1986 pp. 109-126.

Modalités de candidature

Pour candidater, étudiant-e-s, chercheur-e-s et/ou artistes doivent envoyer leur proposition de communication au plus tard le dimanche 20 novembre à 12h00 (heure de Paris).

La proposition se fait sous forme d’un texte de maximum 4000 signes, lequel peut être accompagné d’annexes (supports audio, visuels, dessins, schémas, photos, livres, C.V facultatifs…) à l’adresse suivante: diffusions.creations@gmail.com. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le comité organisateur à cette même adresse.

Huit à dix propositions seront retenues et les réponses seront données mi- décembre 2016.

Organisation prévisionnelle de la journée

Cette journée d’étude aura lieu à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, 96-105 Boulevard Raspail à Paris, le vendredi 24 février 2017.

La rencontre commencera à 10h00 et se terminera à 19 heures. Elle verra défiler  8 à 10 interventions d’artistes et/ou de chercheur-e-s, dont les communications seront suivies de discussions.

Ce rendez-vous sera clôturé par le spectacle artistico-anthropologique Travers et Traversées de Frontières, de Marie Lasserre [doctorante en Anthropologie, EHESS, IMAF, TSD] et Thierno Ndiaye [artiste danseur et chorégraphe professionnel sénégalais].

Sont prévus pour ponctuer cet événement et pour le confort des participant-e-s une pause-café, un apéro déjeunatoire et un cocktail dînatoire.

Comité Scientifique

  • Ulrike Schuerkens : enseignante-chercheuse, Sociologue-anthropologue, Professeure Université Rennes 2, CEMI-EHESS
  • Anna Cuomo : doctorante, IMAF, EHESS
  • Chantal Crenn : enseignante-chercheuse, MCF en Anthropologie Sociale Université Bordeaux Montaigne, LAM
  • Fadila Kellala Taleb : Master d ́Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Bordeaux, médiatrice dans la ville de Bassens
  • Rebecca Gonzalez : master d’Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Bordeaux, animatrice sociale en hébergement d ́accueil de mineurs isolés étrangers, Berlin
  • Sylvie Bredeloup: directrice de recherche à l’IRD [UMR LPED], HDR, socio- anthropologue, coresponsable du Laboratoire Mixte de Recherche MOVIDA [Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne]

Comité d’organisation

  • Giulia Breda : URMIS, Université Sophia Antipols – Nice, Sociologie
  • Laouali Souley : LRJP, Université Moulay Ismaël – Meknès, Droit Public-Sciences Politiques
  • Marie Lasserre: Institut des Mondes Africains, EHESS – Paris, Anthropologie
  • Marta Lotto : LAVUE – AUS (UMR 7217 CNRS) – Paris 8, Anthropologie
  • Mohammed Dougouno: Centre de Recherches Historiques, EHESS, équipe GGH-TERes
  • Zakaria Benmalek : Triangle (UMR 5206), Université Lyon 2 Lumière, Sociologie

Lieux

  • École des Hautes Études en Sciences Sociales, 96-105 Boulevard Raspail
    Paris, France (75006)

Dates

  • dimanche 20 novembre 2016

Mots-clés

  • vulgarisation, diffusion, restitution, instrument, médiation, science, art, audiovisuel, théâtre, danse, performance, BD, partage, créativité

La main devant le soleil: un an de tournées générales

Depuis plus d’un an Le Tamis s’est lancé dans la promotion et la diffusion du livre de récits La main devant le soleil, co-produit avec l’association AIDES.

Dès le départ il était important pour nous de proposer un modèle de diffusion qui mette au premier plan les récits présents dans le livre, en évitant de notre mieux de les masquer sous de multiples commentaires de surplomb. Ces récits, que nous souhaitons circulants, sont d’ordinaire pris dans un labyrinthe d’inaccessibilités diverses creusant chacune la distance entre émetteur et destinataires potentiels. C’est dans l’idée de diminuer ces barrières que nous avons organisé plusieurs soirées au cours desquelles des lectures d’extraits servaient de support à des échanges et d’ouverture sur le contenu du livre. Plusieurs comédiens et comédiennes se sont prêtés au travail délicat de la lecture, donnant ainsi voix aux histoires individuelles.

Nous souhaitions également mettre en valeur les illustrations du livre qui enrichissent et donnent matière aux récits, mais peuvent aussi, de par la poésie et la finesse qui s’en dégagent, se suffire à elles-mêmes. C’est pourquoi, à chaque fois que cela nous a été possible, nous exposions, lors des soirées, les illustrations sérigraphiées de Claire, construisant ainsi l’espace de nos discussions sur ces jeux d’ombres et de lumières. Chaque événement fut l’occasion de réflexions stimulantes, qu’il eut été question de penser les récits dans la forme ou dans le fond.

Présentation du livre, lectures, vernissage, telle fut notre proposition de diffusion de La main devant le soleil. La satisfaction que nous retirons de la qualité des échanges issus de ces événements vient tempérer nos attentes en nombre… Le livre est en lui-même un objet discriminant, auquel vient s’ajouter la question de son contenu, qui ne peut toucher un large public sans quelques efforts et quelques ratés. Il n’a pas toujours été évident pour nous d’identifier les lieux les plus adéquats, de les investir réellement, ni de toucher les publics auxquels nous souhaitions nous adresser, les événements s’insérant à chaque fois dans un contexte fait d’enjeux complexes. La quantité d’exemplaires distribuée reste également faible, mais par le truchement des lectures, nous savons que des récits sont « passés ». Et c’est là, dans le passage, que nous œuvrons. Les moments autour du livre furent ainsi l’occasion de nouvelles rencontres, discussions animées et stimulantes, conduisant parfois même à de fructueuses collaborations. Ces soirées nous ont également permis de réfléchir collectivement autour du travail de diffusion et de promotion de nos œuvres et créations, des modalités de partenariats dans ce cadre mais aussi du positionnement du Tamis vis à vis des thématiques que nous abordons.

Last but not least, ces soirées furent aussi les premières expériences de présentation publique de l’association, de notre travail et de l’esprit polyphonique, bricolé mais soigné qui nous caractérise. Ces moments nous ont permis de faire exister Le Tamis dans un univers plus large que les quatre murs de nos réunions de travail. Pour tou.te.s les tami.e.s* cette ouverture au dehors, à l’échange, à la discussion et à la confrontation de points de vue a produit satisfaction et regain d’énergie.

Un grand merci à Jérémy, Miloud, Thomas, Thomas, Jean et Mona, pour leurs supers prestations de lecteur-trice, et leur esprit d’adaptation sans pareille !

* les tamies sont les membres du Tamis, qui sont bien souvent des ami.e.s.

Soirée de Lancement du livre, novembre 2014, Brasserie de la Bière de la Plaine, Marseille. Public : une soixantaine de personnes.

 

Soirée à l'Équitable Café, avril 2015, Marseille. Soirée en collaboration avec AIDES Marseille, le COREVIH PACA Ouest-Corse et le porte-parole d'Africagay contre le sida. Public : une trentaine de personnes.
Équitable Café, avril 2015, Marseille.
En collaboration avec AIDES Marseille, le COREVIH PACA Ouest-Corse et le porte-parole d’Africagay contre le sida. Public : une trentaine de personnes.

 

Soirée dans le cadre de la semaine LGBT, Lille, juin 2015 Soirée débat autour du thème : Droits LGBT et lutte contre le VIH en Afrique. Invité.e.s : AIDES, Kwadengue Black Arc en ciel, COREVIH Nord pas de Calais, Le Tamis. Public : une vingtaine de personnes
Soirée débat autour du thème : “Droits LGBT et lutte contre le VIH en Afrique”, semaine LGBT, Lille, juin 2015. Invité.e.s : AIDES, Kwadengue Black Arc en ciel, COREVIH Nord pas de Calais, Le Tamis. Public : une vingtaine de personnes

 

Soirée à la Maison africaine flamande, Bruxelles, juin 2015. Public : une dizaine de personnes.
Maison africaine flamande, Bruxelles, juin 2015.
Public : une dizaine de personnes.

 

Lyon-20150616-00089
Bar Les Feuillants, Quinzaine des cultures LGBT, Lyon, juin 2015 Public : Une quinzaine de personnes.

 

librairie du Mucem, dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le sida, décembre 2015. Invité.e.s : Florent Molle, conservateur du patrimoine collection « Sport et santé », Le Tamis. Public : Une quinzaine de personnes.
Librairie du Mucem, Journée mondiale de lutte contre le sida, décembre 2015.  Invité.e.s : Florent Molle, conservateur du patrimoine collection « Sport et santé », Le Tamis.
Public : Une quinzaine de personnes.

 

 

 

 

 

Séminaire Citoyennetés académiques: slow science et recherche action

Ce séminaire de l’École des hautes études en sciences sociales est renouvelé cette année et fait écho aux réflexions engagées au Tamis:

1er jeudi du mois de 9 h à 12 h (salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 5 novembre 2015 au 2 juin 2016, et le 26 mai 2016.

Ce séminaire interroge la place du chercheur dans la société, les usages de son travail, sa commune humanité avec ses enquêtés et son engagement citoyen. Le mouvement actuel de restructuration des institutions de la production et de la transmission des connaissances transforme le monde académique selon une certaine logique de l’excellence, désormais bien ancrée, qui tend à assigner l’expertise aux seuls chercheurs, tout en leur imposant d’intéresser les partenaires industriels ou culturels, en adaptant leurs temporalités à celles du marché.

Nous plaidons pour une autre conception de la citoyenneté académique, qui loin de défendre une autonomie de la recherche, redonne aux acteurs ordinaires leur part d’expertise et impose aux chercheurs de tisser avec eux de nouveaux liens de coopération, en ne négligeant pas leur demande sociale et ce qui doit leur être restitué du travail scientifique. Notre dynamique s’inspire de l’épistémologie féministe de la connaissance située qui a renouvelé la question de la neutralité et du point de vue et des approches du care qui aident à nous méfier des dichotomies (ombres/lumières ; privé/public ; profane/expert…) structurant la démarche scientifique.

Nous nous intéresserons aux recherches-action, interventionnelles ou communautaires, qui, par définition, agissent sur le réel autant qu’elles l’observent, en prenant pour base que la présence du chercheur modifie forcément son terrain, et que la réflexivité vaut mieux que la prétendue neutralité chère aux tenants du positivisme. Différentes temporalités s’articulent dans ces démarches scientifiques, et il s’avère dès lors heuristique de les analyser à l’aune des valeurs du mouvement Slow science qui propose de résister à l’esprit gestionnaire en prenant le temps de la coopération scientifique pour défendre l’inventivité et la liberté du chercheur, sans le confiner dans sa tour d’Ivoire.

Ces tensions seront observées à partir de recherches-action menées dans les domaines de l’urbanisme et aménagement du territoire, de la santé au travail, de la prison, des cancers professionnels…

Jeudi 5 novembre :Prolégomènes

Marc Bessin, Introduction générale au séminaire

Invitée : Lucie Laluque, travailleuse du secteur socio-éducatif et culturel: « Introduction à une histoire de la recherche-action en éducation et en formation (1946-2015) »

Jeudi 3 décembre : Les sciences sociales et la Slow Science face à l’accélération de la recherche

Invitée : Isabelle Stengers, Professeure de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles: « Une autre science est nécessaire : les sciences sociales à l’épreuve du possible »

Jeudi 7 janvier : Faire la ville avec ses habitants

Invitées :

Laetitia Overney, Maître-assistante en sociologie, ENSA Paris Belleville IPRAUS: « L’expérience d’une coopérative de recherche autour de la participation des habitants » (titre provisoire)

Dalila Messaoudi, Docteure en géographie, enseignante CEMOTEV-UVSQ et Corinne Luxembourg, Maîtresse de conférences, Université d’Artois

Jeudi 4 février : De la recherche aux pratiques d’intervention

Invités :

Isabelle Bourgeois, Docteure en Sociologie, consultante en Santé Publique

David Michels, Docteur en Anthropologie, chargé de projets INPES

Jeudi 3 mars : Eclairage philosophique et sciences citoyennes

Invités :

Jean-Paul Resweber, Professeur de philosophie, Université de Lorraine (sous réserve)

Claudia Neubauer, chargée de programmes à la Fondation Charles Léopold Mayer:  « Quelles Sciences Citoyennes ? Retour sur l’expérience au sein de la Fondation Sciences Citoyennes »

Jeudi 7 avril : La santé des travailleurs

Invitées :

Anne-Marie Waser, Maîtresse de conférences (CNAM-LISE) (sous réserve)

Annie Thébaud-Mony, Directrice de recherches honoraire INSERM (IRIS)

Jeudi 26 mai : Le champ du travail social et les recherches-actions

Invités :

Gilles Monceau, Professeur de Sciences de l’Education à  l’Université de Cergy-Pontoise (sous réserve)

Anna Rurka, Présidente de la conférence des OING du Conseil de l’Europe (sous réserve)

Jeudi 2 juin : Conclusion collective et présentation des étudiants