“Nous croyons au pouvoir émancipateur de la fiction”

Les grands débats de Mediapart ont invité Olivier Cossu, réalisateur du film Un homme est mort, ainsi que Lola Lafon et Didier Daeninckx, évrivain.e.s ayant participé au livre paru récemment aux éditions DonQuichotte La bataille du rail. Cheminots en grève, écrivains solidaires, afin d’échanger sur le pouvoir de la fiction et de l’imaginaire dans le cadre des luttes actuelles, mais aussi dans une temporalité élargie. Le film d’animation, comme le livre collectif, font en effet écho à l’actualité des mobilisations sociales, notamment de la grève des cheminots. Voici un petit compte rendu de cette discussion.

La vidéo est en accès libre ici :

En racontant la naissance du livre La bataille du rail suite à la participation de plusieurs écrivain.e.s à la cagnotte de soutien aux grévistes engagés contre la réforme de la SNCF, Didier Daeninckx explique que « l’ambition de ce livre, c’est de dépasser un peu le temps de la grève », de montrer « la manière dont le rail a structuré service public et république » et de replacer le mouvement actuel dans l’histoire longue de la relation entre le train et la littérature, « avec l’idée que : [lorsqu’]une gare ferme, une ligne ferme, la librairie ferme derrière ». Les deux contributeur.rice.s venu.e.s présenter cette œuvre littéraire collective expriment leur attachement au rail et expliquent passer beaucoup de temps dans les trains, à la rencontre de leurs lectrices et leurs lecteurs, dans les librairies de France et d’ailleurs. Didier Daeninckx estime alors que, dans le conflit social actuel comme dans d’autres contextes de lutte, il y a une nécessité de la littérature et du livre, non pas pour « surplomber la lutte », mais pour l’enrichir. Aussi, si Lola Lafon souhaite montrer « comment le monde imaginaire peut agrandir le réel », il ajoute qu’avec la littérature, « on élargit la zone de la lutte ».

C’est également à la transmission d’une mémoire des luttes que le film d’animation Un homme est mort contribue. Reprenant et prolongeant la bande dessinée du même nom, écrite par Kris et Étienne Davodeau, il raconte l’histoire d’une grève dans les années 1950 à Brest qui a été marquée par la mort d’un gréviste syndicaliste abattu par des policiers : Édouard Mazé. En suivant René Vautier, documentariste appelé par la CGT locale à réaliser un film sur le mouvement, après son œuvre anticolonialiste Afrique 50, l’histoire s’intéresse à la fois à la lutte, mais à ses multiples récits. Du poème de Paul Eluard – Gabriel Péri – qui fait la bande son du documentaire original de René Vautier aujourd’hui disparu, en passant par la bande dessinée de Kris et Davodeau qui suit le cinéaste dans sa rencontre avec les grévistes, jusqu’au film d’animation actuel qui fait un pas de côté et crée de nouveaux personnages, des histoires s’imbriquent, se complètent, s’assemblent pour faire vivre cette lutte aujourd’hui[1]. Ainsi le réalisateur Olivier Cossu, souhaite « montrer comment le cinéma et l’art peuvent faire changer les choses. »

Cette idée que la fiction et l’écriture (littéraire, poétique, cinématographique etc.) permettent d’agir sur le réel et d’offrir des espaces d’action et de lutte, Lola Lafon la partage. Pour l’écrivaine, auteure du roman Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce, dont le titre a été utilisé comme slogan dans des manifestations, la littérature permet de rappeler que « quand on ne lutte pas, on meurt » et que l’ « on peut agir, on peut faire quelque chose ». Fabien Escalona, animateur de la discussion, reprend alors une phrase de Lola Lafon dans une précédente interview : « je crois au pouvoir émancipateur de la fiction », citation qui donne son nom à l’émission. L’écrivaine ajoute en effet que ce que la fiction permet, par rapport notamment au langage politique, c’est de combattre « la rigidité de la langue, une langue qui ne touche pas ».

Est-ce que la langue des sciences humaines est sociales est capable de toucher avec autant de force que la littérature ? Comment penser des écritures sensibles du monde, dans une visée d’émancipation, que l’on se place du côté de la fiction, du réel, ou un peu des deux ?

[1] Le site KUB – Kultur Bretagne a consacré une jolie page à ces récits imbriqués dans Un homme est mort, de la bande dessinée au film.

Photographie : 1er mai 2018 à Marseille – MLM


Une réflexion sur « “Nous croyons au pouvoir émancipateur de la fiction” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.