Les cuisines de l’autogestion

Voici une étonnante petite vidéo d’entretien entre Franck Lepage, parti de la SCOP Le Pavé en 2012 (une organisation qui a marqué l’éducation populaire française des années 2000, jusque dans sa dissolution en 2014[1]) et Luc Carton, sociologue et philosophe belge. La scène se déroule dans une cuisine et la discussion sur l’organisation du travail en autogestion vaut le détour, même si on sent la fatigue poindre sur la fin – c’était le temps du repos, un moment que les collectifs autogestionnaires ont parfois du mal à penser… (!) La vidéo dure une trentaine de minutes et est proposée au visionnage par le site “Sans transition”, autre organisation de l’éducation populaire spécialisée dans l’analyse institutionnelle.

[Cliquez sur l’image pour accéder au contenu]

Dans l’entretien, Franck Lepage – connu pour ses conférences gesticulées “Incultures” – revient sur ce qui l’a marqué dans ses différences expériences coopératives et autogestionnaires. Il présente un constat dur, fait de conflits et de violences, ce qui donne à l’entretien suffisamment de grain à moudre pour poser des questions cruciales sur l’organisation collective du travail. Luc Carton éclaire, débroussaille, organise les idées de manière simple sans être simpliste.

Il insiste sur la violence et les rapports de forces qu’induisent les structures fonctionnant sur le mode de l’assemblée générale permanente (i.e. quand tout fait l’objet de délibérations, par tout le monde et en permanence), ce dont Franck Lepage fait également état. Selon lui, tout collectif se doit de penser le pouvoir et de distinguer des fonctions, des rôles, des tâches, afin de canaliser les tensions et les faire “suivre le canal des règles plutôt que celui des humeurs”. Si l’objectif de la gauche et des collectifs autogestionnaires est “d’abattre les processus de domination, d’aliénation et d’exploitation”, cela n’implique pas d’abattre la division du travail ou d’abattre toute forme hiérarchique. Le mot hiérarchie est d’ailleurs ambigu, car il peut faire référence à des “pouvoirs sans privilèges”, associés à des responsabilités de représentation ou de délégation, nécessaires au fonctionnement du groupe.

Ce qui compte avant tout, pour qu’un collectif fonctionne et accomplisse l’objectif qu’il s’est donné tout en préservant les personnes des tensions et de la violence des rapports inter-individuels, c’est qu’il recoure à des tiers. La question de la triangulation revient dans tout l’entretien, que celle-ci soit liée à la mobilisation d’un tiers extérieur ou d’un tiers intérieur. C’est peut-être cette dernière idée qui fait la clé de voute et l’intérêt singulier de la discussion : chaque organisation doit, selon Luc Carton, “reconnaître sa propre altérité intérieure”, une altérité qui nécessite d’être théâtralisée, via des mécanismes d’organisation, de structuration, de législation sur les règles de vie et de travail en commun.

Un bel entretien dans les cuisines de l’autogestion !

[1] Merci à l’Office d’avoir mis en ligne le manifeste de dissolution/refondation du Pavé.


2 réflexions sur « Les cuisines de l’autogestion »

  1. Un entretien bien intéressant, surtout pour des anthropologues du politique (théâtralité et mise en scène du pouvoir etc.) Peut-être un peu trop ancré dans la philo (but nobody’s perfect anyway…)

    J’ai bien apprécié les échanges sur autonomie/hétéronomie. Alain Supiot explore un autre pan de cette dynamique, de façon également constructive sur le plan réflexif, celui de la question de l’autonomie dans la pensée néolibérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.