Fernand Deligny: Des graines de crapules et des vagabonds…

Dans le cadre de son projet d’ateliers d’initiation aux sciences sociales, Le Tamis se penche sur les questions de transmission, de pédagogie et d’éducation.  Nous profitons de “Matière brute” pour présenter un peu les parcours, œuvres et lignes de certains penseurs qui nous inspirent par leurs manières de voir l’éducation. Pour cette première édition, c’est sur Fernand Deligny que notre attention se porte.

Fernand Deligny a marqué l’histoire de la pédagogie par son attitude éducative qu’il exerce à la marge des institutions. Deligny ne se considère pas comme un pédagogue. Pour lui, « on ne pédagogise pas l’humain ». Travaillant avec un public de jeunes « délinquants » au début de sa carrière, il passera le reste de sa vie avec des enfants autistes.

« [Pour Deligny] La pédagogie est à penser comme un échec permanent, à revendiquer qui plus est. C’est pourquoi il faut fuir la réussite de l’institution car elle ne peut qu’être « répressive » et conforme à l’ordre « bourgeois » et à la morale bien-pensante. Récupérée, la réussite se retourne en imposition et va servir de justification à l’immobilisme. ».  (J. Houssaye 1996).

D’après le pédagogue, ce n’est pas l’enfant qui est à changer, c’est le milieu qui est à recréer. « Recréer un milieu pour que l’enfant puisse s’y inscrire autrement ».

Alors qu’il travaille auprès de jeunes en difficulté avec la justice, il écrit deux ouvrages : « Graine de crapules » et « Les vagabonds efficaces ». On y comprend son attitude éducative qui se définit par la négative : pas de volontarisme, pas de punition, pas d’amour, pas d’affection.

 « Deligny veut dénoncer clairement les ennemis de l’enfance. Le Bien et le Droit se donnent la main. La Charité, la Justice, les Croyances, la Légalité et la Force sont des instruments de malfaisance éducative. Enfin, se méfier de la psychologie, car comme la morale, comme l’autorité, elle « juge ». » (J. Houssaye 1996)

[Extraits de Graines de crapules]

« SI tu joues au policier, ils joueront aux bandits. Si tu joues au bon Dieu, ils joueront aux diables. Si tu joues au geôlier, ils joueront aux prisonniers.Si tu es toi-même, ils seront bien embêtés. » (p.31)

[…]

« ILS connaissent toutes les méthodes de séduction, de la main sur l’épaule au coup de pied quelque part en passant par le sermon à voix contenue, les yeux dans les yeux. Pour l’effet que ça leur a fait, essaie autre chose. » (p.20)

[…]

« SI tu coupes la langue qui a menti et la main qui a volé tu seras, en quelques jours, maître d’un petit peuple de muets et de manchots. » (p.25)

[…]

« LORSQUE H … est arrivé, tout paré de qualités, tu t’es demandé: « Mais qu’est-ce qu’il vient faire ici ?» Maintenant que tu le connais, tu te dis: « Qu’est-ce qu’il pourra bien faire dehors? » » (p.32)

[…]

« Celui-là est buté, rebelle et paresseux. Il s’évade, « Tant mieux: il n’y avait rien à en faire; les petits cochons le mangeront ». Deux ans après, il vient te voir, confortablement vêtu, possesseur d’un vélo acheté sur ses économies, un bon métier en main. Ne sois pas vexé. La vie a beaucoup plus d’expérience que toi. » (p.51)

(F. DELIGNY, Graines de crapules, 1945, V. Michon)

L’agir

Au terme de plusieurs années de carrière, les « délinquants » laissent place aux « autistes ». Deligny rejoint d’abord la Clinique de La Borde, haut lieu de la psychothérapie institutionnelle, puis quitte définitivement les institutions pour créer des « unités de vies dispersées, autosuffisantes », dans les Cévennes, où il accueille des enfants mutiques.

“Deligny n’a pas de « technique » d’apprentissage ». il se détourne de toute pédagogie du projet qui, par la communication, vise une progression. Il prétend simplement à vivre en accord avec la nature, sans attendre de résultat, sans vouloir améliorer. Permettre de vivre à côté, c’est déjà bien suffisant.” (J. Houssaye, 1996)

Ses réflexions sont traitées dans des films (Le moindre geste, 1971 ; Ce gamin-là, 1975) et à travers ses écrits. Dans son ouvrage « Les Détours de l’agir ou le moindre geste » (1979), il traite notamment de « l’agir » chez l’enfant autiste, « l’agir », qu’il distingue du « faire » en ce que le premier n’est pas intentionné.

Or, ce réitérer commun qui advient aux geste des enfants autistes, s’il nous choque, ce que nous n’en n’avons ni l’objet, ni le projet, je devrais dire l’intention ; nous n’en voyons pas la fin, ce qui peut se dire qu’ils existent à l’infinitif. (Les Détours de l’agir ou le moindre geste » 1979, pp110-111).

Deligny quant à lui ne parle pas, il écrit. Il raconte comment l’écriture l’a toujours accompagné. De même que les autisme agissent « pour rien », il est prêt à écrire « pour rien ».

 

Pédagogues contemporains. Idées principales et textes choisis. Sous la direction de Jean Houssaye. Armand Colin, Paris : 1996 – 369pp.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.