Séminaire Citoyennetés académiques: slow science et recherche action

Ce séminaire de l’École des hautes études en sciences sociales est renouvelé cette année et fait écho aux réflexions engagées au Tamis:

1er jeudi du mois de 9 h à 12 h (salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 5 novembre 2015 au 2 juin 2016, et le 26 mai 2016.

Ce séminaire interroge la place du chercheur dans la société, les usages de son travail, sa commune humanité avec ses enquêtés et son engagement citoyen. Le mouvement actuel de restructuration des institutions de la production et de la transmission des connaissances transforme le monde académique selon une certaine logique de l’excellence, désormais bien ancrée, qui tend à assigner l’expertise aux seuls chercheurs, tout en leur imposant d’intéresser les partenaires industriels ou culturels, en adaptant leurs temporalités à celles du marché.

Nous plaidons pour une autre conception de la citoyenneté académique, qui loin de défendre une autonomie de la recherche, redonne aux acteurs ordinaires leur part d’expertise et impose aux chercheurs de tisser avec eux de nouveaux liens de coopération, en ne négligeant pas leur demande sociale et ce qui doit leur être restitué du travail scientifique. Notre dynamique s’inspire de l’épistémologie féministe de la connaissance située qui a renouvelé la question de la neutralité et du point de vue et des approches du care qui aident à nous méfier des dichotomies (ombres/lumières ; privé/public ; profane/expert…) structurant la démarche scientifique.

Nous nous intéresserons aux recherches-action, interventionnelles ou communautaires, qui, par définition, agissent sur le réel autant qu’elles l’observent, en prenant pour base que la présence du chercheur modifie forcément son terrain, et que la réflexivité vaut mieux que la prétendue neutralité chère aux tenants du positivisme. Différentes temporalités s’articulent dans ces démarches scientifiques, et il s’avère dès lors heuristique de les analyser à l’aune des valeurs du mouvement Slow science qui propose de résister à l’esprit gestionnaire en prenant le temps de la coopération scientifique pour défendre l’inventivité et la liberté du chercheur, sans le confiner dans sa tour d’Ivoire.

Ces tensions seront observées à partir de recherches-action menées dans les domaines de l’urbanisme et aménagement du territoire, de la santé au travail, de la prison, des cancers professionnels…

Jeudi 5 novembre :Prolégomènes

Marc Bessin, Introduction générale au séminaire

Invitée : Lucie Laluque, travailleuse du secteur socio-éducatif et culturel: « Introduction à une histoire de la recherche-action en éducation et en formation (1946-2015) »

Jeudi 3 décembre : Les sciences sociales et la Slow Science face à l’accélération de la recherche

Invitée : Isabelle Stengers, Professeure de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles: « Une autre science est nécessaire : les sciences sociales à l’épreuve du possible »

Jeudi 7 janvier : Faire la ville avec ses habitants

Invitées :

Laetitia Overney, Maître-assistante en sociologie, ENSA Paris Belleville IPRAUS: « L’expérience d’une coopérative de recherche autour de la participation des habitants » (titre provisoire)

Dalila Messaoudi, Docteure en géographie, enseignante CEMOTEV-UVSQ et Corinne Luxembourg, Maîtresse de conférences, Université d’Artois

Jeudi 4 février : De la recherche aux pratiques d’intervention

Invités :

Isabelle Bourgeois, Docteure en Sociologie, consultante en Santé Publique

David Michels, Docteur en Anthropologie, chargé de projets INPES

Jeudi 3 mars : Eclairage philosophique et sciences citoyennes

Invités :

Jean-Paul Resweber, Professeur de philosophie, Université de Lorraine (sous réserve)

Claudia Neubauer, chargée de programmes à la Fondation Charles Léopold Mayer:  « Quelles Sciences Citoyennes ? Retour sur l’expérience au sein de la Fondation Sciences Citoyennes »

Jeudi 7 avril : La santé des travailleurs

Invitées :

Anne-Marie Waser, Maîtresse de conférences (CNAM-LISE) (sous réserve)

Annie Thébaud-Mony, Directrice de recherches honoraire INSERM (IRIS)

Jeudi 26 mai : Le champ du travail social et les recherches-actions

Invités :

Gilles Monceau, Professeur de Sciences de l’Education à  l’Université de Cergy-Pontoise (sous réserve)

Anna Rurka, Présidente de la conférence des OING du Conseil de l’Europe (sous réserve)

Jeudi 2 juin : Conclusion collective et présentation des étudiants

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.