Réfléchir au travail et aller à l’essentiel en période de confinement

En cette pandémie de covid19, le confinement impose de faire le tri entre les activités « essentielles » et les activités pouvant être suspendues pour ralentir les contacts sociaux et donc la transmission de la maladie. La crise économique engendrée par l’arrêt du travail dans de nombreux secteurs, suivi par l’engagement financier de l’État pour soutenir le chômage partiel et les entreprises, alors que les cotisations sociales sont mécaniquement réduites, impose de repenser les équilibres sociaux et budgétaires. Pour le gouvernement français, il semble que le retour au travail d’une grande partie de la population soit nécessaire et urgent, malgré le risque d’engendrer une seconde vague épidémique. Mais de quel travail parle-t-on ? de quels présupposés politiques et économiques ce choix relève-t-il ?

Sur Médiapart, Usul a invité Laélia Veron, maîtresse de conférence en langue et littérature française à l’Université d’Orléans, pour discuter, en visio, des mots qui entourent le travail. Avec ironie et partialité assumée, il s’agit notamment de décoder les discours médiatiques et politiques et de prendre du recul sur les injonctions à la reprise d’activité pour soutenir « l’économie » et « la nation ».

Au lieu de reprendre le travail comme si rien ne s’était passé, le confinement ne nous offre-t-il pas, au contraire, l’occasion de réfléchir à ce qui est réellement essentiel, dans le contexte de crise écologique actuel ? C’est ce que suggère l’anthropologue-sociologue-philosophe Bruno Latour avec Les nouveaux cahiers de doléance. Voici donc l’exercice d’auto-description qu’il propose afin de définir ce à quoi nous tenons et ce à quoi nous renoncerions volontiers. Vous pouvez également écouter l’interview qu’il a donné à ce sujet sur FranceInter :

 

À vos calepins, à vos crayons !

Photo d’entête : Slogan mural prémonitoire ? – Marseille – 18 janvier 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.