Archives par mot-clé : sciences sociales

S’attabler, discuter, se positionner et boire du thé – Ateliers Tables Basses 2016

Depuis plus d’un an, le plus régulièrement possible, les Tami.e.s s’attablent, discutent, débattent et réfléchissent ensemble lors d’ateliers Tables Basses. Ces tablées – qui ne sont pas nécessairement basses, mais toujours conviviales ! – sont pensées comme des espaces de réflexion théorique permettant de consolider la posture professionnelle et scientifique du Tamis. Notre souhait est de produire des principes et lignes directrices permettant de tamiser les projets que nous menons. Quels sont les termes des projets dans lesquels le Tamis s’engage ou qu’il propose ? Selon quelles méthodologies ? Quel est le positionnement théorique, politique et moral que se donne l’association en tant que collectif de travail ?

Prendre le temps de réfléchir à ce qui nous meut, mettre nos idées à l’épreuve des actes, expérimenter, améliorer le fonctionnement du collectif, construire et partager une pratique commune sans se prendre les orteils dans la table basse (parce que ça fait mal) : tel est le défi !

 

Le Tamis : un compagnon critique

Nous envisageons Le Tamis comme un « compagnon critique »[1] de ses publics et de ses partenaires. Praticien d’une critique liminale, exercée en chemin aux côtés de ses différents acteurs, l’association est à la fois concernée par les questions posées dans les milieux professionnels et sociaux où elle intervient, et capable de prendre du recul vis-à-vis de ces mêmes enjeux. Cette posture, à la lisière entre engagement et distanciation critique, qui favorise l’ouverture d’un espace de respiration quand le quotidien saisit et happe les personnes, permet à la fois de susciter la réaction, la discussion, l’étonnement et la réflexion sur ce qui « va de soi », et qui, parfois, pose pourtant question.

Voilà pourquoi nous n’hésitons pas à « taquiner la raison »[2] et à appuyer, avec intelligence et sensibilité, « là où ça fait mal » tant pour nos interlocuteurs que pour les tami.e.s investi.e.s et producteur.ice.s de la critique. Cette réflexivité sur les situations, que nous proposons de mettre en place au Tamis et au dehors, est pour nous une force motrice accompagnant « le faire », tout en garantissant une forme d’indépendance.

Nous ne nous positionnons pas en experts à même de formuler des recommandations ou des vérités sur les mondes sociaux, en surplomb des personnes avec lesquelles nous travaillons ou auprès desquelles nous intervenons. Nous proposons plutôt des outils de réflexion collective, qui viennent s’ajouter aux savoirs et à l’expérience des acteurs, pour formuler leurs propres solutions.

 

Désenchantement et ré-enchantement

Les théories des sciences sociales, qui favorisent la distanciation, peuvent parfois engendrer un certain désenchantement du monde et du réel. Si la critique peut être émancipatrice, elle peut aussi avoir un effet démobilisateur. C’est pourquoi, nous envisageons le ré-enchantement du réel comme une étape systématique du travail élaboré au Tamis mais aussi comme une marque de fabrique, caractéristique de notre positionnement et de notre démarche.

Cette dynamique ré-enchanteresse s’appuie entre autres sur l’expression artistique et sensible de l’expérience collective de décentrement proposée par le Tamis. Anthro-poètes en devenir, notre ambition est alors de travailler et d’explorer la part créative qui est en chacun de nous et de favoriser la diffusion d’une pratique saltimbanque, d’enchantement critique et d’éducation populaire.

Après cette première année de Tables Basses, il nous reste à préciser les modalités de ce ré-enchantement.

 

Un partenaire critique pour les entrepreneurs de développement ?

Les partenariats avec des institutions de coopération internationale et de développement, représentent une part importante de l’activité économique actuelle et potentielle du Tamis. Pour autant, ils ne constituent pas sa raison d’être et ne subordonnent donc pas les ambitions collectives du Tamis à des impératifs contextuels et stratégiques. Ce sont avant tout des situations de collaboration bonnes à penser, afin de mettre à l’épreuve le compagnonnage critique que nous souhaitons exercer.

Ce champ d’action suscite des réflexions éthiques et politiques majeures, liées aux travaux universitaires de l’anthropologie du développement, des post-colonial studies, etc., dont nous souhaitons nous nourrir.

Ce qui détermine la possibilité ou non d’une collaboration avec le Tamis est un arbitrage, discuté collectivement, sur la capacité de l’association à mettre en œuvre, dans les faits, le compagnonnage critique qui nous tient à cœur. Ainsi, dans le « marché du récit » ou de l’évaluation de projet, nous nous positionnons sur des collaborations après évaluation collégiale des partenariats proposés, sur des critères classiques de faisabilité (économiques, temporels, etc.) mais également éthiques et politiques. Dans ce cadre, la discussion au sein du collège Sciences & Techniques, via la tenue des ateliers Tables Basses, fait office de boussole critique de la structure.

L’idée a été évoquée de mettre en place un protocole de recherche clé en main qui permettrait de tamiser les commandes adressées au Tamis ou les propositions que nous serions amené.e.s à formuler dans ce champ. Ce dispositif type permettrait d’adresser rapidement des propositions de reformulation des commandes en adéquation avec les lignes et principes directeurs du Tamis, permettant les conditions d’une collaboration et non d’une prestation. Il s’agit donc de négocier les termes des travaux à réaliser ensemble, à partir d’un cahier des charges correspondant aux critères cités et écartant de fait l’exécution d’une commande qui n’y souscrirait pas.

Nous souhaitons développer cette posture de travail en partenariat auprès d’autres champs professionnels avec lesquels nous sommes amenés à travailler et dont il nous reste encore à analyser plus finement les enjeux : les institutions éducatives, d’animation, l’univers de la formation, les institutions de la production artistique ou encore l’évènementiel culturel etc. D’autres ateliers Tables Basses serviront de cadre de réflexion sur ces thématiques.

 

Références qui nous ont portées lors de nos tablées :

  • Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.
  • Fassin Didier, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, #09, 30 Novembre 2009, pp. 199‑211.
  • Lézè Samuel et Masure François, « Taquiner la raison », L’Homme, n°184 ; 2007, p. 191-201.
  •  Tyler Stephen A. « Post-modern ethnography : From document of the occult to occult document » in Clifford James et Marcus George E., Writing Culture: The Poetics and Politics of Ethnography, University of California Press, 1986 : 99-122.
  • Cousin Olivier et Rui Sandrine, « La méthode de l’intervention sociologique », Revue française de science politique, vol. 61, no3, 8 Juillet 2011, pp. 513‑532.

 

Notes :

[1] Fassin Didier, 2009, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 09, pp. 207.

[2] Lézé Samuel et Masure François, « Taquiner la raison », L’Homme, n°184, 2007, p. 191-201.

Image : Nicolai Abilgaard, Philoctète, 1775

« Quand la sociologie rencontre la bande dessinée », Université de Nantes.

Dans le cadre d’une série d’ateliers autour de l’adaptation par Helkarava de l’enquête de Jérôme Berthaut intitulé « La banlieue du 20h », des doctorants et des étudiants de sociologie, avec l’appui de l’Union des Etudiants Nantais de Sociologie, organisent une discussion publique le jeudi 6 avril de 14 à 17 h Bâtiment F0 Recteur Schmitt.

De nombreux auteurs de bande dessinée portent un regard sur le monde social dont la sociologie -entre autres sciences sociales- peut se saisir, notamment dans une visée pédagogique.

La collection Sociorama (Casterman) propose ainsi des adaptations d’enquêtes ethnographiques en bande dessinée.

Des doctorants et des étudiants de sociologie, avec l’appui de l’Union des Etudiants Nantais de Sociologie (UDENS), ont mené une série d’ateliers autour de l’adaptation par Helkarava de l’enquête de Jérôme Berthaut intitulé « La banlieue du 20h », sur le traitement médiatique des quartiers populaires (Sociorama, 2016).

Ces ateliers ont été l’occasion de discuter et de réfléchir à la sociologie des médias, aux rapports que l’on entretient aux médias et enfin, aux enjeux de la vulgarisation de la sociologie.

Les participants au projet restitueront les réflexions construites collectivement au sein des ateliers au cours d’une discussion publique avec Helkarava et deux sociologues, membres du comité scientifique de la collection Sociorama, Julien Gros et Mathias Thura.

Vous êtes étudiants, enseignants, curieux, … et intéressés par la bande dessinée, la sociologie, les liens entre bande dessinée et sciences sociales, venez participer à ces échanges qui seront suivis d’un moment convivial !

Plus d’infos ici.

Appel à communication, journée d’étude : Et si je diffusais ma recherche de manière créative ? 

Résumé

Entièrement consacrée à la médiation scientifique, cette journée aura pour but de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des chercheur-e-s ayant pour souci de rendre accessible au plus grand nombre leurs travaux scientifiques. Cette rencontre sera aussi ouverte aux artistes dont les œuvres s’appuient sur des recherches scientifiques. Ainsi, chercheur-e-s et/ou artistes pourront présenter, devant des publics universitaires ou non, leurs expérimentations puis discuter avec ces publics de leurs recherches et/ou créations.

Argumentaire

Le monde de la recherche peut paraître inaccessible, voire peu mis en valeur. Il arrive que des personnes, qu’elles en fassent partie ou non, le pensent excluant et estiment qu’un entre-soi trop prononcé perdure entre chercheur-e-s, universitaires, étudiant-e-s, enseignant-e-s. L’objectif de cette journée est de souligner l’importance, pour les chercheur-e-s et leurs recherches, de sortir des carcans universitaires.

La rencontre entre chercheur-e-s et publics représente un enjeu capital du travail scientifique. En effet, les enquêtes scientifiques peuvent être financées par ces publics et de surcroît, ont comme objectif la restitution de nouvelles connaissances aux sociétés auxquelles elles s’adressent.

Ce travail de restitution n’est néanmoins pas anodin et les difficultés associées au partage de la recherche scientifique sont multiples. Elles sont notamment liées à la transmission de théories ou phénomènes qui peuvent sembler abstraits et/ou non intuitifs, à l’utilisation d’un langage technique complexe et compliqué, voire à une certaine appréhension du public.

La vulgarisation scientifique ou plus précisément la diffusion des cultures scientifiques, de leurs techniques, de leurs méthodologies et de leurs questionnements en dehors des cercles de spécialistes (Lucas, 1983), peut recourir à différents canaux de médiation : textes, livres, supports télévisuels et audiovisuels (documentaires…), expositions (peinture, photographie…), pièces de théâtre, musiques, bandes dessinées, danses, performances… Ces instruments de médiation sont quelque peu éloignés de l’enseignement scientifique dispensé dans les écoles, universités et autres institutions académiques (Giordano et Bouchon, 1989). Ainsi, ces pratiques de diffusion, qui échappent aux contraintes institutionnelles de l’éducation/enseignement dits classiques, ont pour préoccupation majeure de prélever ce qui, dans les sciences, pourrait répondre aux questions latentes des personnes à qui s’adresse cette médiation scientifique. Ceci en jouant aussi bien sur les supports que sur la nature des messages et de leurs visées (Jacobi & Schiele, 1988).

Plusieurs raisons rendent l’effort de partage et de valorisation de la recherche scientifique intéressant :

  • Se faire mieux comprendre des personnes pouvant être intéressées par nos/des recherches ou justement, leur permettre de s’y intéresser,
  • Se doter, dans une démarche respectueuse, d’outils variés de restitution de (nos) travaux scientifiques pour les offrir aux personnes concernées par ces travaux.
  • Améliorer ses propres compétences discursives écrites, orales et gestuelles en s’essayant à plusieurs registres.

Développer les relations et interactions entre Arts et Sciences permet notamment de créer liens, réflexions et discussions quelque peu libérées des frontières et hiérarchies entre différents domaines et publics, tout en aidant à explorer et développer des espaces inédits d’ouverture entre disciplines, somme toute à considérer de nouveaux objets.

Dans ce cadre et sous l’impulsion de réflexions et d’expériences partagées, entre universitaires et non-universitaires autour de ces questions, la formation doctorale Territoires Sociétés Développement lance un appel à communication pour la journée d’étude « Et si je diffusais ma recherche de manière créative ? »

Entièrement consacrée à la médiation scientifique, cette journée aura pour objectif de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des chercheur-e-s ayant pour souci de rendre accessible au plus grand nombre leurs travaux scientifiques. Cette rencontre sera aussi ouverte aux artistes dont les œuvres s’appuient sur des recherches scientifiques.

Ainsi, chercheur-e-s et/ou artistes pourront présenter, devant des publics universitaires ou non, leurs expérimentations puis discuter avec ces publics de leurs recherches et/ou créations.

Cette journée espère pouvoir générer à terme, des collaborations et associations entre chercheur-e-s et artistes pour concevoir ensemble des dispositifs originaux de diffusion de la recherche scientifique qui pourront être travaillés plus tard lors d’ateliers organisés et présentés subséquemment, dans une logique de continuité.

Cet événement de diffusion scientifique s’inscrit dans un mode inclusif. Il valorisera la rencontre, la curiosité et le dialogue entre chercheur-e-s et artistes, mais aussi entre publics se considérant ou non comme initiés à la recherche scientifique et publics. En cela, il se doit d’ailleurs d’être ouvert et accessible à tous et toutes, avec entre autres des invitations qui seront faites à destination de lycées et collèges.

Il s’agira de faire découvrir des recherches actuelles grâce à des approches, des formats et des angles de vue pluriels et inédits. Pour les chercheur-e-s et/ou artistes, il conviendra d’appréhender le plus subtilement et simplement possible, dans un cadre interactif, analyses, questionnements, méthodologie et théories scientifiques parfois complexes. Les chercheur-e-s et artistes souhaitant participer à cette journée pourront, en privilégiant l’interdisciplinarité et la créativité, choisir outils et supports de leurs choix, afin d’amener les publics présents (chercheur-e-s ou non) à s’approprier leurs thématiques, problématiques et méthodes scientifiques.

Bibliographie

  • JACOBI. D, SCHIELE. B, CYR M-F, La vulgarisation scientifique et l’éducation non formelle, in Revue française de pédagogie, vol. 91, 1990, pp. 81-111.
  • LUCAS. A-M, Scientific Literacy and Informal Learning, Studies in Science Education, 10, 1983, pp. 1-36.
  • MALDIOIER. P, Les revues de « vulgarisation », contribution à une sociologie des cultures moyennes, Centre de sociologie de l’éducation et de la culture, Paris, 1973.
  • SCHIELE. B, Enjeux cachés de la vulgarisation scientifique, Communication-Information, vol 5 (2-3), 1963, pp 157-185.
  • SCHIELE. B, JACOBI. D, La divulgation du savoir comme objet, Protée, vol 16 (3), 1988, pp. 2-4.
  • VEZIN. J-F, Schématisation et acquisition de connaissances, Revue Française de Pédagogie, 1986.
  • VEZIN. L, Les illustrations, leur rôle dans l’apprentissage de textes, Enfance, vol 39 (1), 1986 pp. 109-126.

Modalités de candidature

Pour candidater, étudiant-e-s, chercheur-e-s et/ou artistes doivent envoyer leur proposition de communication au plus tard le dimanche 20 novembre à 12h00 (heure de Paris).

La proposition se fait sous forme d’un texte de maximum 4000 signes, lequel peut être accompagné d’annexes (supports audio, visuels, dessins, schémas, photos, livres, C.V facultatifs…) à l’adresse suivante: diffusions.creations@gmail.com. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le comité organisateur à cette même adresse.

Huit à dix propositions seront retenues et les réponses seront données mi- décembre 2016.

Organisation prévisionnelle de la journée

Cette journée d’étude aura lieu à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, 96-105 Boulevard Raspail à Paris, le vendredi 24 février 2017.

La rencontre commencera à 10h00 et se terminera à 19 heures. Elle verra défiler  8 à 10 interventions d’artistes et/ou de chercheur-e-s, dont les communications seront suivies de discussions.

Ce rendez-vous sera clôturé par le spectacle artistico-anthropologique Travers et Traversées de Frontières, de Marie Lasserre [doctorante en Anthropologie, EHESS, IMAF, TSD] et Thierno Ndiaye [artiste danseur et chorégraphe professionnel sénégalais].

Sont prévus pour ponctuer cet événement et pour le confort des participant-e-s une pause-café, un apéro déjeunatoire et un cocktail dînatoire.

Comité Scientifique

  • Ulrike Schuerkens : enseignante-chercheuse, Sociologue-anthropologue, Professeure Université Rennes 2, CEMI-EHESS
  • Anna Cuomo : doctorante, IMAF, EHESS
  • Chantal Crenn : enseignante-chercheuse, MCF en Anthropologie Sociale Université Bordeaux Montaigne, LAM
  • Fadila Kellala Taleb : Master d ́Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Bordeaux, médiatrice dans la ville de Bassens
  • Rebecca Gonzalez : master d’Anthropologie Sociale et Culturelle, Université de Bordeaux, animatrice sociale en hébergement d ́accueil de mineurs isolés étrangers, Berlin
  • Sylvie Bredeloup: directrice de recherche à l’IRD [UMR LPED], HDR, socio- anthropologue, coresponsable du Laboratoire Mixte de Recherche MOVIDA [Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne]

Comité d’organisation

  • Giulia Breda : URMIS, Université Sophia Antipols – Nice, Sociologie
  • Laouali Souley : LRJP, Université Moulay Ismaël – Meknès, Droit Public-Sciences Politiques
  • Marie Lasserre: Institut des Mondes Africains, EHESS – Paris, Anthropologie
  • Marta Lotto : LAVUE – AUS (UMR 7217 CNRS) – Paris 8, Anthropologie
  • Mohammed Dougouno: Centre de Recherches Historiques, EHESS, équipe GGH-TERes
  • Zakaria Benmalek : Triangle (UMR 5206), Université Lyon 2 Lumière, Sociologie

Lieux

  • École des Hautes Études en Sciences Sociales, 96-105 Boulevard Raspail
    Paris, France (75006)

Dates

  • dimanche 20 novembre 2016

Mots-clés

  • vulgarisation, diffusion, restitution, instrument, médiation, science, art, audiovisuel, théâtre, danse, performance, BD, partage, créativité