Archives par mot-clé : journée d’étude

Intervention hybride – Le Tamis à Bruxelles

Le 10 juin 2015, le Tamis a fait son coming out international et en est encore troublé. [Ce trouble explique peut-être le délai de livraison extravagant de ce billet visant à restituer l’expérience !]

C’était en Belgique, sur le campus de l’Université Libre de Bruxelles, lors de la Journée Arts et Sciences sociales organisée par le collectif AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, fraîchement né dans les locaux du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains. Alors que l’arrivée du printemps nous rappelle l’effervescence de cette journée de rencontre inédite, il est temps de revenir sur cet évènement marquant dans la vie du Tamis.

Interrogeant le « devenir hybride » des initiatives à la lisière entre les sciences sociales et les arts, l’AHA demandait aux participants « de décrire, de relater les aventures heureuses (plaisir, découverte, partage) et malheureuses (conflit, échec, résistance) qu’ils ont vécues durant la réalisation de leur projet. » Le Tamis, qui, depuis sa création, n’avait jamais eu l’occasion de se présenter dans une enceinte universitaire, a proposé de mettre en mots et en images son récit de vie — à l’image des récits que l’association recueille à travers ses activités, en France et de part le monde. Ce récit a été raconté à quatre voix, préservant autant que possible la réalité complexe et bouillonnante de la vie d’un collectif, dans un jeu joyeux et un nous résolument pluriel, au gré des anecdotes marquantes et des blagues sérieuses.

Nous avons retranscrit ici l’introduction de cette intervention, lue par Laura Spica. Et vous trouverez en bas de page un montage composé de l’enregistrement de notre carte blanche d’une heure, accompagnée du diaporama projeté devant l’audience. À vous désormais de naviguer entre ces images et ces mots !

« Il y a quelques semaines, lorsque l’invitation nous a été faite, nous avons projeté de présenter une sorte de work in progress d’un projet qui nous semblait le mieux se prêter à une discussion raisonnée sur l’hybridation dont il est question aujourd’hui. Mais le work n’a guère progressé dans l’intervalle et se trouve toujours à l’état (dis)cursif – Vestiges d’un naufrage qui n’a jamais eu lieu, peut-être en parlera-t-on une prochaine fois, inch’allah.

Et donc cette carte blanche présente pour nous l’opportunité d’un exercice réflexif sur les pratiques, les identités, les questionnements qui sont au cœur de ces démarches, que l’on serait tentées de dire « croisées », puisque la première définition de l’adjectif « hybride », c’est…

« Qui provient du croisement naturel ou artificiel de deux individus d’espèces, de races ou de variétés différentes » ex : Les mulets sont des animaux hybrides.

… mais qu’à la fois, on pourrait aisément les rapprocher de la seconde définition, plus linguistique :

« Mot dont les éléments sont empruntés à des langues différentes » par ex : Bicyclette, formé du préfixe latin [bis], du mot grec qui a donné cycle et d’un suffixe de diminutif français -ette. Nom hybride.

… et que finalement, le sens figuré de l’adjectif nous plonge irrémédiablement au cœur du schmilblick :

« Qui n’appartient à aucun type, genre, style particulier, qui est bizarrement composé d’éléments divers » avec pour synonymes Mélangé, Bâtard, Mâtiné, Panaché, Métis,  Hétéroclite, Composite, Corniaud – qui a lui-même pour synonymes Bête, Sot, Ballot.

Parties du postulat que nous sommes légion à se reconnaître dans cette impossible définition toujours par défaut, toujours en miroir, en contre-jour, en négatif de photo, en plein ou en creux, en mot, par référence, on propose donc de mettre cette carte blanche à disposition du débat d’idées et de la gribouiller joyeusement ensemble pour tenter de trouver des façons de définir ces postures et ces productions en propre, dans leur hétérogénéité, et modestement, en restituant à nos démarches communes la part de plaisirs et de désirs qui les guide et qui semblent le plus souvent injustifiables – inavouables ?

Pour planter le décor et entrer dans le vif du sujet, Le Tamis est l’émanation toujours provisoire et mouvementée d’un cheminement collectif un poil erratique qui a pour sous-titre « Ce qui nous meut », puisque d’abord guidé, poussé, mis en marche, mû, donc, par des nécessités individuelles mises en commun de s’armer d’une langue pour dire le monde de manière à le rendre supportable.

Après bien des étapes, que nous allons vous raconter, à cet instant T – ou A, ha – Le Tamis est un collectif marseillano-bruxellois et plus si affinités fondé par des socio-anthropologues du changement social, et qui rassemble aujourd’hui des personnes qui travaillent dans la recherche en sciences sociales, l’écriture et le jeu théâtral, l’illustration, l’écriture littéraire, le cinéma documentaire, le graphisme, l’édition… Ce joli monde est rassemblé par l’intérêt et le goût partagé de raconter et de transmettre, à travers différentes démarches méthodologiques, différentes formes et supports restitutifs, des expériences ordinaires et des situations que nous, anthropologues, appelons des « terrains », et de les présenter comme des matériaux qui donnent à découvrir, à comprendre, à connaître, à apprendre, à s’émouvoir, à bousculer ses idées, à rêver d’être un autre, ou à rien.

Remarquez que je présente les membres du collectif à travers ce qu’ils font et non pas l’étiquette socio-professionnelle par laquelle on serait bien aise de les classer parmi les artistes ou les scientifiques. Car si se définir, s’identifier, se reconnaître, déterminer des identités individuelles et collectives, les instrumentaliser selon les circonstances et les négocier quand on nous les assigne, est au cœur du propos aujourd’hui à travers la question de l’hybridation des pratiques, des démarches, des productions – épaisse affaire – il reste que se définir par le faire, en faisant, est encore la posture qui nous laisse le plus de marge de manœuvre identitaire, qui nous laisse le plus de mains libres et surtout le choix d’être, en faisant, ce que l’on veut – d’ailleurs, qui s’en soucie ?

Ces dernières années, on a surtout travaillé ensemble à recueillir et présenter des récits de vie, des récits d’expériences ordinaires ou extraordinaires, puisqu’on estime que ces constructions narratives à la première personne du singulier recèlent des clés de lecture des mondes sociaux par le bas, par l’intime, qui permettent à chacun de saisir une complexité qu’il est difficile d’appréhender et de partager largement dans une langue savante. Entre autres, et pour faire vite.

A notre tour, et pour la première fois, nous allons nous prêter à cet exercice auquel nous convions les personnes dont on guide et recueille les histoires. Afin de partager avec vous quelque chose de notre cheminement et de nos questionnements hybrides, nous allons vous brosser le récit du Tamis, des t’amies – un récit singulier à la première personne du pluriel.  »