Les Assises/Debout du Tamis

Dans un contexte économique difficile pour le monde associatif, le Tamis a vécu une fin d’été anxiogène. En effet, les contrats aidés dont bénéficiait notre association ont pris fin au 31 août 2017, alors qu’ils avaient a priori encore de beaux mois devant eux. Cet arrêt est du à une réduction drastique de l’enveloppe consacrée à ce dispositif vieux d’une bonne trentaine d’années déjà… [Pour un bilan critique et bien informé sur le sujet, nous vous invitons à lire cet article d’Alternatives Economiques.]  Si nous n’avons jamais considéré les contrats aidés comme la panacée, nous imaginions la mise en place progressive du salariat dans notre association comme une manière de structurer et de protéger le travail, de pérenniser nos activités et de faire vivre ce qui nous meut. Ces contrats étaient pour nous un tremplin. Nous nous sommes ainsi lancé.e.s dans une aventure pleine de folie et d’enthousiasme, mais un des fous de l’histoire s’est amusé à retirer l’échelle.

Malgré cet arrêt brutal, le bilan du salariat au Tamis (3 contrats répartis sur un an et demi) reste tout de même positif, car nos activités ont pris de l’ampleur et nous avons pu rassembler des personnes autour de celles-ci. Cependant, les nombreux chantiers dans lesquels nous nous sommes lancé.e.s sont lourds à porter pour une poignée de bénévoles très investi.e.s et à l’heure actuelle, nous ne sommes pas en capacité de créer de nouveaux contrats salariés sur de longues durées. Il fallait donc prendre le temps de s’assoir autour d’une table (ou de se lever… le poing aussi !) pour discuter de l’avenir de la structure.

C’est pour cela que nous avons organisé nos « Assises/Debout-en-tout-ca-pas-couché.e.s » le 18 novembre 2017. L’objectif de ces Assises/Debout était de prendre le pouls de l’association, de sentir son petit cœur battant, de mesurer ses soutiens, de coordonner les engagements des un.e.s et des autres et de construire l’avenir de nos activités collectives.

Nous vous invitons à lire un compte rendu de cet évènement stimulant ici-même.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *